Le retour de la croissance est encore loin | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Le retour de la croissance
est encore loin
©

Croissance molle

Le retour de la croissance est encore loin

François Fillon et Christine Lagarde se sont tour à tour félicités des chiffres de la croissance française pour le premier trimestre 2011, estimés à 1 %. Retour de la croissance ? Il y a loin de la coupe aux lèvres estime l'économiste Pascal Salin, il faudrait plusieurs trimestres de suite au dessus de 1 % pour y croire.

Pascal Salin

Pascal Salin

Pascal Salin est Professeur émérite à l'Université Paris - Dauphine. Il est docteur et agrégé de sciences économiques, licencié de sociologie et lauréat de l'Institut d'Etudes Politiques de Paris.

Ses ouvrages les plus récents sont  La tyrannie fiscale (2014), Concurrence et liberté des échanges (2014), Competition, Coordination and Diversity – From the Firm to Economic Integration (Edward Elgar, 2015).

Voir la bio »

Atlantico : 1 % de croissance en France au premier trimestre 2011, est ce le signe que l’économie redémarre ?

 Pascal Salin : Il est indéniable qu’en France comme ailleurs il y a une reprise. Dire pour autant qu e l’ère de la croissance est de retour, j’en doute. Le chiffre trimestriel n’est pas significatif. On devrait parler d’une variation trimestrielle qui rattrape en parti le retard du passé d’ailleurs. Il est excessif de parler de retour de la croissance car les conditions ne sont pas réunies pour que l’on aie une croissance durable en France.

 Il faut avoir en tête un rapport publié par la direction du trésor et le centre d’analyse stratégique, l’ancien commissariat au Plan, qui ont publié un rapport sur la croissance à échéance de 2030. Ce qui me froisse dans ce rapport, c’est qu’il exprime des vues purement volontaristes et sans qu’il y ait d’analyse précise des ressorts de la croissance.

Il énonce la nécessité d’une régulation financière, ce qui n’a rien à voir avec la croissance, il évoque des opportunités d’évolution technologiques ou encore des préoccupations environnementales, mais tout ceci ne permet ni de prévoir ni d’assurer une croissance élevée.

La croissance est le résultat non prévisible d’actions humaines individuelles, et la condition première pour qu’il y ait de la croissance est de libérer les énergies, et de restaurer les incitations productives. Or en France, plus que dans la plupart des pays du Monde, ces incitations ont été détruites durablement par la fiscalité et la réglementation.

Malheureusement, on a réagit à la crise de manière erronée, en renforçant les dépenses publiques, la fiscalité et les règlementations au lieu de faire le contraire. Il est donc impossible d’imaginer le retour d’une croissance forte et durable en France.

Quels signaux pourraient dire que nous sommes sur la bonne voie, et que l’économie française est réellement sortie d’affaire ?

Il faudrait avoir pendant plusieurs trimestres de suite une croissance significative, d’au moins 1 % par trimestre, mais on pourrait faire mieux même. Mais le plus important, les conditions de la croissance doivent être assurées : une révolution fiscale et une révolution réglementaire, avec une déréglementation profonde, en particulier sur le marché du travail. Là on pourrait avoir une croissance durable.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !