Sur le point de souscrire un emprunt ? Voilà tout ce que vous devez savoir sur l’assurance-crédit | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Achat de maison ou de voiture, pour réaliser certains projets, vous pouvez avoir besoin de demander un emprunt auprès de votre banque.
Achat de maison ou de voiture, pour réaliser certains projets, vous pouvez avoir besoin de demander un emprunt auprès de votre banque.
©Reuters

Decod'Eco

Sur le point de souscrire un emprunt ? Voilà tout ce que vous devez savoir sur l’assurance-crédit

Si vous souhaitez faire un emprunt auprès de votre banque, on vous demandera d'avoir une assurance pour votre crédit. Reste à savoir ce qui se cache derrière ce terme obscur et comment en tirer le meilleur parti.

Claire Diaz

Claire Diaz

Diplômée en économie internationale et géopolitique, Claire Diaz est rédactrice à
Protection & Rendements chez les
Publication Agora.

Voir la bio »

Achat de maison ou de voiture, pour réaliser certains projets, vous pouvez avoir besoin de demander un emprunt auprès de votre banque. Comme vous le constaterez, dans la plupart des cas, vous serez contraint de souscrire une assurance pour votre crédit. Il s’agit d’un type d’assurance particulier qui vous protège, vous et votre établissement, en cas de défaut sur le remboursement de votre emprunt. Attention, celle-ci ne s’appliquera que dans certains cas bien précis.

Paradoxe : cette assurance n’est pas légalement obligatoire mais sans elle, votre banque ne vous accordera pas votre emprunt ! Ceci dit, l’assurance-crédit - appelée aussi assurance-emprunteur - est loin d’être superflue. En effet, elle protège votre banque, mais elle vous couvre également vous et votre famille.

"Cette assurance, pour les seuls prêts immobiliers, représente environ six milliards d’euros de primes annuelles collectées pour six millions de dossiers de prêt assurés, soit une prime annuelle moyenne de 1 000 euros par dossier de financement. Pour un couple d’emprunteur, le poids de cette assurance est actuellement de l’ordre de 20% à 25% du coût d’un crédit",explique l’étude menée par BAO, cabinet de conseil en assurance.

Pourtant comme le souligne également cette vaste enquête : "les notes ou notices d’information, seuls documents exhaustifs des garanties des contrats, sont rarement en libre-service. [...] Le poids de l’assurance dans le crédit et les écarts de garanties rencontrés justifieraient pourtant que l’assurance puisse être, au même titre que le taux nominal du crédit, un critère décisif du choix par l’emprunteur des organismes prêteurs qu’il souhaite consulter. L’information complète sur l’assurance devrait donc être disponible dès les tous premiers échanges entre un futur emprunteur et une banque, voire encore en amont."

Il est donc important de savoir quelles sont les garanties que l’on vous proposera dans cette assurance. Dans la grande majorité des contrats, on vous imposera au minimum les quatre suivantes. Tout d'abord, l’assurance décès, présente dans tous les contrats d’assurance-crédit. Celle-ci, comme son nom l’indique, couvre votre emprunt en cas de décès. Elle couvre donc votre banque mais également votre famille puisque la compagnie d’assurance remboursera pour vous le montant restant à payer de votre crédit. Le remboursement de votre prêt n’incombera donc pas aux membres de votre famille. C’est l’une des garanties de base de l’assurance-crédit.

L’assurance invalidité permanente (ou perte totale et irréversible d’autonomie). Directement liée à l’assurance décès, cette garantie invalidité est omniprésente dans votre assurance-crédit. Comme dans le cadre de l’assurance décès, elle vous couvrira et remboursera les mensualités de votre prêt si vous étiez victime d’un accident provoquant une invalidité permanente et donc une perte de revenu.

L’assurance incapacité temporaire ou totale de travail. Elle prendra le relais pour couvrir les mensualités de votre emprunt si vous étiez victime d’une maladie ou un accident provoquant une rupture dans votre activité professionnelle. Afin de compenser la diminution voire la perte de vos revenus, votre assurance prendra en charge le remboursement de votre crédit.

L’assurance chômage. Cette dernière vous prendra en charge face à la perte de votre emploi. Soyez vigilant car elle diffère selon les contrats. Sachez que pour en bénéficier, il vous faudra avoir été salarié en CDI avec une certaine ancienneté, ayant fait l’objet d’un licenciement et profitant des indemnités de chômage. Vous devrez également être en dessous d’une certaine limite d’âge (voir les conditions générales de votre contrat).

Attention : l’assurance chômage ne vous prendra pas en charge pendant votre période d’essai, lors d’une préretraite, en cas de chômage partiel ou encore de démission volontaire. De même pour les CDD, elle n’entre généralement pas en jeu (sauf si celui-vous vous ouvre le droit aux versements d’indemnités chômage).

Pensez bien à lire les conditions d’applications, les exclusions et les plafonds de ces différentes assurances.

[Retrouvez Claire Diaz et toute son équipe pour des conseils concrets et facilement applicable à votre épargne au quotidien : tout est là !]

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !