"15 minutes pour convaincre" : Benoît Hamon estime que "ceux qui veulent diminuer le nombre de fonctionnaires désarment la France" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
"15 minutes pour convaincre" : Benoît Hamon estime que "ceux qui veulent diminuer le nombre de fonctionnaires désarment la France"
©Capture d'écran ibtimes.co

Priorité sur la sécurité

"15 minutes pour convaincre" : Benoît Hamon estime que "ceux qui veulent diminuer le nombre de fonctionnaires désarment la France"

Le candidat socialiste s'est déclaré favorable à la fin des ventes d'armes aux pays du Golfe et veut "plus de moyens pour la justice, pour la police et le renseignement".

Après Jean-Luc Mélenchon, Nathalie Arthaud, Marine Le Pen et Francois Asselineau, le candidat socialiste Benoît Hamon a pris place devant David Pujadas et Léa Salamé sur le plateau de "15 minutes pour convaincre", sur France 2.

Dès son arrivée, il a dénoncé le niveau de la campagne. "Les affaires ont pollué la campagne, c'était un spectacle", a-t-il regretté. Brandissant une carte d'électeur, il a exhorté les électeurs à se rendre aux urnes ce dimanche :  "Ce n'est pas une carte de client, ce n'est pas une carte de consommateur", a-t-il dit. Ils les a invité à ne pas choisir "le meilleur acteur", mais le meilleur président.

Il a ensuite parlé de la révolution numérique, qui va "conduire à une raréfaction du travail". "Aujourd'hui, il y a un risque concret de voir des millions d'emplois supprimés en raison de la révolution numérique. Nous ne pouvons plus penser le travail comme on le faisait par le passé", a-t-il dit. Sur le revenu universel d'existence, il a assuré : "Le seul candidat qui fait augmenter la feuille de paie, c'est moi".

Sa "carte blanche", le thème sur lequel il pouvait revenir dans le cadre de l'émission, a été l'Europe. "Je n'ai pas envie qu'on joue l’Europe à la roulette russe", a-t-il déclaré. "Nous avons l'austérité. Elle a été voulue par les Allemands. Mais je ne pense pas qu'il faille sortir de l'Europe. Le projet européen est directement menacé". 

" J'ai mis sur la table des propositions (...). Je veux mettre en place de l'harmonisation fiscale, et de l'harmonisation sociale avec la création d'une assemblée parlementaire de la zone euro, afin que la transition écologique s'opère au niveau européen. Si la France effectue la conversion écologique, seule, cela n'aura qu'un impact marginal", a expliqué le candidat socialiste. 

Il s'est déclaré favorable à l'arrêt des ventes d'armes aux pays du Golfe. "Je suis favorable à la remise en cause d'accords avec des pays comme le Qatar.. Ces programmes d’armes ne justifient pas que l’on perde notre place d’arbitre dans le monde", estime-t-il. "Si c'est l'industrie de l'armement qui fait la diplomatie de la France, ça veut dire qu'on n'a plus de diplomatie." 

Sur la question du terrorisme et de la sécurité, il a expliqué que "la priorité c'est plus de moyens pour la justice, pour la police et plus de moyens pour le renseignement." 

'"Tous ceux qui veulent diminuer le nombre de fonctionnaires désarment la France. J'ai toujours dit combien j'étais attaché aux fonctionnaires de police, du renseignement, parce qu'ils sont la clé pour nous protéger", a dit Benoît Hamon.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !