A-t-on assez vu la cohérence du programme économique des extrêmes face à la mort cérébrale des partis de gouvernement ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
A-t-on assez vu la cohérence du programme économique des extrêmes face à la mort cérébrale des partis de gouvernement ?
©

Le nettoyeur

A-t-on assez vu la cohérence du programme économique des extrêmes face à la mort cérébrale des partis de gouvernement ?

Cette semaine, le "nettoyeur" Pascal Emmanuel Gobry décrypte les programmes économiques de Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon. Qui sans être "bons" en termes de science économique n'en sont pas moins cohérents...

Pascal-Emmanuel Gobry

Pascal-Emmanuel Gobry

Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.

Voir la bio »

A deux jours du premier tour, que retenir du débat économique de cette campagne ? A première vue, rien. Comme le signale l’économiste-blogueur Stéphane Ménia, cette campagne a été la plus indigente de mémoire d’homme en termes d’idées, surtout économiques. Et bien sûr, c’est particulièrement affligeant étant donné que nous sommes en période de crise économique grave.

A y regarder de plus près, il y a bien une chose à signaler : c’est, face à la mort cérébrale des candidats de gouvernement, la cohérence des propositions économiques des extrêmes. Par cela je ne veux pas dire que les propositions économiques des extrêmes sont bonnes -dans la plupart des cas, elles ne le sont pas -mais que au moins, contrairement à celles des candidats de gouvernement, elles sont parfois cohérentes, du point de vue de la science économique.

Deux exemples frappants :

  • Lorsque la crise de l’euro s’est aggravée, Jean-Luc Mélenchon a été le premier et le seul à demander que ça soit la Banque centrale qui rachète la dette des États, afin de calmer les marchés et d’augmenter la masse monétaire. Solution cohérente, à mille lieux de l’analyse complètement erronée du couple Sarkozy-Merkel, qui prend une crise monétaire pour une crise de la dette. Mélenchon avait raison, et il a été ridiculisé de toutes parts. Et, indirectement par le biais de l’opération LTRO, la BCE de Mario Draghi a suivi ses conseils et effectivement calmé la crise.
  • Tout aussi ridiculisée, la volonté de Marine Le Pen de sortir de l’euro et de revenir au franc. Pourtant, l’origine de la crise de l’euro est le fait que nous avons une politique monétaire à taille unique pour des économies à grandes différentes de productivité. La fin de la monnaie unique est une solution parfaitement cohérente à ce problème. Le retour au franc est-il une solution-miracle ? Bien sûr que non, il y a beaucoup de problèmes et de très bonnes raisons d’être contre un retour au franc. Mais, économiquement, c’est une réponse infiniment plus cohérente à la crise que les gesticulations merkoziennes, qui empilent les absurdités économiques.

Comprenez-moi bien : si les idées de M. Mélenchon ou Mme Le Pen arrivent au pouvoir, je serais le premier à prendre un aller-simple pour un autre pays. Dans l’ensemble, notamment sur le protectionnisme et la vénération d’un Etat-pieuvre qui décide de tout, leurs idées économiques sont nauséabondes.

S’il fallait noter les idées économiques des candidats, personne n’aurait la moyenne. Mais un correcteur objectif devrait donner des points à M. Mélenchon et Mme Le Pen pour avoir, eux au moins, avancé une poignée d’idées cohérentes, face au néant des partis de gouvernement.

C’est évidemment très inquiétant pour notre démocratie. Dans L’Etrange défaite, l’historien Marc Bloch remarque que 1940 aurait pu se passer autrement : sur le papier, l’armée française était au moins aussi puissante que la Wehrmacht. Si la France s’est effondrée, c’est à cause d’une capitulation de nos élites, notamment politiques, pendant toute la décennie qui a précédé la guerre. Bien sûr, nous sommes loin de 1940, et il n’y a aujourd’hui aucun Hitler qui nous menace. Mais cette campagne a donné la preuve pour ceux qui la cherchaient encore d’une démission des élites d’une ampleur qui ne peut qu’inquiéter les étudiants de l’histoire.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !