Tumblr et cie : comment les blogs des particuliers se sont réinventés | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
Il y a beaucoup de blogs de particuliers dans le domaine de l’économie familiale : cuisine, tricot, beauté, mode...
Il y a beaucoup de blogs de particuliers dans le domaine de l’économie familiale : cuisine, tricot, beauté, mode...
©Reuters

Tous sur la toile

Tumblr et cie : comment les blogs des particuliers se sont réinventés

Depuis 2005, l'utilisation que font les particuliers des blogs a profondément changé. D'un outil à usage professionnel, celui-ci est passé à un espace personnel de partage de ses passions, de ses idées, de ses photos... Une multiplication des usages rendue possible grâce à l'apparition de nouveaux outils comme Tumblr, à mi-chemin entre blog et réseau social.

Eric Delcroix

Eric Delcroix

Eric Delcroix est conférencier et consultant, spécialiste du web 2.0, des réseaux sociaux et de l'identité numérique. Il a notamment participé à l'ouvrage Les réseaux sociaux sont-ils nos amis ?, paru en juin 2012. Il est créateur du site Génération Z.

Voir la bio »

Atlantico : Quel usage font les particuliers des blogs à l'heure actuelle ? 

Eric Delcroix : Il y a beaucoup de blogs de particuliers dans le domaine de l’économie familiale : cuisine, tricot, beauté, mode…On compte également des blogs en rapport avec des passions personnelles comme le foot ou d’autres sports.

Ces dernières années, la blogosphère a été marquée par une importante évolution : avant 2005, qui est vraiment le moment de rupture, les blogs étaient davantage généralistes, dont peu existent encore aujourd’hui. Par la suite, beaucoup d’individus sont arrivés afin de mettre du contenu en ligne grâce aux blogs. Le corolaire a été le détournement des blogs par les grandes marques, et notamment dans ce secteur de l’économie familiale. En 2005, un blog affluent représentait près de 600 visiteurs quotidiens. Aujourd’hui 100 à 200 visiteurs suffisent à assurer à ces marques une visibilité. On pourrait presque parler d’un« attrape-nigaud » en ce sens que les marques font croire à l’influence des bloggeurs avec de tels chiffres, alors qu’ils ne sont aucunement influents.

Cette masse de blogs ainsi générée, notamment dans le secteur de la mode, conduit à l’apparition d’une communauté qui génère cette impression d’influence. On remarque aussi ce phénomène pour ce qui est des blogs de cuisine. Avant 2005, cette notion de communauté existait bel et bien. Aujourd’hui, chacun cherche à tirer la couverture à son avantage, avec l’espoir de devenir connu. On constate cela notamment avec le site Locita, alors qu’il s’agit avant tout d’un blog collaboratif où Locita en tant que tel demeure la principale figure de notoriété.

Le blog peut-il être utilisé par les particuliers à usage professionnel ? 

Oui, mais cela est devenu très rare. Au début de l’ère des blogs, ces derniers étaient avant tout des  blogs professionnels. Rares sont ceux à encore exister aujourd’hui, à l’instar du mien notamment. Aujourd’hui, pour les professionnels, les moyens de se faire repérer ont évolué grâce à Facebook, Twitter, Pinterest…

Lorsqu’on parle d’usage professionnel il convient de bien savoir de quoi on parle : d’un blog qui ramène de l’argent ou d’un blog qui permet de se faire connaître et de ramener de l’argent ? Quoi qu’il en soit, monétiser un blog est très difficile, il faut le savoir.

Quelles motivations animent les bloggeurs particuliers ? 

Il ne faut pas se voiler la face, il s’agit du quart d’heure de gloire à la Andy Warhol. Or, écrire sur un blog a pour seul objectif d’être lu par un maximum de personnes, sinon cela n’a aucun intérêt.

Y-a-t-il un profil type du bloggeur particulier ?

Je ne crois pas car l’ontrouve tous types de profils.

Par contre il y a des conditions pour maintenir un blog, contrairement à ce que certains ont pu faire croire au début, en insistant sur la facilité de création et d’utilisation. En effet, il  faut savoir écrire ; avoir des idées régulièrement afin d’alimenter le contenu du blog ; posséder quelques notions de référencement ; et enfin discuter sur les blogs des autres afin de se faire repérer. On note également un énorme changement par rapport à avant puisque les réseaux sociaux servent à attirer les visiteurs sur les blogs.

La définition du blog a elle aussi évolué : on peut d’ailleurs se demander si Tumblr est véritablement un blog au regard des fonctionnalités proposées.

Quels supports sont aujourd’hui utilisés par les particuliers pour créer leurs blogs ?

Les bloggeurs qui veulent un blog doté d’un aspect pro, avec la potentialité de le rendre monétisable, passent par WordPress. L’avantage est que l’on peut formater le blog selon sa convenance ; que l’on peut également l’héberger où l’on veut…

L’utilisation de Tumblr est toute autre. Par exemple, certains enseignants s’en servent afin de raconter leur quotidien sous la forme d’images. Par sa facilité et sa rapidité d’utilisation, Tumblr permet de mettre en place des contenus très variés comparativement aux blogs traditionnels. Tumblr est d’ailleurs à mi-chemin entre le blog et le microblogging, avec un aspect davantage visuel. A ses débuts, Tumblr a été utilisé essentiellement par les jeunes, et davantage aux Etats-Unis qu’en France et en Europe, même si le profil de l’utilisateur Tumblr tend à se diversifier. En revanche, un Tumblr est difficilement monétisable contrairement à WordPress.

Comment les blogs des particuliers se différencient-ils de leurs profils personnels sur les réseaux ?

Ils ne se différencient pas toujours, ce qui d’ailleurs n’est pas dans leur intérêt, sauf s’ils postent anonymement sur leur blog. Les publications sont généralement différentes comme en témoigne l’usage qu’en font les filles postant du contenu relatif à la cuisine. Elles utilisent le blog pour poster le détail des recettes, et les réseaux sociaux pour poster les photos témoignant du résultat de la recette. L’un et l’autre sont donc complémentaires. Le blog est donc obligé de s’appuyer sur les réseaux sociaux, ne serait-ce que pour le référencement Google. 

Propos recueillis par Thomas Sila

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !