"Guerre entre "races"" ? : Manuel Valls se confie sur le climat de tensions en France dans les colonnes de Valeurs Actuelles | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
"Guerre entre "races""  ? : Manuel Valls se confie sur le climat de tensions en France dans les colonnes de Valeurs Actuelles
©ERIC FEFERBERG / AFP

Affaire Adama Traoré, violences policières...

"Guerre entre "races"" ? : Manuel Valls se confie sur le climat de tensions en France dans les colonnes de Valeurs Actuelles

Manuel Valls s'est confié à la rédaction de Valeurs Actuelles dans un entretien qui sera publié le 18 juin. Manuel Valls dénonce les "liens entre le mouvement indigéniste et une partie de la gauche" après les nombreuses manifestations contre le racisme et les "violences policières" en France.

Manuel Valls affirme rester "attentif à ce qui se passe en France". Alors que son nom est évoqué dans un éventuel remaniement gouvernemental, l'ancien ministre de l'Intérieur a accordé une interview qui fait couler beaucoup d'encre et a suscité beaucoup de réactions. Dans le cadre d’un entretien à Valeurs Actuelles, il a notamment évoqué le climat de tensions en France depuis la levée du confinement. Il a abordé aussi le sujet des manifestations contre le racisme et les "violences policières" en France depuis début juin, après celles organisées aux Etats-Unis après la mort de George Floyd.

"Les comparaisons avec le meurtre raciste et ignoble de George Floyd (aux Etats-Unis) sont inacceptables car elles servent à accuser la France d'être raciste, à démontrer un supposé racisme d'Etat".

L’ancien Premier ministre s’est confié à la rédaction de Valeurs Actuelles sur le climat qui règne en France, selon lui :

 "La lutte des classes disparaît au profit de l'affrontement de la guerre entre "races". Cette guerre est terrible car elle essentialise en fonction de la couleur de peau. Elle s'agrège, mais elle est aussi en concurrence avec l'islam politique. C'est un cocktail explosif".

Manuel Valls voit dans ces comportements une "logique de victimisation", "renforcée grâce aux liens entre le mouvement indigéniste et une partie de la gauche. Le NPA, des écologistes, une frange de La France Insoumise, du PC, voire une minorité du Parti socialiste".

Les récentes mobilisations contre le racisme et les "violences policières" en France ont été organisées par SOS Racisme ou par les proches d’Adama Traoré et du collectf "Justice pour Adama".

Manuel Valls estime que le décès d’Adama Traoré est "un drame". L’ancien Premier ministre regrette néanmoins qu'il soit "instrumentalisé par (sa) sœur, Assa, et le collectif de soutien" :

"J'établis évidemment une distinction entre les organisateurs de (ces) manifestations et ceux qui s'y rendent en toute bonne foi, qui sont indignés par le racisme et veulent le dénoncer. C'est un mouvement planétaire qui est plutôt sain".

Manuel Valls s’est également exprimé sur la question des "violences policières" :

"La police, comme la gendarmerie, est profondément républicaine".

Cette interview de Manuel Valls n’a en réalité pas encore été publiée mais a déjà "fuité" dans les médias. L’entretien de Manuel Valls sera publié dans les colonnes de Valeurs Actuelles dans l’édition du jeudi 18 juin de l’hebdomadaire.

Invité de RTL ce mercredi 17 juin, Olivier Faure, Premier secrétaire du Parti socialiste, s’est dit "consterné" par les déclarations de Manuel Valls :

"Comment peut-on dire cela? Comment peut-on ne pas voir que la réalité sociale est une réalité qui s’impose à nous aujourd’hui ? Je ne vois pas bien ce à quoi Manuel Valls veut en venir. C’est une thèse, habituellement portée par l’extrême droite". 

L’ancien Premier ministre s’est immédiatement défendu sur les réseaux sociaux, expliquant que son propos visait justement à critiquer ceux qui "privilégient cette lecture dangereuse d’affrontement entre "races". Manuel Valls a notamment cité  une note de Gilles Clavreul pour appeler au "rassemblement" sur la défense de la République et la lutte contre le racisme et les communautarismes :

"Le plus simple pour Olivier Faure serait de me lire au lieu de raconter des bêtises puisque précisément je mets en cause dans mon entretien à Valeurs Actuelles une partie de la gauche et la mouvance décoloniale qui privilégient cette lecture dangereuse d’ affrontement entre "races"...".

Huffington Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !