Xavier Bertrand vient de découvrir qu'il était de droite. Et même, extrêmement à droite... | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Xavier Bertrand vient de découvrir qu'il était de droite. Et même, extrêmement à droite...
©ALAIN JOCARD / AFP

Merci Nicolas

Xavier Bertrand vient de découvrir qu'il était de droite. Et même, extrêmement à droite...

On va essayer de vous dire le pourquoi et le comment de cette métamorphose.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Jusqu'à il y a peu, le président de la région Hauts-de-France, c'était le bon gars. Tout en rondeurs, tout en nuances. Il avait gagné cette région dans un combat sans merci contre Marine Le Pen. Et quand Laurent Wauquiez avait pris la tête des Républicains, il en avait démissionné, le trouvant trop à droite.

On lui collait même l'étiquette de « Macron-compatible ». Tout ça, bien entendu, c'était de la frime. On prenait Bertrand pour un cave. Et le cave s'est rebiffé comme en témoigne l’interview qu'il a accordée au Figaro.

A le lire, de Macron il ne reste plus rien. Écrabouillé, éparpillé, haché menu le président de la République ! Xavier Bertrand, qui a sans doute ingurgité tout un chaudron de potion magique, n'y va pas par quatre chemins. Car pour lui Macron n'est pas à la hauteur des enjeux. Quels sont-ils ? L'immigration, l'islamisme et la sécurité des Français.

On écoute Bertrand et on a comme l'impression d'entendre du Marine Le Pen dans un cocktail où se mélangeraient Florian Philippot et Marion Maréchal. Le président de la région Hauts-de-France tonne contre « l'islamo-gauchisme ». Il veut que l'immigration soit strictement bridée avec des quotas révisés annuellement.

S'agissant de l'islamisme, il lui déclare la guerre : « c'est eux ou nous » ! Et il se drape dans les « valeurs judéo-chrétiennes de la France ». Bigre ! Il va même plus loin en s'indignant de ce qu'on confine des millions de Français tout en laissant sortir des centaines de terroristes de prison. Et, de plus en plus martial, Bertrand menace les pays qui refuseraient de recevoir les étrangers expulsés par nous de ne plus accorder de visas à leurs ressortissants. Nous allons nous arrêter là car nous approchons dangereusement des territoires maudits de la fachosphère. 

Mais nous avons quand même gardé le meilleur pour la fin : Bertrand veut un referendum sur l'immigration et l'islamisme. Mais il remarque que Macron n'aura pas le courage de l'organiser. Ce sera donc, dit-il, pour 2022.

Et qui sera président en 2022 ? Bertrand, bien sûr, qui est d’ores et déjà candidat. Le président de la région Hauts-de-France a mangé du lion ou plutôt, il s'est bourré avec de la potion magique. Chez qui a-t-il trouvé ce merveilleux breuvage ? Chez Nicolas Sarkozy qu'il est allé voir récemment. Gérald Darmanin, qui est au moins aussi à droite que Bertrand, a également été reçu par l'ancien chef de l'Etat qui n'est pas avare de potion magique. Le duel entre les deux hommes s'annonce féroce...

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !