Redressement : ce que nous voulons vraiment pour la France | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Redressement : ce que nous voulons vraiment pour la France
©Reuters

Présidentielle

Redressement : ce que nous voulons vraiment pour la France

Les Français sont en train de se faire voler l’élection présidentielle. Nous venons de perdre deux mois de campagne dans un feuilleton médiatique aberrant. Deux mois où nous aurions dû débattre et échanger sur des questions de fonds.

Alexia Demirdjian

Alexia Demirdjian

Alexia Demirdjian est engagée dans la campagne présidentielle de François Fillon où elle collabore notamment au projet.

 

Voir la bio »
Guillaume  Labbez

Guillaume Labbez

Guillaume Labbez, après avoir été conseiller ministériel préside l’agence de conseil en conseil en communication et analyse politique CommStrat.fr . Il est également Maître de Conférences et directeur pédagogique à Sciences Po

Voir la bio »

Avec près de 6 millions de chômeurs, 9 millions de pauvres, une dette à 2200 milliards d’euros et une insécurité croissante, pouvons-nous nous payer le luxe de ne pas aborder les sujets de fond ? Il est encore temps de recentrer le débat sur ces questions. Les Français veulent des réponses aux enjeux majeurs qui les concernent dans leur quotidien. Ils sont inquiets et ils ont raison car la situation ne s’améliore pas. Face à ces défis, la seule question qui importe est « que voulons-nous pour la France ? ». François Fillon y répond : c’est le redressement de notre pays !

Pour cela, François Fillon engagera une guerre totale contre le chômage. Six millions de chômeurs c’est une catastrophe économique, mais c’est aussi une tragédie personnelle pour ceux qui le subissent. Les entreprises doivent retrouver des marges de compétitivité pour pouvoir embaucher. C’est pourquoi François Fillon lèvera tous les freins à l’emploi en abaissant les charges et les impôts de 40 milliards d’euros, en simplifiant le droit du travail et en supprimant les 35 heures. Ces mesures permettront de relancer l’économie et d’aller vers le plein emploi.

Mais la lutte pour l’emploi passe aussi par un effort sur les dépenses publiques car le niveau de prélèvement obligatoire plombe notre économie. C’est pourquoi François Fillon diminuera les dépenses publiques de 100 milliards d’euros. Ce qui est en jeu c’est notre souveraineté et c’est l’avenir de nos enfants. Nous payons déjà 40 milliards d’euros d’intérêts de la dette par an ! C’est plus que le budget de la défense ! Nous sommes à la merci d’une remontée des taux qui rendrait la dette insoutenable et nous ferait boire les potions amères de nos créanciers. Réduire la dette, c’est défendre notre souveraineté. C’est une priorité. François Fillon est le seul à le dire.

Enfin, en créant une coalition internationale contre le totalitarisme islamique, qui inclura en plus des pays de la région, l’Iran et la Russie, François Fillon lancera une guerre totale contre le terrorisme. Il n’y aura pas de répits contre ceux qui nous menacent. Tout Français parti combattre à l’étranger dans les rangs terroristes se verra interdire l’accès au territoire national, après déchéance de nationalité.Les étrangers qui représentent un danger pour la sécurité nationale seront expulsés. Les mouvements proches de l’Islam radical seront dissous.

Voilà les sujets qu’il faut traiter. C’est ce qu’attendent les Français et François Fillon y répond par un projet solide. Les autres voies sont dangereuses pour notre pays.

D’un côté, Emmanuel Macron joue la carte de la séduction et de la « com » bien rôdée. Il prétend s’affranchir des clivages anciens et apporter des solutions nouvelles. Il avance masqué, mais les apparences ne résistent pas à la réalité. Ce sont les bonnes vieilles recettes du hollandisme qu’il reprend : promesses non financées, projet hésitant et flou dans l’espoir d’attirer le plus de monde sans froisser personne. Emmanuel Macron c’est l’immobilisme de Hollande à la sauce prétendue « sexy ». Les ténors du PS ne s’y sont pas trompés et rejoignent massivement l’ancien ministre de l’économie.

De l’autre côté, c’est Marine Le Pen et sa politique du pire. Abandon de l’euro, fermeture des frontières, sortie de la PAC, retour de l’âge de la retraite à 60 ans, embauche sans compter de fonctionnaires : c’est la faillite en 6 mois. Le programme du FN c’est l’affaiblissement de la France. La sortie de l’euro signerait la ruine des épargnants et de la France . C’est une promesse assurée de hausse des taux qui rendrait notre dette insoutenable. L’élection de Marine Le Pen entrainerait le chaos du pays. Nous ne pouvons pas nous y résigner.

Dans ce paysage, François Fillon est le seul à apporter une réponse crédible et à même de redresser notre pays. Lui seul pourra rassembler une majorité capable de gouverner la France et de sortir notre pays du marasme.

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !