Libye : malgré l'implication française, la course aux contrats n'est pas gagnée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Libye : malgré l'implication française, la course aux contrats n'est pas gagnée
©

Reconstruction économique

Libye : malgré l'implication française, la course aux contrats n'est pas gagnée

Nicolas Sarkozy et David Cameron se sont rendus en Libye ce jeudi. L'après-Kadhafi a déjà commencé. Chaque pays occidental aiguise ses arguments en vue de la reconstruction économique du pays.

Jean-Bernard Pinatel

Jean-Bernard Pinatel

Général (2S) et dirigeant d'entreprise, Jean-Bernard Pinatel est un expert reconnu des questions géopolitiques et d'intelligence économique.

Il est l'auteur de Carnet de Guerres et de crises, paru aux éditions Lavauzelle en 2014. En mai 2017, il a publié le livre Histoire de l'Islam radical et de ceux qui s'en servent, (éditions Lavauzelle). 

Il anime aussi le blog : www.geopolitique-géostratégie.fr

Voir la bio »

Le voyage réussi du Président Nicolas Sarkozy et du  Premier ministre britannique David Cameron  en Libye vise, bien entendu, à tirer les bénéfices politiques et économiques de la décision courageuse qu’ils ont su prendre d’intervenir à temps en Libye et de poursuivre cette intervention malgré les voix de tous les cassandres qui, trois mois à peine après le début de l’intervention, critiquaient déjà le risque d’enlisement.

La date de ce voyage, que les responsables de la sécurité trouvaient largement prématurée, s’explique par la tournée que le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan va entamer lundi prochain dans les pays du printemps arabe (Égypte, Tunisie et Libye). Les chefs des gouvernements français et britanniques ne pouvaient le laisser être le premier à fouler le sol Libyen alors que la Turquie n’a cessé, durant les trois premiers mois de l’intervention, de trainer les pieds dans l’OTAN et de se poser en médiateur entre les insurgés et Kadhafi, faisant le pari que la rébellion n’arriverait pas à s’imposer au-delà de la cyrénaïque. Ce voyage de M. Erdogan s’inscrit aussi dans la stratégie du Premier ministre turc qui essaie de rétablir l’influence de l’empire ottoman sur le monde musulman en proposant un modèle de démocratie religieuse et qui se voit en leader naturel de la méditerranée du Sud et de l’Est, leadership que la diplomatie française revendique aussi. Le reversement d’alliance avec Israël et la tension qu’il entretien à propos de Gaza concourt aussi à cet objectif.

Sur le sol libyen, le Président Sarkozy a tenu à répondre à tous ceux qui n’ont vu dans la décision d’intervention des motivations économiques à odeur de pétrole. La France est intervenue parce que c’était juste et dans le seul but d’empêcher un dictateur de réprimer dans le sang une révolution naissante.

En effet  il est fort probable qu’en dehors du secteur stratégique de la Défense, les contrats qui seront attribués, y compris dans le secteur pétrolier, le seront « au mieux disant » comme c’est aujourd’hui le cas en Irak. Le jeu sera donc très ouvert pour participer à la reconstruction économique de la Libye et il ne faudra pas s’étonner de voir des sociétés, portant les couleurs de pays qui se sont abstenus d’aider les révoltés libyens, empocher d’importants contrats.

En revanche, il est aussi fort probable que la Libye fera appel à la France et à la Grande-Bretagne pour reconstruire, entrainer et équiper son armée et sa police. Les autorités libyennes choisiront des entreprises dont l’État français est un actionnaire de référence [1] pour plusieurs raisons.

Le coût n’a jamais été le seul facteur qui est pris  en compte dans la décision de choisir un matériel d’armement. L’opinion des futurs cadres de l’armée libyenne qui ont pu mesurer l’efficacité de nos matériels pèsera dans ce choix. Pour les décideurs politiques libyens, la France est désormais un allié sur lequel on peut compter et s’équiper des matériels d’armement français sera de nature à conforter cette alliance.

Il est donc très important que les industriels d’armement français ne se présentent pas en ordre dispersé à Tripoli lorsque le moment sera venu. Il est aussi essentiel que l’État, qui est présent dans le capital de toutes ces sociétés d’armement, organise gère et soutienne ce mouvement afin que l’on ne revoie pas en Libye les « guéguerres » entre industriels français qui finalement profitent aux anglo-saxons comme cela s’est passé trop souvent dans le Golfe Persique.

 

 



[1]  Dassault qui fabrique le rafale, EADS, BAE Systems, Finmeccanica qui composent le consortium Eurofighter, Eurocopter qui produit les Tigres et les Gazelles, EADS qui fournit les Hot et les Milan, GIAT industries qui fabrique les Leclerc et les véhicules blindés, etc.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !