Quand Bruno Retailleau flingue Nicolas Sarkozy | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Tribunes
Quand Bruno Retailleau flingue Nicolas Sarkozy
©Loic VENANCE / AFP

Règlements de comptes à Ok Les Républicains !

Quand Bruno Retailleau flingue Nicolas Sarkozy

Il manie allègrement la sulfateuse et la tronçonneuse.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Bruno Retailleau est candidat à la présidence des Républicains. Et il a des chances raisonnables d’être élu. Ce n’est pas du goût de l'ancien président de la République. Selon son entourage, Nicolas Sarkozy rendra sa carte du parti si tel est le choix des républicains. Ayant eu vent de ses intentions, la main de Retailleau n’a pas tremblé. “Je ne le retiendrai pas “, a-t-il déclaré sans aucun égard pour Nicolas Sarkozy. “Moi, je suis de droite, pas à moitié de droite, entièrement de droite” a-t-il ajouté. Autant dire que pour lui, l’ancien président de la République est totalement illégitime pour se mêler des affaires du parti. 

Le problème avec Sarkozy ce sont ses errances vagabondes. Pendant longtemps il a été le parrain des Républicains. Puis il s'est trouvé un fils en la personne d’Emmanuel Macron. “C’est moi en plus jeune”, a-t-il dit. 

Notons que Bruno Retailleau a un sérieux concurrent pour la tête du parti. Il s’agit d’Eric Ciotti qui est encore bien plus à droite que lui. Si c’est ce dernier qui est élu , que fera Sarkozy ? Rendra-t-il sa carte du parti ? Non, il la déchirera rageusement en petits morceaux…

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !