Mort de Jacques Vergès : et pourquoi serait-il interdit de cracher sur sa tombe ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Mort de Jacques Vergès : et pourquoi serait-il interdit de cracher sur sa tombe ?
©Reuters

Sans requiem

Mort de Jacques Vergès : et pourquoi serait-il interdit de cracher sur sa tombe ?

Sa mort a fait couler beaucoup d’encre. Sur Atlantico, un avocat a jugé nécessaire de déposer une couronne sur sa sépulture.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Les cimetières sont remplis – c’est leur vocation – de tombes. Les morts y sont supposés reposer en paix selon l’expression consacrée. Reste que la Mort avec sa grande faux ne pratique pas le tri sélectif. Ordures et saints, héros et traitres, assassins et innocents, crétins et génies : tout le monde y passe. Mais il est quand même permis, ce que la Mort ne fait pas, de choisir. Dans un article publié ici même Me. Morain a choisi Vergès. Ce dernier très attaqué de son vivant ne devrait pas, selon lui, être attaqué après sa mort. Il parait que ça ne se fait pas. Ce serait scandaleux, pire une faute de goût, Me. Vergès n’étant plus là pour se défendre. Certes. Mais tout ne va pas si mal pour lui puisqu’il a quand même trouvé un avocat… Vergès avait du talent. Ce qui n’est pas contesté. Mais surtout, ce qui est chic, très chic, il défendait les indéfendables : Barbie, Milosevic, les Khmers rouges, Carlos…

Une posture de réprouvé qui constituait pour lui une belle rente de situation. Avocat du diable (c’est de lui), salaud lumineux (c’est encore de lui). Ses plaidoiries étaient brillantes. Elles témoignent des dons de ce ténor du barreau. Mais l’avocat Vergès était aussi un personnage politique.  Il a publié des livres, écrit des articles, accordé des interviews. Tous ses textes ne souffrent d’aucune ambiguïté : ils exhalent la haine des Juifs, la détestation de l’Occident et une répulsion évidente pour les valeurs de la démocratie. Tout ça avec une virtuosité artistique fortement inspirée de Tartuffe. « J’aurais défendu indifféremment Hitler et Bush » avait déclaré un jour Vergès. Un modèle absolu d’infamie sournoise. Si Bush = Hitler c’est que Hitler n’était pas si méchant que ça ! Ou alors si Hitler = Bush c’est que Bush était très méchant !

Mais, bien sûr, il était accordé à Vergès le privilège de ne pas choisir entre le regretté chancelier du IIIème Reich et l’affreux président des Etats-Unis. L’auteur de sa tendre oraison funèbre s’accorde, lui, et c’est parfaitement son droit, de choisir les avocats qu’il aime. Ainsi il range Vergès dans la lignée des seuls grands avocats dont l’histoire du XXème siècle a retenu les noms : Me. Isorni, Me. Tixier-Vignancourt. Tous de droite, précise-t-il. Ah bon, pas d’extrême droite ?

Dans ce tri des avocats ne figurent pas Me. Emile Pollak, Badinter, Kiejman, Jean-Denis Bredin et quelques autres aussi méritants que les précédents. Et pourquoi ? Peut-être n’étaient-ils pas bons ? Peut-être n’étaient-ils pas assez du côté du diable ? Autre chose ? Trier est donc une liberté. Il n’y aucune raison de la refuser à ceux qui pensent que certaines couronnes sont bonnes pour la poubelle.

Ps : Hier aux obsèques de Jacques Vergès, deux personnages assez connus sont venus porter le deuil : Roland Dumas et Dieudonné. Il n'y a aucune raison de mettre en doute la sincérité de leur affliction. L'un et l'autre partageaient avec l'avocat décédé la même passion : la haine des Juifs.

vous pouvez achetez Pourquoi vous vous trompez tout le temps (et comment arrêter) Partie 1 & Partie 2, sur Atlantico Editions.
Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/pourquoi-ne-devriez-pas-laisser-offrir-verre-surtout-etes-femme-rolf-dobelli-727684.html#CJPjRoPezrkP6s2M.

A lire du même auteur : Le gauchisme, maladie sénile du communisme, Benoît Rayski, (Eyrolles éditions), 2013. Vous pouvez acheter ce livre sur Atlantico Editions.

vous pouvez achetez Pourquoi vous vous trompez tout le temps (et comment arrêter) Partie 1 & Partie 2, sur Atlantico Editions.
Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/pourquoi-ne-devriez-pas-laisser-offrir-verre-surtout-etes-femme-rolf-dobelli-727684.html#CJPjRoPezrkP6s2M.99

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !