Or 1 / euro 0 : pourquoi les Allemands sont accros à leurs lingots | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Pourquoi les Allemands sont-ils accros à l'or physique ?
Pourquoi les Allemands sont-ils accros à l'or physique ?
©Reuters

Les dessous de l'économie

Or 1 / euro 0 : pourquoi les Allemands sont accros à leurs lingots

Si on peut créer de l'argent à l'infini, comment celui-ci peut-il rester suffisamment rare pour conserver sa valeur ? Les Allemands préfèrent trouver refuge dans l'or physique.

Isabelle  Mouilleseaux

Isabelle Mouilleseaux

Isabelle Mouilleseaux est directrice de publications chez Publications Agora.

Elle a notamment co-écrit Le déclin du Dollar : une aubaine pour vos investissements ? (Valor, 2008).

Voir la bio »

"Je réaliserai tous tes désirs en échange de ton âme..."

... telle est la promesse de Méphistophélès (le diable) à Faust. Le héros de Goethe accepte ce pacte en vue d'assouvir ses désirs et plaisirs. Goethe n'en resta pas là puisqu'il écrivit un second Faust dans lequel Méphistophélès propose au roi dispendieux et criblé de dettes une solution magique pour remplir ses caisses vides.

"L'argent manque, trouvez nous-en !", ordonne le roi. Méphistophélès s'exécute en transformant le papier en argent. Le papier émis par le roi inonde les caisses et l'Etat peut à nouveau mener grand train.

Ce n'est que plus tard que les Allemands comprennent à leurs dépens que le papier n'est garanti par aucune valeur réelle. Derrière ce papier il n'y a que des promesses, des promesses d'un or futur qu'on ira déterrer on ne sait où, on ne sait quand, on ne sait comment... Du vent !

Nous sommes au XVIIIème siècle.

250 ans plus tard...

"Cette tentation (d'impression papier) existe bel et bien, et beaucoup y ont succombé tout au long de l'histoire monétaire", déclarait le très orthodoxe président de la Bundesbank, Jens Weidman, suite aux promesses "draghiennes" d'acheter de façon illimitée les obligations souveraines pour sauvegarder l'euro.

Si on peut créer de l'argent à l'infini, comment celui-ci peut-il rester suffisamment rare pour conserver sa valeur ?, interroge Weidman.

Les Allemands accros à l'or physique

Le pacte faustien, l'hyperinflation de Weimar et la genèse du deutschemark (véritable spoliation à grande échelle) sont les racines de l'irréductible orthodoxie monétaire des Allemands. Par deux fois, ils ont tout perdu à cause de la monnaie.

  • Voilà pourquoi la stabilité monétaire est le cœur du système allemand, avec une banque centrale totalement indépendante du politique qui a pour vocation de préserver la solidité de la monnaie et de s'opposer à toute manipulation de la monnaie par les politiques (la planche à billets ayant été la source des deux effondrements monétaires de Weimar et de l'après-guerre).

 

  • Voilà aussi probablement pourquoi les particuliers allemands détiennent à eux seuls 8 000 tonnes d'or physique : presque autant qu'à Fort Knox où la banque centrale américaine détiendrait 8 133 tonnes d'or, et deux fois et demi plus que la banque centrale allemande qui détient 3 193 tonnes d'or. 8 000 tonnes, ce sont quelque 393 milliards de dollars en valeur... 5% de l'or physique mondial extrait depuis le début de l'humanité.

Lorsqu'on les interroge sur les raisons de cette détention massive d'or, la plupart répondent : pour se protéger contre l'expropriation monétaire (liée à l'inflation et la dépréciation monétaire).

Autre chiffre intéressant*, l'or représenterait 3,9% du patrimoine globale des ménages allemands, contre 2,1% pour les actions et 2,5% pour les obligations.

Quant à la répartition de l'or physique : 50% ont investi dans des lingots, un tiers dans des pièces d'or, 15% seulement dans des certificats or papier (ceux-là ont oublié de lire Faust pourtant obligatoire à l'école...)

Fantasme ou réalité ?

La rigueur monétaire et budgétaire allemande n'est donc pas le fantasme de l'irréductible Bundesbank, mais bien une réalité culturelle profondément enracinée et partagée dans la société.

L'euro est loin d'avoir terminé sa longue traversée du désert. Il passera encore par des hauts et des bas, des heurs et malheurs, des négociations interminables et des succès à l'arrachée. Tout simplement parce que les cultures des pays du nord et du sud sont diamétralement opposées et que marier ces contradictions fondamentales est et restera sans doute un éternel défi pour la Zone euro.

C'est sans doute pour cela que notre euro se construit "en haut" à Bruxelles, sans la participation et l'assentiment des peuples. Est-ce une bonne chose ? Pas sûr...

En attendant, les Allemands semblent trouver une forme de protection en achetant massivement de l'or physique.

[NDLR : Si vous souhaitez les imiter, faites confiance à une spécialiste du métal précieux qui vous donnera des conseils et recommandations concrètes pour vous positionner de manière optimale. Plus de détails par ici...]

* Sondage réalisé par le prestigieux fondeur Heraeus et l'université Steinbeis de Berlin

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !