Quand le vin permet aux Français de vivre plus longtemps | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Quand le vin permet aux Français
de vivre plus longtemps
©

Potion magique

Quand le vin permet aux Français de vivre plus longtemps

Secrets du croissant croustillant et de la tartine beurrée, cérémonie de l'apéro et grognements fraternels du saucisson, jambon beurre et restaurants du bon accueil, partage du vin et du pain... Yves Roucaute célèbre ainsi Marianne et son coq dans son livre "Eloge du mode de vie à la française" (Extraits 1/2).

Yves Roucaute

Yves Roucaute

Yves Roucaute est philosophe, épistémologue et logicien. Professeur des universités, agrégé de philosophie et de sciences politiques, docteur d’État en science politique, docteur en philosophie (épistémologie), conférencier pour de grands groupes sur les nouvelles technologies et les relations internationales, il a été conseiller dans 4 cabinets ministériels, Président du conseil scientifique l’Institut National des Hautes Etudes et de Sécurité, Directeur national de France Télévision et journaliste. 

Il combat pour les droits de l’Homme. Emprisonné à Cuba pour son soutien aux opposants, engagé auprès du Commandant Massoud, seul intellectuel au monde invité avec Alain Madelin à Kaboul par l’Alliance du Nord pour fêter la victoire contre les Talibans, condamné par le Vietnam pour sa défense des bonzes.

Auteur de nombreux ouvrages dont « Le Bel Avenir de l’Humanité » (Calmann-Lévy),  « Éloge du monde de vie à la française » (Contemporary Bookstore), « La Puissance de la Liberté« (PUF),  « La Puissance d’Humanité » (de Guilbert), « La République contre la démocratie » (Plon), les Démagogues (Plon).

Voir la bio »

En suivant notre petit Français dans sa vie quotidienne, il est difficile de ne pas remarquer l’omniprésence du vin. Cavaliers avec la vie disent les uns, mécréants disent les autres, ne sont-ils pas fous ces Français ? Alors, ils ne sont plus seuls. Car le mode de vie à la française séduit considérablement. Au point d’essaimer son vin jusqu’en Californie, jusqu’au Chili, jusqu’en Chine.

Ignorant le principe de précaution, méprisant celui de prévention, le pays tout entier veille à perpétuer une tradition condamnée par tous ceux qui ont acquis les bases d’une vie politiquement correcte où il est dit « tu ne boiras point ». Et aucune région de France ne semble sauver cette nation, pas même Mayotte, l’île musulmane française, qui a préféré le bien-vivre d’un Islam à la française aux oukases des ulémas fanatiques des Comores voisines. Pis encore, Dame Nature semble approuver.

Que la nature soit coupable d’alliance avec cette nation insolente, le « french paradox » le montre : les Français vivent longtemps, non pas « malgré » le vin mais « à cause » du vin. Incroyable ! 81, 19 ans d’espérance de vie à la naissance ! Plus longtemps que leurs voisins germaniques et britanniques qui travaillent pourtant plus et boivent de la bière ? Oui. Que leurs voisins hispaniques ou les fameux nordiques dont chacun magnifie la vie saine, les harengs et l’oméga 3 ? Oui. Plus vieux, vous dis-je, et de loin s’agissant de la Norvège, 16e au classement mondial, de la Finlande, 25e, et du Danemark, 30e. Un scandale absolu qui les place en sixième position mondiale, derrière leurs cousins canadiens et avant les Suédois. Écrasés les Etats-Unis 33es, la Chine 83e et le Brésil, 92e ! Pis encore, quel est le premier pays du monde pour l’espérance de vie ? L’Andorre, avec une espérance de 82, 43 ans. Or, ce pays vit sous souveraineté partagée entre l’évêque catalan d’Urgell et… la France ; le vin français détaxé y est généreusement partagé. Encore et toujours la vie à la française.

Encore ne voit-on pas l’étendue de cette ruse de Dame Nature. Car sans les accidents de la route, les Français passent en première place, devant les Japonais et les Australiens. À cause du tanin contenu dans leur vin, un antioxydant par ses polyphénols qui dégraissent, ce pays réduit de 56 % les risques d’angine de poitrine et de 47 % ceux d’infarctus du myocarde par rapport aux citoyens des États-Unis, d’après l’AmericanJournal of Cardiology de 1999 ! Pis encore : d’après les études de 1997 de l’Illinois College of Pharmacy, il permet aussi de réduire les cancers de la peau et le diabète ! Et ce n’est pas tout, avec 50 cl de vin quotidien, le « frenchie » a un risque diminué de 75 % d’avoir la maladie d’Alzheimer sur ceux qui ne s’adonnent pas à son vin ! Encore serait-on satisfait si le vin angoissait le Français ou favorisait les maladies, ce qui se devrait si la nature était politiquement correcte. Mais pas le moins du monde : le vin rouge diminue le stress et attaque la dépression, il est antiallergique et détruit les bactéries.

Bref, un Français serait presque autorisé à dire, lors d’un dîner bien arrosé : en nous interdisant de boire, ils veulent nous tuer. Boire ou mourir, il faut choisir.

Hormis le petit-déjeuner, il n’est guère de repas à la française sans vin. Vin rouge, vin blanc, vin rosé, frais ou à la température d’une cave, champagne et vin cuit, en digestif ou en apéritif, durant les repas ou en dehors, sous ses centaines d’appellation et dans presque tous les lieux, le vin est une boisson ordinaire. Un ordinaire qui ne cherche pas la fuite dans une gaieté artificielle, un monde irréel, un paradis de cocotiers alcoolisés et de cochons roses enrubannés. Un ordinaire exceptionnel, où il s’agit d’abord de chanter sous les tonnelles la vie elle-même, la joie de l’ici et du maintenant et le partage d’une spiritualité universelle.

___________________________________________________________

Extrait de Éloge du mode de vie à la française, Éditions du Rocher (5 avril 2012)

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !