Quand les grands médias tirent une balle dans le pied de la cohésion française en voulant éliminer les voix discordantes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
Quand les grands médias tirent une balle dans le pied de la cohésion française en voulant éliminer les voix discordantes
©JOEL SAGET / AFP

Pluralisme ?

Quand les grands médias tirent une balle dans le pied de la cohésion française en voulant éliminer les voix discordantes

Eric Zemmour ne sera pas reconduit à la rentrée prochaine sur les antennes de RTL. Frédéric Taddeï, privé d'antenne et après l'annulation de son émission de débat "Ce soir (ou jamais !)", va animer une émission sur Russia Today. Le pluralisme dans les médias est-il en voie d'extinction ?

Dominique Jamet

Dominique Jamet

Dominique Jamet est journaliste et écrivain français.

Il a présidé la Bibliothèque de France et a publié plus d'une vingtaine de romans et d'essais.

Parmi eux : Un traître (Flammarion, 2008), Le Roi est mort, vive la République (Balland, 2009) et Jean-Jaurès, le rêve et l'action (Bayard, 2009)

Voir la bio »

Atlantico : La chronique d'Eric Zemmour sur RTL prendra fin à la rentrée, l'éviction de Taddeï, dont on apprend qu'il sera sur RT, tout cela résulte-t-il d'une nouvelle entrave à la liberté d'expression ?

Dominique Jamet : Dans le cas d'Eric Zemmour, incontestablement, il a des opinions, il les exprime, et cela, déplaît à un certain nombre de gens. Peut-être la direction de RTL a cédé à la pression de la rédaction qui, à plusieurs reprises, a marqué son hostilité à son égard. Peut-être aussi que la direction a souhaité faire plaisir au gouvernement. Car c'est une voix disconvenante au courant dominant. Quant à Taddeï, il conservait une image qui ne plaisait pas à la direction de France 2 car il avait l'habitude d'inviter des gens qui sortaient du cercle des "fréquentables".

En soit, tout cela se traduit par la disparition de deux journalistes qui ne sont pas des conformistes. Sur le plan de la diversité de ce que l'on peut entendre, c'est une perte.

Faute de pluralisme d'idées dans le service public et sur les grandes chaînes, n'est-on pas en train de migrer davantage vers un système médiatique à l'américaine, où chacun consomme les contenus médiatiques qui correspondent à ses idées, dans une logique de bulles ? N'est-ce pas l'arrêt de mort du débat d'idées ? Quelles en seraient les conséquences ?

Je crois qu'il faut distinguer deux choses :

L'ensemble de moyens audiovisuels sont détenus par l'Etat d'une part (le gouvernement ou la majorité du moment) et par un certain nombre d'industriels. Le point commun entre les radios ou chaînes d'Etats et des télévisons ou radios privés, c'est qu'en général, aussi bien les gouvernants que les indiscrets n'aiment pas ce qui dépasse. C'est une atteinte de plus à ce que beaucoup espéreraient entendre ou voir. C'est-à-dire la diversité des opinions, des journalistes. Le pluralisme en un mot. Mais on doit faire une distinction entre ce qui relève du secteur privé et du service public. Car c'est une chose fâcheuse que les médias soient détenus par des industriels dont le souci premier n'est certainement pas l'information et le débat, mais au moins ne contreviennent-ils pas au principe dont ils se réclament. Alors que le service public, censé être neutre et garant du pluralisme c'est plus grave.

Sur France 2 par exemple, le service public trahit sa raison d'être et n'est en aucune manière représentative de la diversité des opinions en France. Il y a là un reniement des principes sur lesquels reposent notre République et notre déclaration des droits de l'homme.

Selon vous, quelles seraient les conditions d'un vrai pluralisme d'opinion dans les grands médias ?

Nous vivons dans un système qui est démocratique dans son principe et qui (dieu merci) le reste en grande partie dans son fonctionnement. Tous les courants d'idées, pratiquement, ont le droit de participer à la vie politique et d'être représentés dans les collectivités locales et nationales. Nous savons en France quel est l'éventail des opinions politiques. Nous constatons que cette représentativité n'est pas respectée dans les médias. Si on voulait que ce soit le cas, il faudrait évidemment (puisque nous sommes dans une période de réforme) que les Assemblées se penchent sur ces problèmes et qu'elles modifient le statut des médias de services publics de telle façon à ce qu'ils garantissent une représentation équilibrée juste et diverse des opinions. 

Le sujet vous intéresse ?

À Lire Aussi

Sauver le service public ou le saboter en nous apprenant à nous en passer... qui sait encore à quoi vont servir ces grèves ?"Itinéraire d'un insoumis" - Le "phénomène Zemmour" : une très intéressante mise en perspective Le service public de la mobilité inclusive n’existait pas, soyez rassuré le laboratoire du même nom est en train de l’inventer

Mots-Clés

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !