Quand Jack Lang joue (avec succès) les tontons flingueurs… | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Quand Jack Lang joue (avec succès) les tontons flingueurs…
©Capture d'écran

Il veut que ça saigne

Quand Jack Lang joue (avec succès) les tontons flingueurs…

On n'est pas toujours obligé de dire du mal de l'ancien ministre de la Culture. Pour une fois on peut même en dire du bien.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Il a défouraillé le Jack. Il a flingué rageusement. C'est qu'il en avait gros sur la patate le Jack. Le François l'avait gonflé avec son remaniement de m… . Et cette garce d'Emmanuelle l'avait fait sortir de ses gonds. Quand le Jack a ses nerfs, ça craint. Et c'est au micro de France Inter qu'il s'est lâché.

"Mais elle connaît pas le Jack cette gonzesse? Elle va avoir un réveil pénible. Je vais la travailler en férocité, la faire marcher à coup de latte. A ma pogne, je veux la voir". Et il en a remis une couche : "je vais lui faire une ordonnance et une sévère… Aux quatre coins de Paris qu'on va la retrouver éparpillée par petits boûts façon puzzle. Moi quand on m'en fait trop, je ne correctionne plus, je dynamite, je disperse, je ventile".

Certes Jack Lang n'a pas la verve d'un Audiard. Mais dans son genre, un tantinet chochotte, il n'est pas trop mal. C'est essentiellement Emmanuelle Cosse qui en prend plein la gueule. "Le plus grave dans ce remaniement c'est l'immoralité de certains personnages qui, hier, étaient les contempteurs les plus durs à l'égard du président de la République et du gouvernement. Aujourd'hui ils s'installent dans leurs fonctions comme si de rien n'était". Et ceci : "qu'elle quitte le gouvernement si elle ne s'y sent pas à l'aise". C'est pas bien envoyé ça ?

Mais Jack Lang n'est quand même pas idiot au point de ne pas savoir que si la dirigeante écologiste est devenue ministre, c'est que le président de la République l'a bien voulu. C'est pourquoi le François lui aussi en prend pour son grade ! Car si Jack n'a que dédain pour l'Emmanuelle, il en pince dur pour Fleur. A première vue (pardon pour cette remarque bassement sexiste) on le comprend. Entre les deux il n'y a pas photo.

Lang n'a pas apprécié, mais pas du tout, la façon dont Fleur Pellerin a été virée. Un modèle d'inélégance. "Ce qui me choque un peu, c'est qu'on vire quelqu'un comme ça. Elle a appris ça à la dernière minute. Sans préavis". Et il a ajouté : "je pense que les rapports humains, le respect des personnes ça compte aussi". Et pour être tout à fait clair il a conclu : "je pense que ce jour-là, le président de la République a manqué de sens de l'humain". Ça aussi c'est du sévère…

On savait déjà grâce à Valérie Trierweiler que François Hollande était un goujat. Mais quand c'est Jack Lang qui le dit, et non pas une femme bafouée, ça pèse un peu plus lourd. Il peut tout se permettre le Jack. Il a passé l'âge de prétendre à un poste ministériel. Il est peinard à la tête de l'Institut du monde arabe. Un homme libre. Nous n'avons jamais raffolé de Jack Lang. Mais le Jack on l'aime bien…

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !