Paiement par GSM : vous haïssiez votre banque ? Vous la regretterez… | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Paiement par GSM : vous haïssiez votre banque ? Vous la regretterez…
©

Zone franche

Paiement par GSM : vous haïssiez votre banque ? Vous la regretterez…

Si les centres d’appels Orange, SFR ou Bouygues se mettent à gérer nos comptes en banque, c'est certain, on va bien s’amuser…

Hugues Serraf

Hugues Serraf

Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019

 

Voir la bio »

Vous l’avez certainement déjà lu ici ou  : les premières « applications de paiement mobile » ― capables de transformer un téléphone portable en substitut de carte de paiement ― sont fin prêtes...

D'ici quelques mois, nous serons des dizaines de millions de personnes à travers le monde à les utiliser. Oui, même les plus technophobes d'entre nous, même les plus réfractaires à la numérisation inexorable de l'expérience humaine finiront par s’y mettre ! Et d’ailleurs, vous en connaissez encore beaucoup, vous, des gens sans abonnement SFR ou Orange ? OK, sans doute un ou deux hurons bougons, du genre ayant refusé, en leur temps, la télé, le répondeur ou le fax...

Mais tiens, même leurs grands-parents ont un jour accepté de troquer le trou sous le plancher où ils planquaient leurs napoléons contre un compte à la BNP !

A vrai dire, on n'est pas si surpris. Et quiconque a lu un peu de science-fiction savait bien qu’un de ces quatre matins, l’argent physique résiduel ― celui qui nous sert à acheter le pain ou le journal ― serait éliminé. Bon, le pain et le journal aussi vont être éliminés, mais c’est une autre histoire.  

Ça peut d'ailleurs avoir de bons côtés : je m’arrange moi-même depuis des lustres pour ne plus rien payer autrement que par Carte Bleue et j’ai autorisé des prélèvements automatiques pour toutes mes factures récurrentes. Le liquide, c’est pour les petits trucs, même si les gens qui vous les vendent, les petits trucs en question, font la gueule dès que vous débarquez un billet de plus de dix euros.

C’est tellement français, ça ! Je ne sais pas comment ils se débrouillent, mais dans les autres pays, les vendeurs de petits trucs ont toujours de la monnaie et ne vous envoient jamais promener parce vous n'avez pas l’appoint. Ces étrangers, ils sont trop bizarres.

Clochards 2.0 ? Sur Android ou sur iPhone

Oui, le paiement par téléphone portable va faire disparaître les pièces qui déforment les poches de pantalon, s’égarent dans les machines à laver, roulent sous les lits, mettent trois plombes à être comptées à l'épicerie et personne ne s'en plaindra ! Hum, à part peut-être les types qui font la manche dans le métro et dont on subodore qu'ils mettront un certain temps à télécharger l'appli connectant leur smartphone à leur agence Barclays.

Et puis, faudra-t-il qu'ils s'équipent de deux appareils distincts, si les généreux donateurs sont sur Android mais qu'ils sont eux même plutôt Apple ?

Il est également possible qu'un flicage optimisé en agace certains : « A 14h32, vous avez pris un café au Bar au Mètre. A 14h52, vous avez acheté un ticket de bus au chauffeur du 96, à l'arrêt Parmentier-Oberkampf. A 15h23, vous avez acheté un paquet de chewing-gum Hollywood à la menthe et un croissant au beurre à la boulangerie Tartempion ». D’accord, ça n’est pas complètement nouveau, mais jusqu’à présent, le suivi à la trace était moins performant et il fallait au moins prendre un billet de train ou faire de l’essence chez Total pour déclencher une alarme à la DGSE.

Le paquet de chewing-gum, c'était un peu votre jardin secret, quoi...

Notez qu’il s’agit peut-être d’une attitude un poil réactionnaire, la vie privée étant une survivance du passé à l'heure où les gens se « géolocalisent » volontairement dès qu’ils entrent dans un MacDo. Une coquetterie dont on ricanera sûrement demain, comme on ricanait hier des réfractaires à la télé couleurs.

Là où même les amoureux les plus transis du « progrès » risquent toutefois de déchanter, avec la métamorphose de leur bigophone en porte-monnaie, c’est lorsqu'il leur faudra s’en remettre à un centre d’appels Orange, Bouygues ou SFR en cas de souci ― offrant ainsi un petit parfum 2.0 à l’adjectif kafkaïen. Grotesquement inefficaces, ces services nous ferons certainement regretter le plus borné des guichetiers bancaires en refusant de payer une traite ou en la multipliant par douze et en exigeant des heures d'attentes sur un serveur vocal et vingt-cinq recommandés avant de réagir...

Chacun a d'ailleurs son histoire de fous avec un centre d'appels pour mobiles et la mienne, en ce moment, je ne vous la raconte même pas parce que je ne veux pas que vous soyez triste toute la journée.

Aucun doute, on va vraiment s'amuser, avec nos smartphones bancaires.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !