Tout sur les séries à ne pas rater cette rentrée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Tout sur les séries à ne pas rater cette rentrée
©Reuters

Préparez votre canapé

Tout sur les séries à ne pas rater cette rentrée

Qui dit rentrée dit également... rentrée des séries. Et de ce côté là, il y a de quoi faire. De Netflix à OCS en passant par HBO, les chaînes et les plateformes mettent les petits plats dans les grands pour séduire de plus en plus de téléspectateurs.

Allan Blanvillain

Allan Blanvillain

Co-fondateur et rédacteur en chef du site internet "L'Info Tout Court"

Voir la bio »

Atlatico : Qui dit rentrée dit également rentrée des séries. Quelles sont celles qui suscitent le plus d'attente, tant en matière de nouvelles séries que de suites ?

Allan  Blanvillain : Pour les suites, je pense qu'il y en a deux qui sont particulièrement attendues. D'abord "Narcos" qui a repris vendredi dernier déjà sur Netflix. Avec du gros changement en perspective et cela fait plaisir de voir que la firme continue ses séries car elle a beaucoup fait parler d'elle pour sa tendance à les stopper brutalement. Il y a, toujours sur Netflix "Stranger Things" saison 2. La première  avait beaucoup fait parler d'elle et cette reprise devrait répondre à des questions que l'on se pose toujours. "The Walking Dead" est également attendu pour sa saison 8 mais elle est attendue au tournant car elle n'a plus le droit à l'erreur. Il est intéressant de voir que même si la série s'essouffle les spectateurs reviennent à chaque fois. Peut-être par habitude et volonté de simplement voir la fin. Ils ont promis d'accélérer le rythme et franchement, c'est à espérer.

Du côté des nouveautés il y a chez HBO "The Deuce" avec James Franco qui pour le coup incarne deux jumeaux qui évoluent dans les années 70 sur fond de montée de l'industrie du porno new-yorkaise. Tout est réuni pour faire une excellente série qui permet à HBO de se renouveler après la fin de "Game of Thrones". Chez Marvel et Netflix on peut citer le "Punisher" qui devrait arriver en novembre. C'est certainement la licence la plus attendue qui porte les espoirs des fans et des spectateurs car la firme rachetée par DIsney a eu tendance à décevoir les fans de comics, chaque nouvelle adaptation faisant généralement moins bien que la précédente.

Dernière nouveauté que je suis obligé de citer, "MindHunter" qui débarquera en octobre sur Netflix. David Fincher revient aux commandes d'une série. Quand on sait que la dernière fois, cela a donné "House of Cards", il est normal d'être impatient...

Comment expliquer cet attrait grandissant pour ce format ?

Pour moi il y a deux causes. D'abord la quantité, avec la multiplicité des plateformes qui existent dorénavant. Les gens ont de plus en plus accès aux séries. La consommation de ce format est facilitée alors qu'à l'époque, il fallait attendre la trilogie du samedi sur M6.

Et il y a la qualité. Les séries sont de plus en plus qualitatives. Ils ont de plus en plus de moyens on peut le voir avec "Game of Thrones" par exemple, les scénarios sont vraiment conçus par de grandes plumes et on voit bien que même les grands réalisateurs et acteurs de cinéma partent à la conquête du petit écran. Et la quantité fait que lorsque l'on veut se démarquer, il faut être meilleur que les autres au risque de vite faire un "flop". Même dans le domaine des séries, il y a cette concurrence qui fait qu'il faut sortir de grands noms, de grands scénarios sinon il va être difficile de sortir du lot. L'épisode pilote a aujourd'hui 10 fois plus d'importance qu'il y a 20 ans et au final c'est tant mieux pour le spectateur.

Une autre explication également : l'évolution du format. On avait tendance à être habitué aux séries épisodiques dans lesquelles on pouvait se permettre de rater quatre épisodes et de reprendre sans que cela ne pose de problème. C'est ce que font toujours les séries comme NCIS d'ailleurs, preuve que le genre n'a pas disparu. Mais maintenant les séries sont de plus en plus "feuilletonnées", ce qui permet évidemment de faire durer le plaisir et de développer un attachement plus profond pour les personnages.

Quel est l'état du marché des séries en France ?

La France s'exporte moins que les Etats-Unis, c'est sûr. Mais beaucoup de séries françaises (Profilage, Engrenage…) arrivent à s'exporter. Chaque année des records sont battus. Rien qu'en 2014 il y a eu une hausse de 17% d'exportations par rapport à l'année précédente et chaque année cela augmente.

Le gros défaut de la production de séries françaises, c'est les investissements et les financements qui ne sont pas suffisants. Même si la tendance s'améliore il y a encore un gouffre immense qui nous sépare des Américains dans le domaine.

La qualité est là, les séries Canal sont bonnes, OCS fait de très bonnes séries, à l'instar de Mission mais le système de production en France ne s'est pas adapté à cette nouvelle consommation.Conséquence logique : nous produisons moins et exportons moins.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !