"À quand les députés en espadrilles et bermuda ?" : Jean-Louis Debré fustige un "avachissement" à l'Assemblée nationale | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
"À quand les députés en espadrilles et bermuda ?" : Jean-Louis Debré fustige un "avachissement" à l'Assemblée nationale
©DR

Tenue correcte (plus trop) exigée

"À quand les députés en espadrilles et bermuda ?" : Jean-Louis Debré fustige un "avachissement" à l'Assemblée nationale

"Etre représentant du peuple, ce n'est pas aller se promener n'importe où, et quand on va voter une loi, il y a un acte solennel" a-t-il estimé.

Fin juin, Jean-Luc Mélenchon et les députés masculins de La France Insoumise avaient refusé de se présenter avec une cravate dans l'hémicycle du Palais Bourbon, déclenchant une min-polémique, même si la volonté a été rendue licite par François de Rugy. En tous cas, l'initiative a été peu appréciée par Jean-Louis Debré.

"On voit, période après période, un avachissement", s'est lamenté le président de l'Assemblée nationale de 2002 à 2007 sur franceinfo. "À quand les députés vont venir en espadrilles et bermuda ? On est parti, ce qui était trop formaliste, de la période de l'Empire avec un uniforme, on est arrivé à une tenue correcte parce qu'on est représentant de la Nation et pas à la foire à neuneu. Donc on a fait en sorte que chacun ait un costume et une cravate."

Et de poursuivre : "Tout cela n'est pas très grave mais c'est un signe de détournement de la notion de représentant du peuple. Être représentant du peuple, ce n'est pas aller se promener n'importe où, et quand on va voter une loi, il y a un acte solennel. On est en train de tout banaliser. Ce n'est pas un drame mais pourquoi on ne distribuerait pas de chewing-gums à l'entrée de l'hémicycle ?

Lu sur Le Lab

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !