"Ange blond" : des Roms bulgares seraient les parents biologiques | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
"Ange blond" : des Roms bulgares seraient les parents biologiques
©

Trafic d'enfant

"Ange blond" : des Roms bulgares seraient les parents biologiques

Des indices troublants incitent la police locale à privilégier cette piste.

Nouveau rebondissement dans l'affaire de l'"ange blond" grec. Maria, 4 ans, dont les faux parents ont été arrêtés lundi et sont soupçonnés de l'avoir achetée, pourrait être l'enfant d'un couple de Roms bulgares.

C'est la piste privilégiée par la police locale. Il faut dire que les indices sont troublants. Le couple aurait ainsi plusieurs enfants ressemblants à Maria, dont deux de type albinos. Surtout, selon le Daily Mail, un document prouve que la femme bulgare a accouché d'une fille le jour même de la naissance de Maria, le 31 janvier 2009, et ce dans le même hôpital. Le document ne précise pas néanmoins le nom du bébé, mais elle aurait abandonné l'enfant avant de revenir en Bulgarie. L'hôpital, lui, serait situé à une heure en voiture du camp de Roms où a été retrouvé l'ange blond.

Lire aussi :Grèce : "l'ange blond" était au cœur d'un trafic d'enfants et devait être vendu

"Ange blond" : Maria était élevée pour être donnée en mariage à ses 12 ans

Des analyses ADN doivent désormais déterminer s'il s'agit bien de la mère biologique de l'enfant. Celle-ci aurait confié à la police avoir dû s'en séparer faute de disposer d'assez d'argent pour pouvoir l'élever. "J'avais prévu d'y retourner et de la ramener, mais entretemps j'ai accouché de deux autres enfants et il n'était plus possible pour moi de le faire", aurait-elle déclaré.

Selon le Daily Mail, les autorités grecques auraient reçu plus de 8 000 témoignages au sujet de l'enfant blond, dont huit jugés "prometteurs", en provenance des Etats-Unis, du Japon, d'Afrique du Sud et de Suède.

Lu sur The Daily Mail

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !