Municipales à Paris : Pascal Cherki irrite par sa manière très politique de distribuer des subventions | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Municipales à Paris : Pascal Cherki irrite par sa manière très politique de distribuer des subventions
©Reuters

Rififi dans le 14e

Municipales à Paris : Pascal Cherki irrite par sa manière très politique de distribuer des subventions

La réserve parlementaire, distribuée il y a peu aux députés, fait souvent débat. Surtout lorsque, dans le cas de Pascal Cherki, député PS du 14e arrondissement, elle ne profite que très peu aux actions locales...

Un mail signé par "Des citoyens (et des électeurs) choqués"  et envoyé notamment à plusieurs têtes de listes se présentant dans le 14e arrondissement critique sévèrement le député Pascal Cherki pour la manière dont il a utilisé sa réserve parlementaire de 130 000 euros. Il est reproché au porte-parole de campagne d'Anne Hidalgo d'avoir octroyé une subvention de 70 000 euros à l'UNEF, "syndicat étudiant proche du PS dont le budget se compte en millions et qui a son siège dans le 19e arrondissement" - une information vérifiable sur le site internet de l’Assemblée nationale - et 50 000 euros "à une association qui a pour caractéristique  d'être présidée par un militant socialiste et vice-présidée par un autre militant socialiste". Cette association, Casdal 14, est en effet dirigée par deux membres du PS, Roberto Romero Aguila et Claude Quenault (ce qui ne l'empêche pas de proposer à ses adhérents d'authentiques activités sportives et artistiques). Sur son site internet, on peut noter que Casdal 14 mentionne les aides de la Mairie de Paris et de la Direction de la Jeunesse et des Sports, pas celle de Pascal Cherki qui, rappelons le, ne commet rien d'illégal au regard des critères d'attribution de la réserve parlementaire, le député n'étant pas un élu local mais un élu de la nation toute entière.

Dans leur courriel vengeur, les "citoyens choqués", qui restent anonymes, ont donc calculé que " seulement 7,69 % du budget mis à la disposition (de Pascal Cherki) pour soutenir des actions locales ne sont pas liées au parti politique dont il est membre". Voilà au moins un élu qu'on ne peut pas taxer de clientélisme puisqu'il verse plus de 50 % de sa réserve parlementaire à une association qui n'est pas dans son arrondissement ! En revanche, de sectarisme...

La mairie du 14e arrondissement est briguée par Nathalie Kosciusko-Morizet. Créditée de 38,5 % d'intentions de vote début janvier, sa liste n'est plus qu'à 36,5 % pour tout Paris, contre 39,5 % pour celle d'Anne Hidalgo, selon un récent sondage Ifop pour "Le Parisien"/LCI et Europe 1(voir ici). Dans le 14e arrondissement, selon un sondage Ifop Fiducial pour le JDD (voir ici), publié à la mi décembre, la liste menée par Nathalie Kosciusko-Morizet perdrait par 43 % contre 57 % pour celle menée par le PS.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !