"Indignez-vous !" : petit livre indigent pour bobos conformiste | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
"Indignez-vous !" : petit livre indigent pour bobos conformiste
©

Imposture

"Indignez-vous !" : petit livre indigent pour bobos conformiste

Interview de Gilles-William Goldnadel qui publie ce jeudi un pamphlet contre Stéphane Hessel intitulé "Le Vieil homme m’indigne !"

Gilles-William Goldnadel

Gilles-William Goldnadel

Gilles-William Goldnadel est un avocat pénaliste aux prises de position contestataires, président fondateur d'Avocats sans frontières. Il fut le défenseur des accusés dans les affaires Sentier I et Sentier II, ainsi que dans l'Angolagate. Il est l'auteur de Réflexions sur la question blanche et de Le vieil homme m'indigne ! : Les postures et impostures de Stéphane Hessel, parus chez Jean-Claude Gawsewitch. Gilles-William Goldnadel est également secrétaire national de l'UMP aux médias et à la désinformation.

Voir la bio »

A lire aussi :
Stéphane Hessel, indigné en toc

Atlantico : Gilles-William Goldnadel, vous publiez bientôt « Le vieil homme m'indigne ! », un livre dans lequel vous accusez l'auteur d' « Indignez-vous ! », Stéphane Hessel, d’être un imposteur. Dans un premier temps, comment expliquez-vous le succès phénoménal d’« Indignez-vous ! » ?

Gilles-William Goldnadel : Par la bienveillance extrême d’une très grande partie de la caste médiatique, acquise au conformisme post-gauchiste, pour un personnage qui correspond, trait pour trait, au saint laïc à canoniser de son vivant : un résistant, intellectuel de gauche, juif, internationaliste et anti-occidental. Peu importe que dans la réalité incarnée l’homme ne corresponde pas à son image révérée, puisque tout esprit critique est aboli. Son petit livre a été présenté sur tous les promontoires des grandes surfaces, bien que beaucoup d’intellectuels finissent aujourd’hui par reconnaître son indigence totale, il n’en constitue pas moins un signe de reconnaissance sans risque pour les « rebelles résistants ». En vérité, on se trouve dans un rite quasi-religieux : les bobos se l’offrent pour Noël.

Et pourquoi l’accusez-vous d’imposture ?

Pour plusieurs raisons que je prouve : il se présente et se laisse présenter comme le rédacteur de la Déclaration des Droits des l’Homme de 1948, alors que, poussé dans ses ultimes retranchements, il a fini par concéder, mais un peu tard, qu’il ne l’a jamais été.

Autre immense imposture, son indignation n’est même plus sélective elle est unique : je vous mets au défi de trouver dans le livre la moindre indignation en politique extérieure à l’exclusion obsessionnelle du conflit israélo-palestinien. Il ne s’indigne pas du sort des chrétiens d’Orient, il ne s’indigne pas pour les nouveaux esclaves des Emirats, il ne s’indigne pas de la Syrie ni du Tibet lorsqu’il fait traduire son livre en mandarin pour le vendre aux chinois. Le génocide au Soudan ne lui arrache pas un trémolo : la seule chose qui l’intéresse, c’est de fustiger Israël, seulement Israël.

Mais la plus grande imposture de toute cette histoire, c’est sans doute l’écart vertigineux entre l’inconsistance d’un non livre qui ne contient aucune idée et son succès planétaire. A ma connaissance, c’est une première depuis l’invention de l’imprimerie.

Au fond, ce succès représente la preuve la plus caricaturale de la gauchisation des idées, je devrais dire des fantasmes, qui s’expriment aujourd’hui, de l’antisarkozisme primaire à l’anti occidentalisme pathologique.

N'est ce pas beaucoup de bruit pour rien? Stéphane Hessel mérite-t'il tant d'attention ? 

Bien sûr ! S'il ne s'agissait que de ce vieux monsieur pas très intéressant, en tout cas au plan intellectuel, vous vous doutez bien que je ne m'exposerai pas ainsi. Mais j'en veux à toute cette caste hesselidolâtre, qui pose habituellement en iconoclaste et qui lui a ciré ses bottines vernies. A tous ces petits marquis denués d'esprit critique qui gonflent les jeunes cerveaux depuis quatre décennies à l'air vicié à la pseudo revolte... En fait, c'est mon éternel combat contre une imposture radicale, autrefois située a l'extrême droite et qui n'a fait que de traverser le trottoir.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !