Six à la maison : à la découverte des 93 m² que se partageront les futurs colons de Mars | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
L'équipe de la mission Hi-Seas va passer huit mois dans un dôme, à plus de 2 400 mètres au dessus du niveau de la mer.
L'équipe de la mission Hi-Seas va passer huit mois dans un dôme, à plus de 2 400 mètres au dessus du niveau de la mer.
©

Cocon

Six à la maison : à la découverte des 93 m² que se partageront les futurs colons de Mars

Deux missions de simulation de quatre mois ont déjà été menées par la NASA pour tester son projet "Hi-Seas". La troisième, qui durera huit mois, a débuté le 15 octobre à Hawaï.

La Nasa consruit les maisons du futur. Sur Mars. Et visiblement tout a été pensé pour le bien-être des visiteurs.

Dessinée sur-mesure, la bulle martienne des astronautes qui poseront un jour le pied sur la planète rouge comportera six chambres à coucher, une cuisine, une salle de bain, une salle à manger, plusieurs espaces de travail, et, évidemment, un garde manger digne de ce nom. A Hawaï, une équipe de scientifiques a récemment pris part à une nouvelle mission de simulation grandeur nature visant à optimiser  les conditions de vie des futurs astronautes sur Mars.

Deux missions de simulation de quatre mois ont déjà été menées par la NASA pour tester son projet "Hi-Seas". La troisième, qui durera huit mois, a débuté le 15 octobre, et une quatrième mission longue d'un an aura lieu en août 2015. 

Cette mission de simulation est menée par une équipe de six personnes vivant dans un dôme imposant, situé dans une région isolée d'Hawaï. L'équipe de la mission Hi-Seas (Hawaii Space Exploration Analog and Simulation) va donc passer huit mois à plus de 2 400 mètres au dessus du niveau de la mer, près du volcan de Manua Loa.

Sec et peu fertile, l'environnement immédiat de ce volcan très isolé est ce que la planète Terre offre de plus approprié pour se rapprocher fidèlement des paysages de Mars. L'équipe restera donc confinée dans un espace habitable de 93 mètres carré, d'après la journaliste scientifique Kate Greene, qui a participé à l'élaboration du projet. 

Menée conjointement par la NASA, l'université d'Hawaï et l'université de Cornell, cette mission a pour but de recueillir des données sur l'implantation d'une vie humaine à long terme sur la planète Mars. Pour se rapprocher des conditions de vie qui seraient celles d'un astronaute martien, les six cobayes savent qu'ils seront confrontés volontairement à des problèmes de communication, à des incidents divers, et qu'ils devront aussi utiliser l'eau courante selon des règles strictes.

Leurs rations alimentaires ont également été élaborées pour tester les méthodes de nutrition les plus appropriées à une mission d'exploration de ce type. L'équipe devra rester dans ce dôme pendant toute la durée de la mission, même si ses membres seront autorisés à s'aventurer brièvement à l'extérieur, à condition d'être vêtus de combinaisons spatiales adaptées à l'environnement martien.

Des exercices seront pratiqués régulièrement pour maintenir l'équipe en bonne condition physique et mentale. Afin d'éviter que les volontaires ne deviennent progressivement claustrophobes une fois confinés dans le dôme, celui-ci dispose de hauts plafonds et s'élève sur deux étages. Comme ce serait le cas sur la planète Mars, toutes les communications avec le monde "extérieur" seront différées de 24 minutes.

Toutes les conditions devraient ainsi être réunies pour simuler le plus fidèlement possible les conditions de vie réelles des astronautes sur la planète Rouge. Les six chambres à coucher, astucieusement agencées comme autant de parts de gâteau à l'intérieur du dôme, comportent chacune un matelas, un bureau et un tabouret. 

Pour s'assurer que les membres de l'équipe ne manquent d'aucun outil indispensable, le dôme est aussi équipé d'une imprimante 3D pour fabriquer rapidement les objets éventuellement oubliés. L'énergie de leur habitat martien sera uniquement naturelle, mais un réservoir d'hydrogène a tout de même été prévu comme solution de rechange, si l'énergie générée par les panneaux solaires atteignait des niveaux trop bas. 

Cette année, la NASA a déjà dépensé 1,2 million de dollars pour son programme "Hi-Seas", afin de continuer efficacement son travail de recherches et d'études. Les chercheurs affirment que la fameuse mission spatiale humaine sur Mars aura lieu dans les années 2030.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !