Ghesquière et Taponier trahis par un accompagnateur | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Ghesquière et Taponier 
trahis par un accompagnateur
©

CONFIDENTIEL

Ghesquière et Taponier trahis par un accompagnateur

France Télévisions a appris que les deux journalistes ont été livrés à un groupe de talibans par un de leurs accompagnateurs, qui avait changé de camp.

Gérard de Villiers

Gérard de Villiers

Gérard de Villiers, est un journaliste, écrivain et éditeur français. Il est diplômé de l'IEP Paris et de l'ESJ Paris. Il a été reporter à Rivarol, Paris-Presse, France-Dimanche. Il est célèbre dans le monde entier pour ses romans d'espionnage S.A.S, traduits en plusieurs langues. Son dernier ouvrage, récemment paru, s'intitule Le chemin de Damas[1].


Voir la bio »

Tous ceux qui regardent les stations de France Télévisions ont remarqué qu'à la fin de chaque journal télévisé, la présentatrice ou le présentateur rappelle que France Télévisions n'oublie pas les deux reporters de France 3 enlevés en Afghanistan le 20 décembre 2009.

Pendant des mois, la formule immuable était : "Nous n'oublions pas Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier, ainsi que leurs trois accompagnateurs." Brutalement, il y a deux semaines, la mention aux trois accompagnateurs a disparu. Elle a réapparu, peu après la barre des 500 jours de captivité, mais modifiée.

La nouvelle formule est : "Nous n'oublions pas Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier et leurs accompagnateurs." Plus de mention du nombre. Ceci a une explication : grâce à une source à Kaboul digne de foi, France Télévisions a appris que les deux journalistes ont été livrés à un groupe de talibans par un de leurs accompagnateurs, qui avait changé de camp. Comme on ignore lequel, France Télévisions a décidé de "lisser" sa formule, afin de ne pas encenser un traître. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !