Pourquoi il est si difficile de sentir l'odeur de sa propre maison | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Au bout d'un certain temps, vous ne sentez plus votre propre parfum.
Au bout d'un certain temps, vous ne sentez plus votre propre parfum.
©Reuters

Un peu de flair

Pourquoi il est si difficile de sentir l'odeur de sa propre maison

Selon Pamela Dalton, experte du centre de recherches Monell à Philadelphie aux États-Unis, les récepteurs olfactifs saturent après seulement deux ou trois inspirations. Dès lors, l'odeur, même si elle est très forte, commence à s'atténuer.

Vous venez de rentrer de vacances. Vous êtes parti de chez vous depuis pendant plusieurs jours. Avant le départ, la maison a été rangée et lavée de fon en comble. Pourtant, dès le premier pas, vous sentez comme une odeur de moisi et vous vous précipitez sur les fenêtres pour les ouvrir. Mais la maison n'est pas sale pour autant, c'est seulement que votre nez n'était plus habitué à sentir de telles odeurs. C'est la même chose avec votre parfum. Vous avez mis des années à trouver la perle rare qui colle parfaitement à votre peau. Néanmoins, au fil du temps, il devient pratiquement impossible d'en sentir l'odeur sur vous-même. Pourtant, tout le monde autour de vous sent bien votre parfum. Un mystère qui vient de trouver une explication.

Ainsi, le magazine américain New York a fait appel à Pamela Dalton, experte du centre de recherches Monell à Philadelphie aux Etats-Unis, pour tenter de résoudre cette énigme. Cette psychologue cognitiviste a passé 20 ans à étudier la mémoire des odeurs et ce que les Américains appellent le "nose blindness" (traduit littéralement par "la cécité du nez", ndlr). Selon elle, la première fois qu'une odeur arrive aux narines, les récepteurs olfactifs envoient un message au cerveau. Celui-ci traite alors cette information et conditionne la réaction (assimilation ou rejet) de notre corps à cette odeur.

Mais selon Pamela Dalton, "au bout de seulement deux respirations, les récepteurs olfactifs commencent déjà à saturer et l'intensité de l'odeur s'estompe". Pourquoi ? "Parce que votre cerveau ne s'est pas senti 'attaqué' par cette odeur et il l'a assimilé. Sur le long terme, il ne prête donc plus attention à elle" analyse cette experte. Selon le site Newser, Pamela Dalton a mené l'expérience suivante : pendant trois semaines, elle a donné un parfum d'ambiance (senteur pin) à un certain nombre de personnes. Ils finissaient par venir la voir en lui demandant : " Vous êtes certaine qu’il fonctionne encore ?" En réalité, selon elle, "chaque semaine, ils sont devenus moins sensibles à l'odeur diffusée". 

Comme l'indique le magazine New York, les experts et les scientifiques eux-mêmes ne comprennent pas pourquoi nous nous habituons ainsi aux odeurs de notre environnement, au point de les oublier. Mais il est clair que c’est le cas. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle nous décelons rapidement les odeurs étranges, anormales ou inattendues quand nous sommes dans notre environnement quotidien, par exemple les odeurs de brûlé, de rance ou toutes autres senteurs nauséabondes qui sont perçues comme des alertes par notre cerveau.

"Dès qu'il y a quelque chose de nouveau dans notre environnement cela prend le dessus sur tout le reste. C'est pourquoi, chacun de nous est un expert en changement dans sa propre maison" indique Pamela Dalton à la version britannique de Yahoo. Et cette psychologue cognitive d'ajouter : "c’est aussi pourquoi l’on remarque l’odeur que dégage la maison ou l’appartement d’une amie, mais pas celle de notre propre logement". 

Mais rassurez-vous, il existe quelques astuces pour retrouver un peu de "nez". Ainsi premier conseil distillé par Pamela Dalton : si votre parfum préféré vous manque alors même que vous le portez tous les jours,  il vous suffit d'arrêter d'en mettre pendant quelques jours afin de faire en sorte que votre cerveau "oublie" cette odeur. C'est ce que le magazine New York appelle de l'adaptation sensorielle. Mais Pamela Dalton donne un autre conseil, emprunté aux parfumeurs (les fameux "nez") : accélérer son rythme cardiaque. En effet, elle assure qu'il est de notoriété publique que ceux-ci sont connus pour monter et descendre les escaliers en courant afin de réactiver leurs cellules olfactives plus rapidement. Une pratique qu'elle a vérifiée scientifiquement dans son laboratoire. 

Bonus : voici deux pubs Febreze qui mettent en avant le concept de "nose blind"

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !