SXSW : quand le monde de la tech s'extasie sur… la télévision | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
SXSW : quand le monde de la tech s'extasie sur… la télévision
©

Les ancêtres innovent

SXSW : quand le monde de la tech s'extasie sur… la télévision

Lors du salon SXSW Interactive d'Austin, l'un des plus grands événements mondiaux dédié aux nouvelles technologies, les principales innovations ont été présentées par... la télévision. Le média que l'on croyait en déclin continue d'innover face à une concurrence qui marque un peu le pas.

Francis Balle

Francis Balle

Francis Balle est professeur de science politique à l’université Paris-II Panthéon-Assas. Ancien membre du CSA, il dirige l’IREC (Institut de recherche et d’études sur la communication). Il est également professeur invité, depuis 1981, à l’université de Stanford (Californie). Il est l'auteur de Médias et Sociétés, 15 ème édition, (lextenso éditions, 2011). Il a publié Le choc des incultures aux éditions de l'Archipel (2016).

Voir la bio »

Atlantico : Le média vedette lors du dernier SXSW Interactive a été la télévision, qui essaie de proposer de nouveaux périphériques pour visionner les programmes. Concurrencée par les nouveaux supports, et l'offre inégalable du web, la télévision que l'on annonce sur le déclin peut-elle rester le média n°1 dans les années à venir ? Peut-elle rester un moteur d'innovation ?

Francis Balle : La télé restera le média numéro, avec le téléphone portable, car ce sont l'un et l'autre les terminaux à écran les plus répandus. La multiplication des tablettes ces dernières années est certes spectaculaire, mais on est encore loin du niveau atteint par la télé et le téléphone mobile. Jusqu'à quand ? Tout dépend de ce que l'on entend par "télévision" : est-ce le téléviseur ou l'ensemble des formes d'expression propagées depuis des années par la télévision "conventionnelle" ? Il est clair que ces formes d'expression (télé-réalité, clips, certaines fictions…) ont aujourd'hui un autre débouché que le téléviseur mais restent des produits issus de la télévision.

Les millions de visions que peut avoir un programme sur Youtube ne génère qu'un chiffre publicitaire faible face à une page de publicité sur une chaîne de télévision. L'avance de la télé dans le domaine peut-elle rattrapée ? La télé ne restera-t-elle pas le média puissant financièrement par excellence ?

Tout dépendra de la façon dont les entreprises qui ont dans leur périmètre la télévision conventionnelle vont arriver à se diversifier. On ne parle plus en effet de chaînes de télévisions mais de "groupes". A partir d'une chaîne se sont développés d'autres chaînes et d'autres services en ligne. Certains ont réussi à jouer la carte du numérique en diversifiant les vecteurs de distribution et en s'internationalisant. Si les groupes continuent d'évoluer vers la diversification, le multimédia et l'internationalisation, ils seront les seuls à avoir la puissance financière pour innover et créer de nouveaux services.

Ce sommet a notamment vu l'absence d'une application mobile révolutionnaire ou d'une annonce choc d'un patron charismatique des nouvelles technologies. Les secteurs du high-tech qui menaient la danse ces dernières années (application mobile, vidéo sur Internet) sont-ils en train de marquer le pas ? Pourquoi ?

Toutes les grandes innovations technologiques résultent d'un concours de circonstances et de l'addition de plusieurs inventions. Or, les grandes inventions dans le domaine ont eu lieu en 1998 lorsque Google Search a permis (via la collecte des données personnelles) de personnaliser les réponses aux requêtes des internautes, mais aussi en 2005 avec Facebook et les réseaux sociaux qui ont permis à des groupes d'affinités de se recommander et d'être des prescripteurs d'opinion, de biens, de marques…

Donc, s'il n'y a pas eu d'innovations dans ce sommet, c'est tout simplement car tout aujourd'hui est en ordre de marche. Les outils nouveaux existent et le modèle économique reste encore à définir, malgré les capitalisations boursières mirobolantes. Tant que l'on ne tire pas parti de ce qui existe, il n'y a pas grand-chose à attendre.

La télévision reste également le média numéro 1 côté "star système", Internet et ses stars éphémères ne pouvant, là non plus, rivaliser. Même si elle n'est plus ce qu'elle a pu être il y a encore dix ans, la popularité culturelle de la télévision est-elle sérieusement menacée ?

Ce qui fait la notoriété d'un grand événement, c'est la diffusion sur la télévision. Même les chanteurs qui ont pu connaître leur premier succès sur Internet finissent par être courtisés par des majors, et ce donc les groupes puissants qui leur confèrent la notoriété. On peut émerger sur un autre support que la télévision, mais pour franchir la deuxième étape, c'est toujours les médias les plus puissants, les plus répandus et les plus accessibles – donc les téléviseurs – qui font la différence. Et les grands médias étant friand de nouveautés, il est quasiment impossible d'échapper à cet appel de la télévision, ils ne peuvent pas ne pas être courtisés par le seul média qui peut assurer une notoriété massive et internationale.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !