Un Indiana Jones israélien à la rescousse des grottes du désert de Judée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Des bénévoles de l’Autorité israélienne des antiquités en pleine fouille dans la grotte des crânes dans le désert de Judée près de la mer morte, Israel le 1er juin 2016.
Des bénévoles de l’Autorité israélienne des antiquités en pleine fouille dans la grotte des crânes  dans le désert de Judée près de la mer morte, Israel le 1er juin 2016.
©REUTERS/Ronen Zvulun

Israël lutte contre les pilleurs d'antiquités

Un Indiana Jones israélien à la rescousse des grottes du désert de Judée

Depuis toujours les grottes du désert de Judée, où l'on a notamment découvert les célèbres manuscrits de la mer Morte, sont pillées. Aujourd'hui des archéologues israéliens ont décidé de devancer les pilleurs.

Amir Ganor est un policier israélien. Mais pas celui qui chasse les braqueurs de banque. Ganor est une sorte d'Indiana Jones, un justicier  archéologue qui protège les grottes du désert de Judée, avant que tout ce qu'elles pourraient encore contenir de fossiles ne soient volés par des dealers d'art israéliens, des pilleurs de tombes palestiniens ou des guides bédouins qui conspirent depuis toujours pour un trafic juteux d'objets antiques.

Un pistolet à la ceinture, Amir Ganor, directeur de l’Unité de prévention du vol des antiquités de l’Autorité israélienne des antiquités,protège la "grotte des crânes" découverte en 1953 dans le Canyon de Nahal Tze'elim près de la mer morte.

Cette grotte qui a probablement servi de refuge aux juifs après la destruction du second Temple et la révolte de Bar Kokhba contre les Romains en 132 après Jésus Christ, pourrait encore receler des trésors : notamment des parchemins. Car la grotte n'a pas été choisie parmi les 34 grottes du désert par hasard : une intervention policière avait permis il y a quelques années d'arrêter toute une filière de pilleurs.

En 2009, un ancien papyrus écrit en hébreu avait été saisi lors d’une opération conjointe de la police israélienne et de l’Unité de prévention du vol des antiquités de l’AIA. Daté de l’année 139 de notre ère, le papyrus était sur le point d’être vendu pour la somme de 2 millions de dollars. Il venait de la " grotte des crânes".

Et puis il y a deux ans, Amir Ganor et son équipe avaient réussi à arrêter une autre bande de pilleurs armés de pelles et de détecteurs de métal à l'entrée de la grotte. "Une fouille d'urgence se devait d'être organisée en collaboration avec l'Université de Jérusalem" explique-t-il. Pendant 3 semaines, des centaines de bénévoles ont creusé, dans le brouillard et l'extrême sécheresse pour tenter de trouver certes d'autres crânes notamment de femmes qui s'étaient caché là avec leurs enfants pendant la dernière des guerres judéo-romaines, mais aussi des parchemins qui pourraient encore être enfouis dans la grotte.

Lu dans The Washington Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !