Pourquoi la chute de l’économie russe pourrait présager d’une crise financière pire que celle de 1998 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Vladimir Poutine.
Vladimir Poutine.
©Reuters

Coup de froid

Pourquoi la chute de l’économie russe pourrait présager d’une crise financière pire que celle de 1998

En 1998, la Russie a été frappée par une grave crise financière qui a balayé son économie. Pour pouvoir lutter contre, la pays avait été alors contraint de dévaluer le rouble. Aujourd'hui, le pays fait face à une sévère chute de son PIB. Pire encore, la directrice de McKinsey à Moscou reconnaît la faiblesse bancaire Russe. De quoi anticiper une crise financière au moins aussi violente que la précédente.

Cyrille Bret

Cyrille Bret

Cyrille Bret, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, de Sciences-Po Paris et de l'ENA, et anciennement auditeur à l'institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) est haut fonctionnaire et universitaire. Après avoir enseigné notamment à l'ENS, à l'université de New York, à l'université de Moscou et à Polytechnique, il enseigne actuellement à Sciences-Po. Il est le créateur avec Florent Parmentier du blog Eurasia Prospective. Il est également membre de l'Institut Notre Europe Jacques Delors.

Pour le suivre sur Twitter : @cy_bret

 

Voir la bio »

Atlantico : Avec une baisse de 4.6% du PIB, l'économie russe fait face à sa plus forte récession depuis 2009. Entre les sanctions internationales et la baisse du prix du pétrole, quelles sont les principales causes de cette situation ? Les autorités y ont-elles tout de même réagi efficacement ?

Cyrille Bret : les données produites par Rosstat (l’équivalent de l’INSEE en Fédération de Russie) sur l’économie russe sont préoccupantes. Outre la contraction du PIB de plus de 4,5% au deuxième trimestre 2015 par rapport au deuxième trimestre 2014, plusieurs indicateurs sont inquiétants. Même si le taux de chômage est limité (5,4% en juin), le cours du rouble est en forte baisse : la monnaie russe a perdu plus de 40% de sa valeur face au dollar américain depuis 12 mois malgré les efforts de la Banque centrale de Russie. Mais surtout, la production industrielle s’est contractée de 20% durant les trois derniers mois et l’inflation est forte : le FMI la prévoit à 18% lissée sur l’année.

Les déterminants de cette crise économique et financière sont bien connus : les sanctions internationales frappent l’économie russe là où elle est en difficulté : le financement et l’investissement. En tarissant le financement international de l’économie russe, les Occidentaux ont donné à l’économie russe une « poison pill » qui fait effet à plein régime en 2015, comme annoncé par les autorités russes. De plus, les cours actuels des hydrocarbures (un pétrole autour des 50US$ le baril) se situent à la moitié du cours anticipé par les autorités russes pour bâtir leurs hypothèses de croissance.

Face à deux facteurs très largement exogènes (les sanctions occidentales et les cours des hydrocarbures) les autorités russes n’ont pas de marges de manoeuvre à court terme. La seule attitude possible est de réformer sur le long terme… et d’attendre une remontée des cours des hydrocarbures.

Le Financial Times pointe du doigt le risque d’une nouvelle crise financière en Russie, notamment en raison de la fragilité du secteur bancaire. S’agit-il d’un scénario crédible ? Dans quelle mesure la situation actuelle peut-elle être comparée à la crise financière de 1998 ? Une tel scénario représente-t-il une menace à l'international ?

La fragilité du secteur bancaire est détectée depuis longtemps comme le talon d’Achille de l’économie russe. Outre les sanctions visant à couper la possibilité, pour les banques russes, de se financer sur les marchés financiers internationaux, plusieurs facteurs structurels affaiblissent le secteur bancaire russe : le régime de propriété est mal garanti de sorte que les investissements de long terme sont peu encouragés, le système judiciaire russe a un rythme peu adapté au cycle des affaires, les sorties de capitaux sont importantes, etc. C’est tout le climat juridique, administratif et politique qui fragilise, directement ou indirectement le secteur financier.

Quelles sont les conséquences de cette récession sur la situation politique russe, et plus particulièrement sur Vladimir Poutine ?

Pour le moment, les conséquences sont limitées. Le président russe, fort de l’union nationale, aussi bien réelle que suscitée par ses soins, fonctionne à plein. Aucune figure politique rivale n’émerge : Alexeï Navalny est encore marginal même s’il a la faveur de certains médias occidentaux et aucun parti n’érode l’ultra-domination du partie Russie juste dans les provinces et à la Douma, chambre basse du parlement russe.

La situation intérieure est, pour le moment, stable car les citoyens de la Fédération de Russie soutiennent largement des autorités qui font face, à l’extérieur, à ce qui est ressenti comme une agression de l’OTAN, et, à l’intérieur, à ce qui est considéré comme une série de sanctions illégitimes.

Les conditions d’un changement politique en Russie sont loin d’être réunies.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !