Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe

US go home !

Un Américain (Steve Bannon) à Paris : et les macronistes ressuscitèrent le fantôme du sénateur McCarthy.

La chasse aux sorcières est de retour. Avec des accès de bouffées délirantes du coté de LREM.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »
La chasse aux sorcières est de retour. Avec des accès de bouffées délirantes du coté de LREM. Le sénateur McCarthy a de nos jours très mauvaise presse. Son nom évoque une Amérique rendue folle par sa paranoïa anticommuniste. Dans les années 50 il présida la tristement célèbre Commission des activités anti-américaines. Elle traquait les communistes, les communisants, les sympathisants de gauche. Elle fit interdire de Hollywood des cinéastes célèbres et des acteurs qui ne l'étaient pas moins. A cause d'elle des écrivains supposés rouges ne trouvèrent plus d'éditeurs. Et pour ne citer que sa victime la plus connue, Charlie Chaplin, Charlot, dû pour échapper à ses foudres se réfugier en Grande-Bretagne. Aujourd'hui siège à Paris une Commisson des activités anti-macroniennes qui a bien appris les leçons du sénateur McCarthy. Sa cible : Steve Bannon. Il a été un des artisans de la victoire de Donald Trump. Depuis ils se sont fâchés : ils ont tous deux très mauvais caractère. Steve Bannon ne fait pas mystère de ses préférences idéologiques. Il est d'extrême droite et proche des suprématistes blancs. Son terrain de chasse américain lui apparaissant comme une terre conquise il sillonne maintenant l’Europe pour faire profiter les partis nationalistes de son savoir-faire. Il est en France où Marine le Pen prête une oreille attentive à ses propos. Le scandale -puisque, paraît-il scandale il y a- est là. La macronie d'une seule voix mécanique crie vengeance et réclame châtiment. Le directeur de campagne de Nathalie Loiseau , le patron de LREM, et quelques parlementaires s'étranglent d'une indignation pour le moins hystérique. "La présence chez nous de Steve Bannon est une ingérence inadmissible dans nos affaires intérieures"... "Marine le Pen est coupable d'intelligence avec une nation étrangère"... "Il s'agit-là d'un cas de haute trahison"... Interrogés sur ces phrases les meilleurs psychologues français ont conclu à la manifestation de bouffées délirantes pour le moins inquiétantes. Car qui a laissé Steve Bannon, l'ennemi de la France, entrer en France ? Qui lui a accordé un visa ? Comment se fait-il qu'il soit encore en liberté ? Et pourquoi Marine le Pen n'a-t-elle pas encore été traduite devant un tribunal militaire pour haute trahison ? Face à cette coupable et scandaleuse inertie Macron se doit de faire quelque chose !

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !