Rachat du PSG par le Qatar : un dossier politique ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Rachat du PSG par le Qatar :
un dossier politique ?
©

Paris est magique

Rachat du PSG par le Qatar : un dossier politique ?

C'est désormais officiel : le PSG change de propriétaires ! Des investisseurs venus du Qatar vont désormais diriger le club de la capitale. Un rachat qui soulève de nombreuses questions sportives... et politiques.

Philippe Verneaux

Philippe Verneaux

Philippe Verneaux est journaliste sportif et auteur de L'argent dans le sport (2005, Flammarion). Il anime le blog sportmood.fr.

 

Voir la bio »

Le Qatar est tenace. Et convaincant, très convaincant. Au terme de six ans de tentatives d’approches infructueuses, l’État du Golfe, qui avait failli entrer dans le tour de table du rachat du Paris Saint-Germain en 2006, est parvenu à ses fins. S’offrir, sous la forme de 70 % de ses parts, le PSG, détenu en majorité par le fonds américain Colony Capital.

Il était donc temps… En premier lieu, pour les dirigeants parisiens, ou plutôt ses propriétaires. A Los Angeles, les actionnaires devaient commencer à trouver le temps long en observant année après année les comptes de leur soi-disant pépite se plomber sans cesse davantage. Sébastien Bazin, leur représentant français à Paris par le biais de Colony Europe, se creusait pourtant les méninges depuis un bon moment pour présenter du PSG une image la plus attractive possible pour en tirer à la vente un bénéfice au moins honorable. Une cession devenue, par la force des ennuis, une priorité. Car, racheté à l’époque à Canal + contre un chèque relativement peu excessif de 26 millions d’euros, le club phare de la capitale a ensuite coûté cher, très cher, en cinq saisons où le bilan sportif a beaucoup ressemblé à celui du comptable, ce dernier ayant enregistré pour le seul dernier exercice un déficit de 20 millions.

L'ombre de Nicolas Sarkozy

Tout a été compliqué dans cette affaire où l’environnement du club, la  politique, voire la géopolitique, se sont sans cesse et inextricablement mêlés. Ce qui explique que l’une et l’autre partie aient pris leur temps pour peser soigneusement son prix et ses conditions. Le PSG est plus qu’un club, comme l’on dirait à Barcelone. Et les business plans ont eu bien du mal à intégrer tous les paramètres, celui des supporters parisiens n’en constituant pas le plus facile à dénouer.

Colony Capital et Butler Capital Partners (qui détient le solde de la SASP, soit 4,5 % contre 95,5 % au premier), ont donc cédé aux sirènes des milliards (50) de Qatar Investment Authorities (QIA), fonds souverain qatari, piloté par le prince héritier de l’émirat, le Cheick Tamin Bin Hamal Al-Thani. Les raisons sautent aux yeux, même des plus naïfs. Une telle puissance de feu sait faire taire certains scrupules. Et puis, dans ce dossier hautement politique, on l’a dit, un élément a probablement pesé de tout son poids. La voix de Nicolas Sarkozy, supporter non dissimulé du PSG, a porté aux oreilles de Sébastien Bazin, un de ses proches, à qui il a fait valoir l’intérêt de ne pas négliger un partenaire à l’implication économique déjà très affirmée dans l’hexagone.

La fin du patriotisme sportif

Quant à ceux ayant sans doute manœuvré en coulisses pour torpiller le projet, les porteurs de l’étendard du patriotisme, ils ont dû se résoudre aux nouvelles mœurs en vogue. Comme en Angleterre (Manchester, Chelsea, Liverpool…) ou en Espagne (Malaga), où les capitaux extérieurs affluant en masse ne provoquent plus de révolution de palais et encore moins d’émeutes.

Au bout d’une transaction si ardue, les protagonistes auront donc fini par trouver leur compte. Le PSG, on l’a dit, qui, fort d’une surface financière accrue, pourrait enfin faire éclater ses ambitions sur le terrain en s’attachant les services de joueurs de renom et performants, mais également d’un grand entraîneur comme Arsène Wenger. De son côté, le Qatar, dont la volonté d’investissement  tous azimuts de ses pétro-dollars ne se dément plus ni ne se cache, y voit certainement une véritable occasion d’étendre et de rentabiliser son nouvel empire d’activités. Après avoir obtenu l’organisation de la Coupe du monde 2022 ou de s’afficher en toutes lettres (d’or, contre 165 millions d’euros !) sur la poitrine du club le plus prestigieux de la planète (FC Barcelone) lors des cinq prochaines années, le Qatar a frappé un nouveau coup. D’épée, ou dans l’eau ?...

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !