NKM mérite-t-elle vraiment d'être la femme à abattre ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
NKM est donnée perdante pour la mairie de Paris.
NKM est donnée perdante pour la mairie de Paris.
©Reuters

Jeux de massacre

NKM mérite-t-elle vraiment d'être la femme à abattre ?

Elle est donnée battue pour la mairie. Elle concentre sur son nom des inimitiés et des haines. Faut-il la tuer politiquement pour cela ?

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Nathalie Kosciusko-Morizet a certainement tous les défauts du monde. Elle est, paraît-il, autoritaire. Maladroite. Dévorée d'ambition. Elle est polytechnicienne et surdouée. En plus - crime des crimes - elle serait de gauche ! Elle a, en effet, dit tout le mal qu'elle pensait du Front national. Et, de surcroît, elle a aggravé son cas en refusant de s'engager contre le mariage gay.

C'est largement suffisant (si on y ajoute les coups de canif qu'elle donne dans le contrat signé avec Borloo) pour qu'elle soit brûlée, hérétique et sorcière, en place publique. Carbonisée elle l'est déjà un peu. Pas par Anne Hidalgo. Par les siens qu'elle irrite et qu'elle exaspère. Elle n'est pas pour autant Jeanne d'Arc. Cette dernière fut brûlée à grand feu. S’agissant de NKM la combustion sera plus lente...

Le spectacle n'est pas beau. Et pourtant il se joue à guichets fermés depuis longtemps au sein de la droite parisienne. Au moins depuis que Jacques Chirac n'est plus maire de la capitale. NKM a de vraies qualités politiques. Sinon comment aurait-elle remportée les primaires UMP pour la candidature à la mairie de Paris. Mais aura-t-elle le cuir et la cuirasse assez épais pour résister au jeu de massacre dont elle est la seule cible ?

Pour se blinder elle devrait s'intéresser un peu plus à la campagne des municipales que mena Philippe Séguin en 2001. Jacques Chirac, alors président, ne l'aimait pas. En effet Séguin était, lui, un vrai gaulliste. C'est pourquoi, avec l'aval du chef de l’État, on ouvrit la chasse au Séguin : dagues, stylets et poignards furent aiguisés pour saigner à mort l'homme à abattre. La campagne fut pour Séguin un calvaire. Sous les crachats, les huées et les insultes, il porta sa croix jusqu'au bout avec un résultat calamiteux de 34,78% des voix au deuxième tour. 34,78% ! Le dernier sondage publié accorde à NKM 45,5% : il lui reste encore de la marge...

NKM ne connaît sans doute pas très bien la violence et la dureté des joutes parisiennes. Il serait bon qu'elle se renseigne auprès de Fillon, de Guaino, de Karoutchi et de Baverez, qui furent très proches de Philippe Séguin. Et si elle est curieuse d'avoir des détails plus précis elle n'a qu'a demander à Roxanne Decorte qui est sur sa liste. Cette dernière fut, en 2001, candidate dans le 18ème sous l'étiquette Séguin. Lors d'un meeting dans ce quartier, une partie de la salle fut remplie par des militants du clan adverse. Et à peine avait elle ouvert la bouche que fusèrent des « salope » et des « chienne ». Et oui, Paris c'est ça aussi...

NKM est issue d'une très bonne famille comme on dit. Elle a reçu une excellente éducation qui ne l'a peut être pas préparée à ce genre de situation. Il est vrai aussi que depuis 2001 la droite parisienne a suivi des cours de maintien et est plutôt bien élevée. Donc NKM ne risque pas de finir comme Séguin, humilié, écœuré, dégoûté à jamais de la politique.

Mais il n’empêche qu'il y a des jours comme ça où on est content d'avoir quitté Paris. Dans la petite commune où j'habite le maire est apparenté PS. C'est un type formidable. Sur sa liste, il y a un UMP, plutôt genre NKM, et comme moi issu de la diversité (nous sommes tous les deux des immigrés parisiens) et aussi un débonnaire sympathisant du FN, tendance camembert. Comme tout le monde ici je voterai pour eux.

A lire du même auteur : Le gauchisme, maladie sénile du communisme, Benoît Rayski, (Atlantico éditions), 2013. Vous pouvez acheter ce livre sur Atlantico Editions.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !