Laïcité et liberté de conscience sacrifiées sur l’autel de la viande halal ! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
"Nous mangeons tous à un moment ou à un autre de la viande halal sans le savoir"
"Nous mangeons tous à un moment ou à un autre de la viande halal sans le savoir"
©Reuters

Denier du culte

Laïcité et liberté de conscience sacrifiées sur l’autel de la viande halal !

C'est un versant de la récente "polémique halal" peu abordé : finançons-nous sans le savoir le culte musulman en achetant de la viande halal ?

Guylain Chevrier

Guylain Chevrier

Guylain Chevrier est docteur en histoire, enseignant, formateur et consultant. Ancien membre du groupe de réflexion sur la laïcité auprès du Haut conseil à l’intégration. Dernier ouvrage : Laïcité, émancipation et travail social, L’Harmattan, sous la direction de Guylain Chevrier, juillet 2017, 270 pages.  

Voir la bio »

Depuis que la viande halal est venue au devant la scène après la diffusion d’un reportage dans l’émission Envoyé spécial révélant que «L'ensemble de la viande qui est distribuée en Ile-de-France, à l'insu du consommateur, est exclusivement de la viande halal» et que par rebond, Marine Le Pen se soit emparée opportunément de la chose, on ne cesse de vouloir occulter ce qui n’est rien de moins qu’un débat essentiel de société amené par des journalistes qui ont bien fait leur travail.

Il s’agirait selon certains d’une « croisade » contre la viande halal, avec un vocabulaire qui n’est pas choisi au hasard. Une inversion grossière du problème, car la question de fond est bien à cet endroit de savoir non seulement si nous mangeons de la viande halal à notre insu, mais surtout si c’est le cas, de savoir si nous finançons par là-même un culte en France, le culte musulman. C’est le principe de ce denier versé malgré soi à un culte qui pose ici plus d’un problème, car c’est une atteinte aux libertés et droits fondamentaux de tout un chacun que ce soit du consommateur autant que du citoyen.

C’est un fait, les chiffres de ce scandale aujourd’hui circulent. Entre les chambres du commerce, comme celle de l’Ile de France qui parle de 30% de la viande qui en France serait déjà halal et les experts comme Gilbert Mouthon (1) qui explique que « tous les animaux abattus en Ile-de-France le sont selon les techniques halal » que « le phénomène est en train de gagner toute la France » et encore, « que 80% des moutons sont abattus selon ce rite », il n’y a plus de doute !

Nous mangeons tous à un moment ou à un autre de la viande halal sans le savoir et payons dans le prix du produit, le salaire d’un sacrificateur certifié par la mosquée de Paris, de Lyon ou d’Evry, contre monnaie sonnante et trébuchante et de plus employé directement par elles. Quant à l’argument selon lequel on exagèrerait, car on ne respecterait pas toujours ce rite derrière l’abatage sans étourdissement dont la méthode serait généralisée pour des raisons pratiques, on peut pour le moins en douter. Les mosquées sont garantes d’exigences religieuses pour le respect desquelles elles nomment des « sacrificateurs contrôleur en abattoir », relativement à un marché décrit par elles comme énorme.

Il en va d’une brutale mise en cause de tous nos beaux principes, car que deviennent le bien commun, l’intérêt général derrière une telle pratique qui bafoue la confiance dans nos institutions ? Car cette tromperie sur la marchandise qui est déjà en elle-même une escroquerie morale de grande envergure, met en cause notre liberté à être ainsi assignés à une religion à notre insu, bafouant notre droit de croire ou de ne pas croire, violant notre liberté de conscience, faisant passer la laïcité pour un vernis de la République alors qu’un véritable impôt du culte, une « dime » disons le mot, est tout simplement institutionnalisée avec la complicité des pouvoirs publics parfaitement au fait de la chose ! Que peut donc bien signifier la devise de notre République « liberté, égalité et fraternité » si on banalise une telle pratique ? C’est nier la liberté de disposer de soi, de ses idées, de ses valeurs, c’est une discrimination par captation et une négation de l’égalité de tous devant le libre choix de ses convictions, c’est une rupture avec la fraternité par cette manœuvre frauduleuse qui crée une discorde entre les citoyens de différentes options philosophiques ou spirituelles.

Cette affaire aurait concerné n’importe quel culte cela aurait été tout aussi grave, certes, mais ici, on ne peut détacher cette affaire d’un contexte plus large où « l’islam de France » ne cesse de revendiquer des accommodements raisonnables et d’étendre son influence partout où il pénètre. D’ailleurs, en ne se contentant pas seulement de vouloir faire du musulman un être différent au milieu des autres mais qu’il impose aux autres ses règles en menant une action prosélyte permanente, dont le voile est sans doute la partie la plus visible, sur le thème de la non-discrimination qui est depuis sa première apparition un véritable cheval de Troie contre la laïcité.

Cette République laïque qui est la notre est ici malmenée et on le voit à quel niveau de complicité, alors que trop d’élus de tous bords usent du clientélisme religieux, rejoignant ce qui se passe dans la filière de l‘abatage où il est toujours question de trouver son compte en partageant les fruits d’un partenariat qui met nos principes essentiels, nos droits et libertés en grands périls. Les musulmans de France méritent mieux eux-mêmes et se trouvent aussi mis en première ligne par ce scandale qui ne les respecte pas plus !

On parle aujourd’hui de redonner du crédit à la politique et à la démocratie en croyant pouvoir laisser dans la marge une question aussi capitale que de savoir si les grands principes qui fondent notre pacte républicain sont une réalité ou un leurre. N’est-ce pas une fois de plus donner du crédit au populisme qui ne manque pas de s’emparer ici d’un sujet qui est au cœur des révélations d’un système démocratique miné de l’intérieur entre profits à tout prix, violation de la laïcité et lâchetés politiques ? La République se doit de réagir vite, ou le laxisme risque de se payer au prix fort d’un désamour suicidaire entre elle et le peuple.

1 – Gilbert Mouthon est Professeur à l’Ecole Vétérinaire de Maison Alfort (94) et expert auprès des tribunaux. Source : Marianne 2 (http://www.marianne2.fr/Marine-Le-Pen-Toute-la-viande-francaise-est-devenue-halal_a215753.html)

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !