Rions ensemble contre les antiracistes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
People
Rions ensemble 
contre les antiracistes
©

Humoristiquement correct

Rions ensemble contre les antiracistes

Le Grand Rex accueille ce lundi soir à Paris l’évènement « Rire ensemble contre le racisme ». Mais qui sont au juste les racistes dont il est question ?

Christophe Bentz

Christophe Bentz

Christophe Bentz est l'auteur de l’essai Décrypter l’antiracisme en une heure (Editions Tatamis - 2011). Il a aussi été président des Jeunes Pour la France

Voir la bio »

Il est probablement naturel et légitime que les hommes cherchent à rire de tout. Je m’y atèle bien souvent. Donc rire ensemble ? Volontiers. Combattre le racisme (le vrai) ? Bien entendu. Mais pourquoi ne peut-on pas rire de l’islamisme, comme nous l’ont démontré les manifestations violentes au moment de l’affaire des caricatures de Mahomet, alors que l’on peut rire du racisme ? Peut être parce qu’il n’existe quasiment plus, de nos jours, de racisme en France (du moins comme les antiracistes l’entendent), mais que l’islamisme, lui, est bien palpable.

Car, s’il l’on rit contre le racisme, d’une certaine manière, c’est que l’on rit contre les racistes. Mais qui sont-ils ces racistes ? Les nombreux rappeurs qui insultent la France et les Français ? Ceux qui éructent leur haine anti-blancs sur des disques vendus à la Fnac ? Est-ce contre ces gens-là que l’évènement « Rire ensemble contre le racisme » lutte ? Si tel est le cas, je vais m’empresser d’aller réserver ma place à cette fabuleuse soirée contre le racisme.

Un festival manichéen qui dresse le camps du bien (humoristes, comédiens) contre l'axe du mal...

Malheureusement non. Ce festival moraliste et culpabilisateur, plus caricatural encore que les propres caricatures qu’il dresse de ses adversaires préférés, a pour vocation de définir de manière très manichéenne le camp du bien (artistes présents, humoristes, comédiens, politiciens bien-pensants et autres donneurs de leçons…) et le camp du mal. Ah, le camp du mal ! Ces vilains racistes du Front National, de la Droite populaire et assimilés, ces éternels colons blancs n’ayant pas renoncé à leurs instincts primaires de domination, osant refuser de battre leur coulpe au rythme de la repentance médiatique imposée. Ce sont eux, nous susurrent-ils, les vrais racistes. Oui, en effet, les antiracistes à l’esprit réducteur n’en sont plus à un amalgame près, et bien sûr à une incohérence près…

En même temps, il faut bien les comprendre. Car, avouons-le, l’accusation de raciste est très astucieuse puisqu’elle permet d’accabler et de neutraliser l’adversaire avec une étonnante efficacité. Au pire, si cette accusation ne fonctionne pas ou plus, il y a toujours l’accusation suprême en secours : fasciste. Arme fatale des antiracistes prétendus et officiels, le qualificatif fasciste est très fréquemment utilisé par la bien-pensance, dont le sens est fondamentalement galvaudé et n’ayant aucun rapport doctrinal avec l’authentique fascisme historique, lorsqu’il est asséné à l’encontre d’une parole jugée par ces même pseudo-antiracistes comme excessivement droitière, sécuritaire ou patriotique. Le but : discréditer et donc annihiler d’emblée la parole de droite par un système de présomption de racisme n’ayant aucune nécessité de se justifier.

Enfin, cette manifestation politico-culturelle emploie une méthode pratique ayant fait ses preuves : utiliser l’humour qui constitue le meilleur moyen pour séduire une foule, galvaniser un peuple sans avoir nécessairement besoin d’argumenter, afin de lui inculquer une idéologie, mais surtout sans naturellement lui demander de faire preuve d’esprit critique vis-à vis de cette idéologie. Etrangement, cela me rappelle une autre période de notre histoire… Alors, dans cette histoire, qui sont les vrais idéologues ? Qui sont les fascistes ? J’avoue avoir un doute !

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !