Radars, piège à cons | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
"Les accidents sont en augmentation surtout le weekend..."
"Les accidents sont en augmentation surtout le weekend..."
©

Sécurité routière

Radars, piège à cons

La suppression des panneaux signalant les radars décidée par le gouvernement pour réduire les morts sur la route, fait craindre à certains élus de la majorité dont Jean Auclair, une défaite aux prochaines élections. Pourtant, le ministre de l'Intérieur Claude Guéant a réaffirmé le 18 mai sa volonté de ne pas revenir sur ses mesures.

Jean Auclair

Jean Auclair

Jean Auclair est député UMP de la deuxième circonscription de la Creuse.

Agriculteur de profession, il est membre de la commission des affaires économiques de l'Assemblée nationale.

 

Voir la bio »

Atlantico : Vous avez déclaré qu'avec ces mesures vous alliez perdre les élections, pourquoi ?

Jean Auclair : Il faut toujours mettre la pression sur nos dirigeants mais le problème n'est pas là. Il y a des accidents en hausse, il faut donc régler les problèmes. Mais a-t-on regardé l'origine des accidents ? D’abord parce qu’il a fait bon, la météo a été clémente, les gens ont beaucoup plus circulé. Ensuite, ce que je constate, c’est que ces accidents sont en augmentation surtout le weekend. Dans la nuit du vendredi au samedi et du samedi au dimanche. On sait très bien que les jeunes vont dans les boites de nuit, boivent de l’alcool, consomment de la drogue et prennent leur voiture pour rentrer. Ils roulent comme des fous et le drame arrive.

Ce que je trouve inadmissible, c’est que l’on veuille faire payer aux travailleurs de la semaine, ceux qui ont vraiment besoin de leur voiture, le comportement des fêtards du week-end. Ce n’est pas possible d’embêter encore un peu plus, ceux qui ont besoin de leur permis de conduire et de leur voiture pour travailler.

Les mesures prises pour sanctionner les excès de vitesse de plus de 50 km/h, sont-elles trop sévères ?

Il est normal que les excès de vitesse de plus de 50 km/h soient punis. C’est l’accumulation de petites fautes qui est discutable. Quand vous passez devant un radar à 115 au lieu de 110 km/h ou 58 au lieu de 50, vous prenez une amende de 90 euros et vous perdez des points. Avec l’accumulation de tout ça, un beau matin, le chauffeur-travailleur n’a plus de permis. Que fait-il ? On ne peut pas continuer à embêter les gens comme ça, d'inquiéter ceux qui travaillent parce qu’ils ont dépassé de quelques km/h la vitesse autorisée !

Pourquoi avoir Interpellé le gouvernement ?

J’écoute ce que mes concitoyens me disent. J’ai été inondé comme les autres députés, de mails, de lettres, de coups de téléphone et d’appels personnels pour me dire d’arrêter les bêtises. Ils ont raison. Je suis moi aussi un conducteur, je fais beaucoup de kilomètres, j’ai perdu des points et mon permis de conduire, mais ce n’est pas pour ça que je me considère comme un être dangereux et les autres non plus. Ceux qui sont dangereux, ce sont ceux qui consomment de la drogue et de l’alcool et qui font n’importe quoi sur la route. Ceux-là, il faut les sanctionner. Je le redis, je ne veux pas que les fêtards fassent payer l’addition aux travailleurs.

C’est vrai que j’ai dit à Claude guéant, que je connais très bien, « on va se faire charger l’année prochaine aux élections car on énerve les gens et ils ne vont pas voter pour nous ». Je viens de faire un courrier à Nicolas Sarkozy et à François Fillon pour leur parler de tout ça. Mardi, on va recommencer au niveau du groupe, à mettre la pression car on est une équipe de députés UMP motivés et je remarque une chose, les députés du Parti socialiste sont muets, car ils approuvent ces mesures de rétentions. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !