Pourquoi l'interdiction de culture des OGM en France ne nous en protège absolument pas (à supposer qu’ils soient dangereux) | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
La Commission européenne a donné son feu vert aux Etats-membres concernant une éventuelle interdiction sur leur territoire des cultures OGM.
La Commission européenne a donné son feu vert aux Etats-membres concernant une éventuelle interdiction sur leur territoire des cultures OGM.
©Reuters

Graines et frontières

Pourquoi l'interdiction de culture des OGM en France ne nous en protège absolument pas (à supposer qu’ils soient dangereux)

Le 12 juin, la Commission européenne a validé la demande de certains pays-membres d'interdire au sein de leur territoire la culture d'organismes génétiquement modifiés (OGM). La France en fait partie. Malgré cette mesure, nous n'en sommes pas pour autant protégés.

Marcel Kuntz

Marcel Kuntz

Marcel Kuntz est biologiste, directeur de recherche au CNRS dans le laboratoire de Physiologie Cellulaire Végétale. Il est Médaille d'Or 2017 de l'Académie d'Agriculture de France

Il est également enseignant à l’Université Joseph Fourier, Grenoble.

Il tient quotidiennement le blog OGM : environnement, santé et politique et il est l'auteur de Les OGM, l'environnement et la santé (Ellipses Marketing, 2006). Il a publié en février 2014 OGM, la question politique (PUG).

Marcel Kuntz n'a pas de revenu lié à la commercialisation d'un quelconque produit. Il parle en son nom, ses propos n'engageant pas son employeur.

Voir la bio »

Atlantico : Le 12 juin, la Commission européenne a donné son feu vert aux Etats-membres concernant une éventuelle interdiction sur leur territoire des cultures OGM. Cela va-t-il pour autant nous empêcher de consommer des OGM ?

Marcel Kuntz : Il faut d’abord souligner qu’il s’agit de  l’effondrement de la stratégie européenne sur les OGM depuis 1990, qui se voulait communautaire et sur une base scientifique. La procédure au niveau européen existe toujours, après un avis scientifique, suivi de votes des Etats membres. Mais dans les faits ces derniers décideront chacun de leur coté, en fonction du rapport des forces politiques dans le pays. Ce retournement ne concerne pas les importations - qui servent essentiellement à la nourriture animale, car en Europe, nous ne consommons pas directement de quantité notable de produits dérivés d’OGM. Si l’Europe interdisait ces importations d’OGM, les prix de la nourriture animale exploseraient et ce serait désastreux pour les filières de viande et d’autres. 

Certains pays n'interdiront pas pour autant la culture d'OGM au sein de leur territoire. Or, certains de ces pays exportent de nombreux produits agricoles vers la France. Cela ne rend-il pas inutile l'interdiction d'OGM en France ? La France est-elle susceptible de pallier ce problème ?

Soyons clair, il n’y a aucun problème sanitaire avec les OGM. Les opposants aux OGM, dès le début des années 80, exprimaient des oppositions de principe, des visions du monde différentes. Leur argumentaire sur de soi-disant risques alimentaires est venu, par opportunisme, à la faveur de la crise de la vache folle. Ce fut un choix habile, pour se créer de nouveaux publics chez des personnes réceptives aux questions alimentaires. Notons d’ailleurs que les gouvernements français (Sarkozy comme Hollande) se sont bien gardés d’avancer des arguments sanitaires.

Certains pays frontaliers à la France entretiennent des cultures OGM. Ces cultures peuvent-elles potentiellement contaminer les cultures non-OGM française ? Comment isoler ces champs ?

Le seul pays frontalier cultivateur d’OGM (maïs) est l’Espagne. La coexistence de cultures OGM et non-OGM ne pose pas de problème majeur dans ce pays. De fait, si on veut cohabiter, c’est possible. Si au contraire on veut en faire un terrain d’affrontements, c’est facile, surtout dans les pays où les gouvernements n’ont pas la confiance des citoyens… et où la défiance est générale dès que des risques sont mentionnés.

Quels sont les produits en France susceptibles de contenir le plus d'OGM ? Cela concerne-t-il certains produits fabriqués en France ?

Les cultures d’OGM concernent le soja, le maïs (la France importe peu de maïs), le colza et le cotonnier. Les filières pour la nourriture humaine n’utilise que peu les OGM en France : les filières sont séparées.

Quelles sont les raisons concrètes qui poussent la France à interdire la culture d'OGM ?

Politiques ! Je le montre dans mon dernier ouvrage (OMG, la question politique). Cela a été reconnu par François Fillon et Valérie Pécresse. En effet, en 2007 l’interdiction de la culture des OGM étaient une concession aux écologistes pour qu’ils participent au Grenelle de l’environnement. François Hollande a poursuivi, car il n’allait pas ouvrir un front conflictuel sur ce sujet : il en a déjà suffisamment ! 

Il faut noter que le gouvernement Sarkozy avait refusé le changement de la réglementation européenne en cours (elle avait été proposée dès 2010), qui lui aurait pourtant permis de simplifier la procédure d’interdiction politique des OGM. Le risque avec des choix pays par pays sur les OGM est la propagation du principe à d’autres pans du marché unique européen. Certains pays pourraient bien être tentés de convertir la boule de neige OGM en avalanche.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !