Petits conseils alimentaires pour retrouver la pêche lors de la période la plus déprimante de l’année | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Afin d'éviter de subir les conséquences du Blue monday, le choix de certains fruits et légumes peut s'avérer déterminant.
Afin d'éviter de subir les conséquences du Blue monday, le choix de certains fruits et légumes peut s'avérer déterminant.
©REMY GABALDA / AFP

Blue Monday

Petits conseils alimentaires pour retrouver la pêche lors de la période la plus déprimante de l’année

Le Blue monday a été identifié comme étant le jour le plus déprimant de l’année.

Béatrice de Reynal

Béatrice de Reynal

Béatrice de Reynal est nutritionniste. Très gourmande, elle ne jette l'opprobre sur aucun aliment et tente de faire partager ses idées de nutrition inspirante. Elle est par ailleurs l'auteur de Ouvrez les yeux avant d’ouvrir la bouche, publié chez Plon, et du blog "MiamMiam".

 

Voir la bio »

Atlantico : Il est bien connu que certaines personnes connaissent un petit coup de blues pendant la période hivernale. Ce lundi 17 janvier 2022, serait le « Blue Monday » serait le jour le plus déprimant de l’année. Face à cela, est-il possible de faire quelque chose grâce à un régime alimentaire adapté ? A-t-on pendant cette période des besoins particuliers ?

Béatrice de Reynal : En janvier, mais encore plus, en février, cœur de l’hiver en France, sont des périodes les moins ensoleillées et donc, les périodes les moins « joyeuses ». En outre, ces mois d’hiver (novembre à mars) sont les moins riches en UV capables de nous permettre une synthèse de vitamine D.

De cela, nous avons moins d’entrain d’un point de vue chronobiologie.

Que faire d’un point de vue nutritionnel ? Après les fêtes, habituellement, nos besoins en vitamine D ont été couverts par la consommation de foie gras, de graisses… Mais pas toujours suffisant. Peut-être aussi que les excès nous ont un peu épuisés physiologiquement. Alors allégons-nous. Fruits et légumes sous toutes les formes : en jus (facile), en compote (facile), cru ou cuits. A gogo.

Evitons alcool, sucre et sel, et surtout, les graisses. Mais aussi, tous les produits trop complexes. Nous avons besoin de fer et de magnésium (viandes rouges ou coquillages, céréales complètes et légumineuses et fruits oléagineux).

Mettez à table de la levure « diététique » ou de boulanger, en flocons, pour avoir tous vos besoins quotidiens en vitamines du groupe B, impliquées dans l’équilibre nerveux.

A vous aussi les Oméga 3 (chènevis, lin, colza) : en graines ou en huile. L’équilibre anti-inflammatoire est à la clé.

À Lire Aussi

Radioscopie des pièges qui font nous tromper si souvent dans l’estimation des calories que nous ingérons

Raclette, fondue… Nous sommes souvent tentés de manger des aliments gras pendant l’hiver. Pourtant, ces aliments ont souvent mauvaise presse. Faut-il se laisser aller à des aliments « réconfortants » ? 

Si vous êtes sur les pentes neigeuses ou à pratiquer un sport : oui, avec parcimonie. Les plats roboratifs sont nécessaires, mais ils sont déséquilibrés. Ajoutez des fruits ou des légumes.

Si vous êtes en ville : pas besoin. Le chauffage est déjà trop fort. Réduisez le surtout dans la chambre à coucher. Pas plus de 18°C. Bien couvert, vous verrez votre santé s’améliorer naturellement. Magique ! Pour la planète aussi.

La période hivernale est aussi celle des maladies (rhumes, grippes, mais aussi Covid cette année). Si rien n’empêche de tomber malade, peut-on renforcer ses défenses naturelles grâce à certains régimes ?

Les défenses immunitaires ont besoin de vitamines C et D. La première est dans les fruits (cassis, kiwi, agrumes) mais aussi les légumes (poivrons, choux, épinards). Deux portions suffisent à couvrir vos besoins. En cas d‘infection (rhume, covid ou autre) : prenez 4 ou 5 portions de fruits ou légumes riches en vitamine C. La vitamine D est apportée par les sardines fraiches ou en boîte, par le maquereau, le thon, le saumon.

À Lire Aussi

Petits conseils pour limiter la casse nutritionnelle quand on enchaîne les plateaux repas devant la télé

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !