"Affaire Théo" : plusieurs lycées bloqués, au moins 26 interpellations après des débordements | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
"Affaire Théo" : plusieurs lycées bloqués, au moins 26 interpellations après des débordements
©

Tensions

"Affaire Théo" : plusieurs lycées bloqués, au moins 26 interpellations après des débordements

Des heurts ont notamment éclaté entre manifestants et forces de l'ordre du côté de la place de la Nation, à Paris.

Ambiance tendue ce jeudi à Paris.  Des lycéens manifestent pour condamner les violences policières et apporter leur soutien à Théo, dont l'interpellation très musclée début février à Aulnay-sous-Bois, a déclenché plusieurs nuits de violence en banlieue et  provoqué la mise en examen de quatre policiers, dont l’un pour viol.

Selon le rectorat de Paris,  seize lycées parisiens et douze établissements sont perturbés. Environ un millier de manifestants sont réunis sur la place de la Nation, située à l'est de la capitale, d'après franceinfo, alors que la manifestation n'a pas été autorisée. "Toute incitation ou participation à un attroupement non déclaré engage votre responsabilité morale et juridique" a indiqué la préfecture de police sur Twitter. Les forces de l'ordre auraient fait usage de gaz lacrymogènes. Il y aurait également des feux de poubelles et des échauffourées dans le 11e arrondissement.

Des manifestations sont par ailleurs en cours en province. Dans le sud, à Montpellier, un rassemblement lycéen est en cours du côté de l'Esplanade et de la Place de la Comédie. Mercredi, neuf lycéens avaient été placés en garde à vue mercredi après des incidents survenus lors d’un rassemblement devant un lycée de Clichy. Et à Rouen, le rassemblement contre les violences policières a donné lieu à des échauffourées et conduit à 18 interpellations.

Pour l'heure, 26 personnes ont été interpellées pour "vol en réunion" et "dégradations", dont 21 à Paris, à la suite des ces blocages en région parisienne.

Lu sur franceinfo

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !