Si vous vous demandiez à quoi ressemble l’héroïsme politique dans le France de 2017, voilà un exemple : des enseignants découvrent que Noël n’est pas totalement étranger à la naissance de Jésus mais sauvent leurs élèves d’une telle horreur | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Si vous vous demandiez à quoi ressemble l’héroïsme politique dans le France de 2017, voilà un exemple : des enseignants découvrent que Noël n’est pas totalement étranger à la naissance de Jésus mais sauvent leurs élèves d’une telle horreur
©Capture d'écran Instagram

Chronique de la bêtise ordinaire

Si vous vous demandiez à quoi ressemble l’héroïsme politique dans le France de 2017, voilà un exemple : des enseignants découvrent que Noël n’est pas totalement étranger à la naissance de Jésus mais sauvent leurs élèves d’une telle horreur

Le film était projeté dans un cinéma de Gironde pour les enfants des écoles. Et des profs ont découvert, en frémissant, que ce n'était pas "laïque".

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Il était une fois en Palestine, sous le règne du débonnaire Mahmoud Abbas, un couple sympathique et bien considéré par ses voisins. Joseph était charpentier. Sa femme, Marie, était mère au foyer. Ils s'aimaient. Ce qui n'empêcha pas Marie de fauter avec un certain Saint Esprit. Magnanime et généreux, Joseph pardonna à l'épouse infidèle. D'autant plus qu'elle attendait un heureux évènement

Le couple cheminait sur les routes de Palestine pour se rendre au domicile familial, à Ramallah. Joseph et Marie firent une halte à Bethléem pour se reposer et se désaltérer. Mais quand ils voulurent quitter la ville, ils s’aperçurent que les Juifs perfides avaient bloqué toutes les sorties avec des checkpoints.

Ils firent demi-tour. Et comme la délivrance était proche, Joseph et Marie se précipitèrent dans la première étable qu'ils trouvèrent. Et c'est là que Marie donna naissance à un bébé qu'ils nommèrent Jésus. L'enfant était beau comme un dieu. Et tous les médias palestiniens se penchèrent sur le berceau pour le filmer et le photographier. Mahmoud Abbas, ému par cette touchante nouvelle, proclama ce jour de décembre fête nationale. Et il ne manqua pas de protester aux Nations unies contre les Juifs – que leur nom soit maudit ! - qui avaient empêché Marie d'accoucher dans une des nombreuses maternités modernes que compte la Palestine.

Voilà la seule, authentique et véridique histoire de ce qui s'est passé à Noël. Tout a été vérifié. Et tout a été certifié conforme par Libération, Télérama, Les Inrocks et BFM TV. Toute autre version ne peut être que mensongère et le fruit d'une pitoyable superstition religieuse. Des enfants d'une école de Gironde ont failli être victimes de cette odieuse manipulation ourdie dans les caves du Vatican.

Leurs enseignants avaient entrepris de leur montrer un dessin animé sur Noël. Un dessin animé américain. Et, naïfs et candides, ils se s'étaient pas avisé que le scénario du film avait pu être écrit par des conseillers de l'abominable Donald Trump ? Erreur, funeste erreur !

Pendant la projection, l'horreur apparut dans son affreuse nudité : le film évoquait la Nativité, montrait une crèche et le petit Jésus ! Ah non, ça, ça n'était pas laïque ! Ils interrompirent la projection et renvoyèrent les enfants chez eux. Mais peut-être était-il déjà trop tard ? Peut-être que des âmes innocentes avaient été corrompues par des images que la laïcité réprouve ? De tels manquements ne peuvent rester impunis ! Nous attendons des sanctions très fermes de la part de l'Education nationale.  

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !