Placements bousiers : il y a toujours des opportunités quels que soient les marchés | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Placements bousiers : il y a toujours des opportunités quels que soient les marchés
©Reuters

C'est possible

Placements bousiers : il y a toujours des opportunités quels que soient les marchés

Comment adapter son portefeuille à la situation actuelle ? D’abord réfléchir stratégiquement et prendre un peu de recul.

Alain Pitous

Alain Pitous

Alain Pitous, Directeur Général Adjoint Associé de Talence Gestion (@alainpitous).

Talence Gestion est une société de gestion de portefeuille indépendante spécialisée dans la gestion sous mandat pour les particuliers et la gestion de fonds commun de placement en actions.

Précédemment, il a été pendant 5 ans (2009-2014) Deputy CIO d’Amundi (850 Milliards d’Euro sous gestion) et gérant du fonds Amundi Patrimoine de 2012 à juillet 2014.

Voir la bio »

Un aussi mauvais début d’année est rarissime : une baisse de plus de 4% sur les 4 premières séances de bourse n’est arrivée que 3 fois en 100 ans. En fait les marchés ont ignoré le changement d’année et sont restés sur leur lancée de fin 2015. La spirale négative s’est simplement accélérée. Difficile de distinguer le réel déclencheur parmi toutes les raisons citées pour expliquer les baisses violentes de la semaine. Le coupable est à chercher parmi le pétrole, la Chine, la hausse des taux de la FED, le ralentissement économique dans les pays émergents, le surendettement des agents économique, l’inefficacité des politiques monétaires…la liste est longue !

Chacune de ces causes, prise isolément suffirait à expliquer une consolidation sur les marchés, considérées toutes ensembles la situation est logiquement très mauvaises pour les actions.

Comment adapter son portefeuille à la situation actuelle ? D’abord réfléchir stratégiquement et prendre un peu de recul.

Tout d’abord, y a-t-il eu des  changements sur le plan économique ?

Globalement, rien de nouveau en fait. Croissance modérée aux Etats-Unis, accélération modeste en Zone Euro, fragilité persistante au Japon et situation toujours aussi délicate dans les pays émergents. La Chine est toujours aussi énigmatique : l’activité manufacturière décroît et pendant que les « services » continue d’être en nette croissance. Le Yuan répercute ce questionnement : il continue de baisser vis-à-vis du dollar. C’est bien le point le plus gênant est à notre avis le risque de guerre des changes,  et son cortège d’incertitudes et de volatilité,  induit par la nouvelle baisse du Yuan…

Enfin,  le pétrole franchit chaque semaine de nouveaux paliers de baisse du fait d’une offre qui ne faiblit pas. Logique.

Les Banques Centrales ne changent toujours pas de politique : la BCE et la BOJ (Japon) sont et resteront accommodantes, la FED devrait rester émergents dans sa logique de hausse de taux « graduelles » mais en restant sur taux malgré tour très bas. La Banque Centrale de Chine injecte aussi beaucoup de liquidités…Quoiqu’on en pense sur le fond ces liquidités soutiennent globalement les marchés.

Enfin les résultats des entreprises sont attendus en progression : aux Etats-Unis et en Europe sont attendus en hausse de 6 à 8%. Ce n’est pas très élevé mais avec des taux sans risque à 0% ce type de progression est significatif.

La stratégie que nous mettons en œuvre depuis des mois ne doit donc pas être fondamentalement modifiée. Nous sortons progressivement des supports taux qui ne rapportent pratiquement rien. Sur les actions, nous considérons que les pays émergents sont encore trop risqués. Il est encore prématuré de se positionner sur ces zones pour le moment. Aux Etats-Unis, le potentiel de hausse est limité tant que les hausses de taux de la FED ne seront pas digérées. Les actions européennes, en étant sélectif, sont encore celles qui offrent le plus de potentiel à moyen-terme.

Le recul actuel des marchés doit être mis à profit pour investir. Bien sûr nous ne sommes pas en train d’émettre un signal d’achat « massif et sans discernement », il faut «filtrer » avant d’investir.  Il est possible en ce moment d’investir dans des sociétés de qualité dont les prix sont inabordables en période normale de marché.

Quels filtres mettre pour sélectionner les titres à acheter ?

1-      Eviter les sociétés endettées

2-      Privilégier les entreprises qui font la majeure partie de leur Chiffres d’Affaires en Europe.

3-      Eviter celles qui, à l’inverse, sont trop dépendantes des pays émergents.

4-      Privilégier les secteurs en cours de consolidation et susceptibles de connaître des OPA.

5-      Eviter les secteurs susceptibles de souffrir d’une « Uberisation » (les banques par exemple)

En tenant compte de ces éléments en ce moment nous complétons nos positions par exemple sur : Hermès ; LVMH, Axa, Saint-Gobain, Sanofi, Schneider…

Les marchés actuels étant très volatils et malgré notre optimisme pour 2016, nous conservons une poche de liquidités au cas où le marché connaîtrait encore des périodes de faiblesse. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !