Quand le personnel d'un palace tente l’impossible pour un client | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Quand le personnel d'un palace tente l’impossible pour un client
©undefined

Bonnes feuilles

Quand le personnel d'un palace tente l’impossible pour un client

Stars sur le retour, hommes d’affaires, anonymes richissimes… les clients de ces établissements 5 étoiles osent vraiment tout ! Découvrez leurs demandes insensées, leurs comportements déplacés et leurs caprices. Si les temples du luxe et du bien-être mettent tout en œuvre pour répondre aux attentes d’une clientèle très fortunées, ils sont régulièrement surpris par des envies souvent excentriques ! Attention… tout est vrai ! Extrait de Secrets de palaces de Sandrine Chopin et Patrice Romain publié aux Editions de L'Opportun. 1/2

Patrice Romain

Patrice Romain

Instituteur, directeur d'école puis principal de collège, Patrice Romain a pris sa retraite fin 2020, désabusé par la gouvernance de "son" école publique. Il est l'auteur d'une dizaine de livres sur l'Éducation nationale, dont le best-seller Mots d'excuse.

Voir la bio »
Sandrine Chopin

Sandrine Chopin

Sandrine Chopin est journaliste. 

Voir la bio »

Monaco, 09h53

Mission impossible

Alors que je souffle quelques minutes à mon bureau, un coup de téléphone me rappelle à l’ordre. À l’autre bout du fil, le mari d’une personnalité du monde de la mode s’exprime à toute vitesse :

— Ma belle-mère est au plus mal. Ma femme doit impérativement être à Los Angeles demain matin !

Pas de chance : l’épouse a quitté notre hôtel la veille pour faire une croisière en mer de quelques jours. Ce n’est pas un problème pour son mari :

— Démerdez-vous !

Je n’ai pas d’autre alternative que de tenter l’impossible. Grâce au réseau de hauts fonctionnaires que j’ai su constituer au fil des années, j’arrive à joindre les personnes adéquates. Première victoire, et non des moindres, sur une bureaucratie tentaculaire.

Je contacte la police maritime, de l’air et de la terre. J’appelle le capitaine du paquebot qui me confirme que l’intéressée est bien à bord, parmi les mille cinq cents passagers. Je lui demande de faire une escale forcée afin de débarquer Madame, puis saute dans le premier avion pour m’assurer personnellement de sa prise en charge…

Le bateau accoste. La célébrissime couturière en descend, talonnée de quatre porteurs qui tiennent ses huit valises à bout de bras.

Une voiture nous attend. Son chauffeur a pour mission de nous emmener le plus rapidement possible à l’aéroport le plus proche où un jet privé, réquisitionné par la police de l’air, est prêt à décoller pour Roissy. De là, elle prendra le prochain vol, direction Los Angeles.

Le timing est ultra serré : nous n’avons que quinze minutes de battement. Je dois également résoudre un détail important: la ré- gularisation du passeport et des papiers de douane…

Ça y est, nous sommes dans le jet. Je profite de cette heure de calme relatif pour mobiliser les forces de l’ordre qui assureront le bon dé- roulement des opérations à notre atterrissage. Entre deux appels, je prends soin de prévenir la dame qu’à notre arrivée à Roissy nous serons escortés par la police nationale et que son image pourrait en souffrir. La cliente coopère sans discuter et me laisse carte blanche pour agir.

Le jet atterrit. Nous débarquons directement sur le tarmac où trois policiers nous attendent.

Nous nous engouffrons dans une voiture, comme deux malfaiteurs en fuite. Deux agents du service des douanes, dépêchés en catastrophe, sont à l’intérieur du véhicule et tamponnent, en un tournemain, passeport et formulaires de sortie du territoire. Privilège rarissime dont même les hommes politiques les plus importants ne bénéficient pas toujours ! Une seconde voiture, contenant les bagages, nous double à toute vitesse et s’arrête juste sous la carlingue du Boeing 747. In extremis, le vol a été retardé de quelques minutes. On réinstalle l’escalier mobile devant la porte de l’appareil. La cliente monte à bord. L’avion dé- colle et s’éloigne dans le ciel.

Je le regarde du tarmac, vidé de toute énergie mais fier d’être arrivé à mes fins, les mains dans mes poches.

Le passeport de Madame !

Extrait de Secrets de palaces de Sandrine Chopin et Patrice Romain publié aux Editions de L'Opportun

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !