Que se passe-t-il financièrement quand... les équipes de secours ont dû venir vous sauver en montagne? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Que se passe-t-il financièrement quand... les équipes de secours ont dû venir vous sauver en montagne?
©

L'addition s'il vous plaît

Que se passe-t-il financièrement quand... les équipes de secours ont dû venir vous sauver en montagne?

Loin des plages de sable fin, vous préférez passer vos vacances à la montagne, à l’ombre des arbres. Mais si la rando tourne mal, qui paye l'hélicoptère ? Troisième épisode de notre série "Que se passe-t-il financièrement quand...".

La prise en charge des secours en montagne est différente de celle en mer, la réglementation est plus complexe.

>>>A lire également : Que se passe-t-il financièrement quand... les équipes de secours ont dû venir vous sauver en mer ?

Pour les secours en montagne, deux textes sont actuellement en vigueur : un de 2004 sur la modernisation de la Sécurité civile qui garantit la gratuité des secours et un texte de février 2002 qui laisse la possibilité de faire payer les usagers.

Le premier assure la gratuité des secours en montagne par le biais des organismes publics comme les pelotons de gendarmerie de haute montagne (PGHM), la Sécurité civile ou les Sapeurs-Pompiers spécialisés dans les milieux périlleux… La facture est gérée par le Service départemental d’incendie et de secours (SDIS), indirectement payé par les impôts du contribuable.

Cependant, la loi de 2002 précise que les communes ont gardé la possibilité de faire participer les secourus : "Les communes peuvent exiger des intéressés ou de leurs ayants droit une participation aux frais qu'elles ont engagés à l'occasion d'opérations de secours consécutives à la pratique de toute activité sportive ou de loisir. Elles déterminent les conditions dans lesquelles s'effectue cette participation, qui peut porter sur tout ou partie des dépenses."

Ces factures peuvent atteindre 15 000 euros en cas d’intervention d’un hélicoptère par exemple. La facture est allégée si l’individu possède une assurance spécifique. Si vous avez souscrit à une assurance assistance, il faut la contacter avant les actes médicaux. Attention à la mauvaise surprise si vous n’êtes pas assuré, car vous ne pouvez pas choisir si l’hélicoptère qui vient vous secourir est public (PGHM) ou privé. Cependant, moins d’inquiétude pour cet été car les services privés n'interviennent que sur les domaines skiables lorsque ceux-ci sont ouverts.

Les actes médicaux restent payants dans tous les cas. La majeure partie est couverte par votre mutuelle et l'assurance maladie - selon votre régime - pour le reste c'est à l'accidenté de s'en acquitter.

Enfin, pour que l'addition ne soit pas démesurée, ne négligez par les règles de sécurité élémentaires.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !