Reniements, renoncements, changements de cap : quel capital politique reste-t-il encore à François Hollande ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
François hollande a changé de cap sur la PMA/GPA.
François hollande a changé de cap sur la PMA/GPA.
©Reuters

On peut tromper un électeur une fois...

Reniements, renoncements, changements de cap : quel capital politique reste-t-il encore à François Hollande ?

Si la désertion du PS sur les sujets sociaux et économiques ne date pas d'hier, la récente reculade du gouvernement sur la PMA/GPA représente un sérieux camouflet pour la gauche "culturelle" qui reste convaincue du bien-fondée de son projet de société. Un fait qui diminue encore le bien faible soutien populaire à l'actuel locataire de l'Elysée.

Jérôme Sainte-Marie

Jérôme Sainte-Marie

Jérôme Sainte-Marie est président de la société d'enquête et de conseils PollingVox.

 

Voir la bio »

Atlantico : Les récentes déclarations de Manuel Valls confirmant que le gouvernement s'opposerait aux amendements sur la PMA et la GPA ne satisfait pas tout le monde à gauche, Christiane Taubira ayant promis mardi matin sur Europe 1 que ces mesures finiraient par être adoptées. Jusqu'à quel point ce renoncement sur un projet culturel phare du programme de François Hollande peut-il coûter à l'actuelle majorité ?

Jérôme Sainte-Marie : La première conséquence négative est bien entendu d’installer l’image d’un pouvoir faible, prompt à retirer ses projets face à la rue. Ceci entre en résonance avec une perception dominante de l’opinion, installée avant l’élection de François Hollande, et confortée par différentes affaires dont celles de l’écotaxe ou du salaire des enseignants des classes préparatoires. En second lieu, un électorat motivé par les « questions de société », c’est à dire en clair une inflexion libertaire des modes de vie, est indisposé. Ses effectifs ne sont pas infinis, mais il est fortement installé dans les villes-centre et constitue une ressource militante du Parti socialiste. En outre, cela popularise l’idée que tant la PMA que la GPA étaient des projets gouvernementaux, alors même qu’elles sont désapprouvées majoritairement par l’opinion publique.

Si le pacte de responsabilité est approuvé par une majorité de Français, une récente enquête IFOP/Atlantico démontre que seulement 30% de ceux qui se réclament de la gauche considèrent la baisse des charges comme "un facteur déterminant" pour les entreprises. Le "tournant social-démocrate" ne risque t-il pas d'être vu comme une trahison économique pour les anciens électeurs de François Hollande ? Dans quelles proportions ?

Le dévoilement de la politique économique et sociale du gouvernement, dans une logique tout à fait différente du discours de campagne de François Hollande, aura nécessairement un coût politique et électoral. Dans son électorat, la discussion sur le bien fondé de la réduction de la dépense publique est nécessairement biaisée par le fait qu’une bonne partie en bénéficie. Par exemple, les trois quarts des fonctionnaires ont voté au second tour pour le candidat socialiste. En outre, la politique de redistribution génère une forme de clientélisme électoral, ce qui rend tout retour en arrière difficile politiquement. L’inconnue principale réside dans la force qu’aura l’argument de l’emploi, très présent dans le discours présidentiel, et qui pourrait faire accepter cette logique de compétitivité.

Au-delà du Parti socialiste, les alliés du Front de gauche et d'EELV ne sont pas particulièrement enchantés des dernières décisions gouvernementales. Alors que Jean-Luc Mélenchon a demandé à punir le gouvernement lors des prochaines échéances, peut-on dire que le risque de scission à gauche soit bien réel aujourd'hui ?

La campagne des municipales l’illustre, les logiques d’appareil l’emportent, à court terme, sur la cohérence politique. C’est ainsi que l’on voit le Front de gauche divisé à Paris, avec le ralliement des communistes, dès le premier tour, aux listes Hidalgo. Les partis satellisés autour des socialistes sont pour l’heure discrets. L’intérêt électoral d’un accord coûte que coûte avec le PS sera moindre pour les élections européennes, mais lors de ce scrutin les électeurs de la gauche de la gauche ont tendance à plus s’abstenir que les autres. Il faut également mentionner un obstacle idéologique majeur : lorsque les principaux tenants d’une politique de gauche y renoncent ouvertement, la crédibilité de celle-ci est directement atteinte. Par rapport à cela, le thème de la trahison convainc peu les Français.

D'aucuns évoquent l'idée que François Hollande saura malgré tout reconquérir l'opinion à travers une ligne "patriote" et "sociale" d'ici 2017 (voir ici). Un tel revirement pourrait-il permettre de remonter la pente ?

Il y aurait là un paradoxe bien improbable. François Hollande est l’antithèse de Jean-Pierre Chevènement. Très attaché à l’Europe, fervent partisan du oui en 2005, il s’apprête à accentuer une politique bien davantage appréciée à Bruxelles ou à Londres que parmi ses électeurs peu dotés en capital économique ou social. Je crois que l’on sous-estime le choc que constituera la réduction forte et rapide de la dépense publique. Nous entrons dans une période sans précédent depuis la guerre, où l’Etat, dont on critique la difficulté à protéger complètement les Français, va assumer une volonté de moins protéger. Il y aura sans doute, et cela a déjà commencé, une réaction « patriote » et « sociale », mais il est douteux qu’elle puisse être dirigée par un Président ayant affiché une toute autre logique.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !