Voilà à quoi va ressembler le futur de la télévision | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Aux Etats-Unis, Dish Network, opérateur de télévision par satellite, a obtenu les droits pour diffuser - entièrement sur Internet - plusieurs chaînes télévisées appartenant au groupe Disney.
Aux Etats-Unis, Dish Network, opérateur de télévision par satellite, a obtenu les droits pour diffuser - entièrement sur Internet - plusieurs chaînes télévisées appartenant au groupe Disney.
©Freepik

Qui vivra verra

Voilà à quoi va ressembler le futur de la télévision

L'industrie de la télévision se transforme, notamment aux Etats-Unis, où des opérateurs de télévision par satellite diffusent des chaînes sur internet.

Francis Balle

Francis Balle

Francis Balle est professeur de science politique à l’université Paris-II Panthéon-Assas. Ancien membre du CSA, il dirige l’IREC (Institut de recherche et d’études sur la communication). Il est également professeur invité, depuis 1981, à l’université de Stanford (Californie). Il est l'auteur de Médias et Sociétés, 15 ème édition, (lextenso éditions, 2011). Il a publié Le choc des incultures aux éditions de l'Archipel (2016).

Voir la bio »

Atlantico : Aux Etats-Unis, Dish Network, opérateur de télévision par satellite, a obtenu les droits pour diffuser - entièrement sur Internet - plusieurs chaînes télévisées appartenant au groupe Disney, comme ABC et le canal sportif ESPN. La diffusion sur Internet va-t-elle accroître la concurrence ? En quoi ? Cela va-t-il donc faire chuter les prix ? De quel ordre ?

Francis Balle : Comme la presse et la radio, la télévision doit relever un triple défi : la numérisation généralisée de tous les signaux, qu'il s'agisse de textes, de sons ou de vidéos ; l'Internet, réseau universel, capable de convoyer toutes sortes de signaux ; enfin, la floraison de terminaux connectés à Internet, depuis les téléphones intelligents jusqu'aux téléviseurs connectés au réseau des réseaux. La coïncidence de ces trois évolutions accroît le nombre de programmes proposés aux téléspectateurs. Cette augmentation entraîne mécaniquement une concurrence accrue, avec des programmes - des "contenus" qui font le grand écart entre l'infiniment petit et l'infiniment grand, - entre les audiences étendues et les "cibles" pures. Les prix ne vont pas forcément baisser : ils vont eux aussi se diversifier, depuis la gratuité pour leurs destinataires (grâce à la publicité) et les prix les plus élevés lorsqu'il s'agit de répondre à des attentes précises et exigeantes.

Quelle forme va prendre la gamme des canaux ? Va-t-on pouvoir accéder à un nombre illimité de chaînes ou, au contraire, va-t-on payer uniquement pour le bouquet de chaînes qu'on visionne ? 

La diversification croissante des programmes entraîne la diversité des modes de financement : gratuité, forfait, paiement à l'acte.

A quoi ressemblera l'interface de la télévision sur internet ? A-t-il des chances d'être plus intuitif ? Sera-t-il organisé par thème, pour faciliter les recherches de chaînes ?

La recherche des programmes est facilitée depuis l'arrivée, au milieu des années 1970, de la télécommande. Avec les guides proposés sur l'écran des téléviseurs les plus récents, la direction est indiquée vers une facilité toujours plus grande pour choisir son programme. Le traitement des données personnelles de chacun permet une offre de plus en plus personnalisée.  

L'universalité de la télévision donnait du lien social. Ne risque-t-on pas de voir apparaître une télévision à deux vitesses ? De ce fait, la télévision par internet va-t-elle amener à recomposer le lien social ?

Les médias généralistes, lorsqu'ils étaient rares, nourrissaient la conversation du lendemain. Ils ne disparaîtront pas. Est-ce à dire que ces conversations empêchaient les liens entre les membres d'une société de se distendre ? Ce que vous appelez le lien social, ce qui fait société, comme on dit vilainement, dépend de l'ordre politique, qui lui même dépend de la culture.  

Les formes d'expression vont-elles survivre aux outils qui les ont fait naître ? Quelle est donc l'évolution des modèles économiques à l'heure où le numérique prend le dessus ?

Oui, à l'évidence : les quotidiens se meurent, vive l'information, qui s'est évadée depuis longtemps des quotidiens qui l'ont fait naître ! On peut dire la même chose pour l'outil télévision ou l'outil radio. 

La télévision commence déjà à apparaître sur tous nos écrans : télévision dans le salon, tablette, téléphone portable, etc. Cette télévision "à emporter" par internet n'est-elle pas limitée aux problèmes de connexion et aux soubresauts éventuels de l'image ? Est-ce réellement envisageable aujourd'hui de développer une télévision sur internet de bonne qualité en dehors de la maison ?

La qualité des images de la télévision ont fait des progrès considérables avec le numérique. Et ce n'est pas fini, même en mobilité ! La télévision par Internet sera d'aussi bonne qualité que le TNT d'aujourd'hui,sans aucun doute possible.

Quelle est concrètement la différence entre la télévision et Netflix ? La télévision sur internet - en son état actuel - a-t-elle une chance de se faire une place face à Netflix ? Quel est donc l'intérêt réel de la future télévision ? 

Il y a une grande différence entre la télévision dite conventionnelle, transmise par la voie hertzienne et le site Netflix : la première donne rendez-vous aux téléspectateurs, selon la formule consacrée ; avec Netflix, c'est l'inverse, le téléspectateur donne rendez-vous quand il veut au programme choisi dans un catalogue particulièrement riche. L'intérêt de la télévision de demain sera sa diversité : elle excellera dans le meilleur et le pire. Éduquons les téléspectateurs pour que le pire ne finisse pas par l'emporter sur le meilleur !

Propos recueillis par Marianne Murat

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !