Nicolas Sarkozy : président conspué, retraité populaire ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Nicolas Sarkozy : président conspué,
retraité populaire ?
©

Des veaux, les Français ?

Nicolas Sarkozy : président conspué, retraité populaire ?

Pour l'écrivain Christian Millau, même si Nicolas Sarkozy est au plus bas dans les sondages pour le quatrième anniversaire de son élection, il ne devrait pas s'en faire : avant lui, Chirac, Mitterrand ou De Gaulle ont été conspués pendant leur mandat avant de devenir très populaires une fois la retraite venue...

Christian Millau

Christian Millau

Grand reporter, critique littéraire notamment pour le journal Service Littéraire, satiriste, Christian Millau est aussi écrivain.

Parmi ses parutions les plus récentes : Au galop des hussards (Grand prix de l'Académie française de la biographie et prix Joseph-Kessel), Bons baisers du goulag et aux éditions du Rocher,  Le Petit Roman du vin, Journal impoli (prix du livre incorrect 2011), Journal d'un mauvais Français (21 avril 2012) et Dictionnaire d'un peu tout et n'importe quoi (Rocher, 2013)

Voir la bio »

Monsieur le Président,

C’est vrai que  20% de Français pour approuver votre action depuis quatre ans, il y a  mieux comme gâteau d’anniversaire. Mais rassurez vous : « Y a pas de souci » comme on dit à présent jusque dans les beaux quartiers. Si, avec un peu de chance, vous perdez la présidentielle, le plus merveilleux des mondes s’offrira à vous.

Vous laisserez passer un peu de temps, loin des journalistes. Puis, on commencera à vous croiser dans Paris (attention, seulement sur la rive gauche !), promenant votre chien ou le nez collé à la vitrine des libraires, histoire de rappeler à tous ces crétins qui vous débinaient que vous aussi vous savez lire. Sur le trottoir, les badauds  vous feront  des signes d’amitié, vous demanderont des autographes et certains même iront jusqu’à vous taper dans le dos, comme on le fait à un bon copain de régiment, retrouvé après tant d’années. Les photographes rappliqueront, les instituts de sondage feront du porte à porte et alors, plus vite que vous ne pouvez l’imaginer, les Français découvriront que maintenant que vous ne servez plus à rien, ils vous adorent.

Non seulement, ils perdront la boule au souvenir de toutes vos qualités mais en trouveront d’autres que vous n’avez pas. Je ne veux pas m’avancer mais je vous vois très bien avec, au moins, un 74 % à la Chirac, à qui nous sommes reconnaissants de n’avoir rien fait mal puisqu’il n’a rien fait, et un titre de « personne préférée des Français » devant Eric Noah, Dany Boon et Mimie Mathy.

Dans les Pompes Funèbres, il y a  une devise épatante, à réveiller les macchabées : « Mourrez, nous ferons le reste. ». Ce serait d’ailleurs une bonne idée que de l’inscrire au fronton du Panthéon. Tenez, par exemple, François Mitterrand qui nous a quittés il y a dix ans. En activité, il fut vomi par prés de la moitié des Français. A présent, sur les 63 % Sofres qui lui tressent des couronnes et lui allouent « une grande place dans l’Histoire », la moitié sont des électeurs de droite. Dans un sondage tricoté pour« Libération », il avait même été déclaré « meilleur président de la 5eme République » devant  Charles de Gaulle.

Parlons-en du Général. Je me souviens des injures insensées que le PC et une partie des socialistes (sans parler de l’extrême droite OAS) lui avaient craché à la gueule, le traitant de « fasciste » et le comparant même à Hitler. Aujourd’hui, nous savons par la même Sofres que l’homme du 18 juin est considéré par 70 % des sondés (dont forcément un bon nombre classés à gauche ) comme « la plus importante figure historique de la France » loin devant Napoléon, Charlemagne et Jaurès. Seuls 11 % lui reprochent son « pouvoir personnel » et 7 % son « contrôle des médias ». Deux accusations les plus répétées à l’époque de son « règne républicain »… Pétain avait tort : nous n’avons pas la mémoire courte. Nous n’en avons pas du tout. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !