Taubira, Hidalgo, Aubry (et quelques autres) lancent le mouvement “Dès demain”. Mais pourquoi ne l’ont-elles pas appelé “Vivement hier” ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Taubira, Hidalgo, Aubry (et quelques autres) lancent le mouvement “Dès demain”. Mais pourquoi ne l’ont-elles pas appelé “Vivement hier” ?
©Capture d'écran Youtube

No futur !

Taubira, Hidalgo, Aubry (et quelques autres) lancent le mouvement “Dès demain”. Mais pourquoi ne l’ont-elles pas appelé “Vivement hier” ?

C’est, paraît-il, dans les vieilles marmites qu’on fait les meilleures soupes. Mais la leur, de marmite, est trouée de partout.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Leur mouvement, disent-elles dans un appel, est ouvert “à tous les humanistes”. Hé bien ça va en faire du monde ! Car tout le monde a été, est, ou sera humaniste. Sauf quelques monstrueuses exceptions historiques, du nom d’Hitler, de Staline, de Pol Pot et de Khomeiny. Un humaniste, c’est sympa. Ça aime son prochain, les enfants, les animaux et les fleurs. Pour ma part, je reste fidèle à la devise de W. C. Field, génial roi de l’absurde : “un homme qui n’aime ni les chiens ni les enfants ne peut être entièrement mauvais”. 

Il est intéressant de noter que dans cet appel, les mots "gauche" et "socialiste" ne sont pas mentionnés. Le premier est manifestement et durablement dévalorisé. Le second a des relents mortifères indiquant des pulsions suicidaires. Il est encore plus intéressant de signaler les noms des recrues qui se sont rangées sous la bannière “humaniste”. Mmes Taubira, Aubry, Hidalgo, ce n’est pas tout frais. Aucune allusion à l’âge de ces dames. Il s’agit de leurs parcours politiques où le passé rime avec passif. 

Parmi les signataires de l’appel, on note la présence de Marylise Lebranchu : il y a longtemps, sous Jospin, elle a été Garde des Sceaux. Autre signataire : Jacques Higelin. C’est un chanteur qui a fait les beaux jours de la Vieille Grille dans les années 60. Encore un revenant : André Laignel. En 1981, il acquit une fort douteuse notoriété en lançant à la droite, à propos d’un projet de loi : “vous avez juridiquement tord parce que vous êtes politiquement minoritaires”. 

Un bon point - un seul - pour ces fougueux et jeunes pétitionnaires. Ils récusent le face-à-face entre "ceux qui prônent la dérégularisation, et ceux qui misent sur la démagogie pour renverser la table”. On aura saisi qu’ils ont compris que Macron n’était pas vraiment de gauche. Son potage, une raffinée bisque de homard, n’est pas de leur goût. La soupe au cochon de Marine Le Pen non plus. 

Mais leur tambouille à eux ? Elle a depuis longtemps dépassé sa date de péremption. Nous avons eu la gauche-caviar. Avec eux, nous assistons à la naissance de la gauche-Néandertal. Un avenir prometteur : vêtus de peaux de bêtes, nous allons pouvoir nous égayer sur notre belle terre de France. Moi je veux bien. Mais à la condition qu’ils réintroduisent dans nos champs et nos forêts un très bel animal nommé mammouth…

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !