Non, nous ne sucerons pas de bonbons racistes ! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Haribo a retiré du marché des bonbons de couleur noire
Haribo a retiré du marché des bonbons de couleur noire
©REUTERS/Ina Fassbender

Halte au crime

Non, nous ne sucerons pas de bonbons racistes !

Nous l’avons échappé belle. Heureusement Haribo a retiré du marché ses sucreries nauséabondes...

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

En Pologne, où je me trouvais récemment, on peut acheter de petites merveilles. Sur les étals des marchés artisanaux on propose en effet des statuettes, finement sculptées dans le bois, ou des petites poupées tout aussi raffinées. Elles représentent des Juifs avec des nez légèrement crochus, portant barbe et papillotes et habillés de longues lévites noires. Caricatural, bien sûr mais personne ne s'en offusque. Les touristes israéliens et américains, lointains descendant de ceux ainsi croqués, se bousculent pour les acheter. A notre connaissance il n’y a pas ( pas encore ?) de bonbons à têtes de Juifs. C’est bien dommage car ça marcherait du tonnerre de Dieu...

En Suède en revanche il y a des bonbons avec d’autres têtes. Enfin il y avait... Car ces bonbons fabriqués par Haribo on été jugés infâmes, nauséabonds et racistes par le TCT ( Tribunal de la Connerie Triomphante ). Et sitôt l’acte d’accusation dressé le fabriquant a immédiatement stoppé cette scandaleuse production. En effet quoi de plus répugnant que de mettre du racisme dans la bouche des enfants, que de le laisser doucement fondre et ainsi empoissonner les organismes de ces âmes innocentes. Pour autant qu’on puisse en juger d’après les photos les bonbons offraient une assez grande diversité. Un Noir, un peu façon Y’a bon Banania, un Asiatique à peu près aussi caricatural que ceux de Tintin dans le Lotus Bleu, un Amérindien, Aztèque ou Inca, et un quatrième difficile à identifier. Peut-être un Arabe ce qui serait rajouter de l'ignoble à l’infamie...

Il y avait donc de quoi hurler. Et des associations qui ont pour fonction de promouvoir le Bien contre le Mal ont hurlé. Haribo a aussitôt caché ces bonbons qu’on ne saurait voir. D'autant plus rapidement que la célèbre firme a été prise en flagrant délit de récidive dans le domaine délicat du racisme. Dans une période, heureusement révolue, elle avait commercialisé des bonbons appelés « tête de nègre » .Quelques cris suffirent à la mettre à genoux. Elle les rebaptisa « melting pot» pour s'inscrire dans l'air, plutôt niais, du temps. Mais sa fourberie fut aussitôt mise à jour et la production des «melting pot » s'arrêta.

Il est à noter qu’aucun Suédois n’a jamais porté de casque colonial. Qu'aucun colonialiste scandinave ne fut jamais promené par de malheureux Sénégalais dans une chaise à porteurs. Que Malmö ne fut pas, contrairement à Bordeaux ou à Nantes, une des plaques tournante de la traite négrière. Que le mot « bamboula» ne figure nullement dans la langue suédoise. Et pourtant... Il est vrai que la Suède a des frontières très ouvertes car elle fait partie d’une Europe qui vante les mérites de la libre circulation des marchandises, des personnes et des idées. Il lui faut, à ce titre, payer rançon à la libre circulation de la connerie.

Si Haribo a un peu d’imagination et parvient à surmonter ses peurs on peut espérer voir arriver sur le marché d’autres bonbons. Dépourvus de toute connotation ethnique ou raciale. Donc innocents. Des en forme de «tête de con» ! Elementaire, mon cher Haribo... Pas de couleur (en tout cas pas de noir). Pas de racisme. Pas d’atteinte à la dignité humaine. Mais les intéressés, ceux qui ont fait supprimer les «bonbons racistes», sont peut être capables de se reconnaitre et de hurler à nouveau. Pauvre Haribo ! Et pauvre de nous !

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !