Pourquoi de plus en plus de jeunes Européens songent à l’exil | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Quitter son pays semblerait la seule option pour bon nombre de jeunes Européens en quête d'un avenir meilleur.
Quitter son pays semblerait la seule option pour bon nombre de jeunes Européens en quête d'un avenir meilleur.
©Reuters

Bon vent

Pourquoi de plus en plus de jeunes Européens songent à l’exil

Selon un sondage du cabinet de recrutement Universum, 75% des étudiants français seraient prêts à partir travailler à l'étranger pour s'ouvrir de meilleures perspectives pour leur vie professionnelle.

Julien Pouget

Julien Pouget

Julien Pouget s'intéresse aux évolutions de la société et à leur impact dans l'entreprise. Président du cabinet JP & Associés, il est l'auteur du livre Intégrer et manager génération Y et anime le blog La génération Y.

Voir la bio »

La crise actuelle met en lumière un phénomène préoccupant : l’exil des jeunes. En dépit des plans annoncés par les gouvernants européens pour l’emploi des jeunes, plusieurs raisons militent pour un accroissement du nombre de jeunes exilés.

L'Europe semble avoir admis la primauté du capital sur le travail. A la différence de la Fed (Banque centrale américaine) qui concentre sa politique sur la croissance et la création d’emploi, la Banque Centrale Européenne (BCE) continue de privilégier une politique de maîtrise de l’inflation.

La crispation allemande liée à son épisode historique d’hyperinflation n’explique pas tout. Il faut aussi tenir compte du vieillissement du continent européen. Les gouvernants européens, majoritairement baby-boomers, propriétaires et détenteurs de capitaux semblent plus préoccupés par le maintien de la valeur leur patrimoine que par l’absence de perspectives économiques pour les jeunes actifs.

En témoignent les 6 millions de jeunes Européens au chômage (le double du taux moyen et en progression constante). En témoigne également, le choix d’une majorité de gouvernements pour des politiques d’austérité alors même qu’on sait que ces politiques hypothèqueront sérieusement le retour de la croissance.

L’essentiel du revenu des jeunes provenant de leur travail, il est probable qu’ils voient dans cette absence programmée de perspectives économiques une forte incitation à quitter l’Europe.

La démographie condamne les jeunes européens à payer toujours plus d’impôts.

En 1951, l’Allemagne comptait 7 actifs pour un retraité. En 2050, la proportion sera autour de 2 actifs pour un retraité. Même si la France fait un peu plus d’enfants, les perspectives de vieillissement du continent européen sont indiscutables. Schématiquement, les systèmes basés sur un principe de répartition auront deux options pour survivre :
- Baisser les pensions des retraités et globalement l’ensemble des prestations sociales actuellement versées
- Augmenter les cotisations des actifs pour financer le système actuel et les risques non financés à ce jour (comme la dépendance)

Dans la mesure où les retraités constituent une part prépondérante (et grandissante) de l’électorat, on peut douter que l’option de baisse des prestations soit retenue.

Quelques signaux faibles semblent même indiquer le contraire. Ainsi à l’occasion d’une émission consacrée au financement des retraites, Raymond Soubie, observateur avisé des questions sociales, préconisait la solution suivante :
"Ce qu’il faudrait, c’est ce qui a été décidé en 2007 sur les régimes spéciaux ; c’est de dire que les nouveaux entrants seront désormais soumis à des règles différentes auquel cas, les gens actuellement en place seront moins touchés […]". Dit autrement, la pilule passera d’autant mieux si on la donne à avaler aux générations suivantes.

La conséquence du schéma est facile à comprendre : les jeunes qui resteront en Europe seront condamnés à financer, par une imposition toujours plus forte de leur travail, des prestations (retraite, dépendance, etc.) auxquels eux-mêmes n’auront probablement pas droit le moment venu.

Plusieurs formes d’exil à distinguer

L’exil des jeunes très qualifiés – multilingue, mobile et facilement employable, cette jeunesse a été la première à émigrer. La demande internationale pour ce type de profil à toujours été forte et la crise actuelle ne devrait changer qu’à la marge ce type d’ « exil ».

L’exil des jeunes "désespérés" : qu’ils s’agissent des "Milleuristes" espagnols et italiens ou de la "génération 700 eurss" grecque, de nombreux jeunes sont poussés à l’exil par les difficultés économiques et l’absence de perspectives dans leur pays. Et de fait, avec un taux de chômage des jeunes de 58% en Grèce, 55,8% en Espagne et 38,2% au Portugal, les rangs des candidats à l’exil n’ont jamais été aussi importants. Un comité de jeunes indignés espagnol ironisait d’ailleurs sur la situation en ces termes :"Si tu finis tes études en Espagne en ce moment, tu as trois débouchés: par terre, par mer ou par air"

Demain, l’exil du "jeune moyen" ?

La génération née à partir des années 2000, devrait bénéficier, une fois adulte, d’un choix inédit : celui de son pays de résidence. De par son exposition précoce aux technologies, à la globalisation et aux langues étrangères, on peut en effet imaginer que cette génération sera aussi mobile que les jeunes très qualifiés d’aujourd’hui.

La conséquence serait une mise en compétition des pays au niveau mondial pour attirer des actifs. Les jeunes compareraient les « offres » des différents états en croisant plusieurs critères (niveau d’imposition des salaires, qualité des structures pour la petite enfance, coût du logement, etc.) et choisiraient en conséquence leur pays de résidence.

Dans le même esprit, les territoires faiblement peuplés ou vieillissants proposeraient des incitations fiscales pour attirer de nouveaux habitants. Etonnante, cette projection n’a rien d’improbable si l’on observe ce que fait déjà le Portugal pour attirer les riches retraités en exonérant d’impôts les retraites étrangères depuis 2013.

La guerre des pays pour attirer des habitants ne fait que commencer. L’offre européenne, résumable en une absence assumée de perspectives économiques, un chômage de masse des jeunes et un goût prononcé pour le capital au détriment du travail séduira-t-elle les futurs jeunes actifs ? Il est permit d’en douter.

Les chiffres de l’exil des jeunes en 2013

270 000 : le nombre de français âgés de 25 à 35 ans inscrits sur les registres à l’étranger (source : ministère des affaires étrangère)
27 % : la part des jeunes diplômés qui envisage leur avenir professionnel à l’étranger en 2013 (contre 13% en 2012) d’après le baromètre Ifop-Deloitte sur l'humeur des jeunes diplômés)
13 % : la part des diplômés de Grandes écoles en 2010 aujourd’hui en poste hors de France (source : étude RTL / le nouvel observateur sur l’exil des jeunes)
168.300 euros : le coût pour l’Etat d’une scolarité complète de la maternelle au master d’après l’OCDE

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !