Une montre à 500 000 euros pour les 50 ans de François-Henri Pinault, +55,5% d'exportations de montres suisses vers la Syrie en guerre... Toute l'actu horlogère | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Proposition étonnante de la marque suisse De Bethune pour sa nouvelle « montre de dame » DB 25 : le cadran en titane bleui au four et à la main peut se personnaliser.
Proposition étonnante de la marque suisse De Bethune pour sa nouvelle « montre de dame » DB 25 : le cadran en titane bleui au four et à la main peut se personnaliser.
©DR

ATLANTIC-tac

Une montre à 500 000 euros pour les 50 ans de François-Henri Pinault, +55,5% d'exportations de montres suisses vers la Syrie en guerre... Toute l'actu horlogère

Le septième ciel à votre poignet, les Rolex de Coluche, les avions d’un voyeur chez Breitling et une montre qui arrête le temps...

Grégory Pons

Grégory Pons

Journaliste, éditeur français de Business Montres et Joaillerie, « médiafacture d’informations horlogères depuis 2004 » (site d’informations basé à Genève : 0 % publicité-100 % liberté), spécialiste du marketing horloger et de l’analyse des marchés de la montre.

Voir la bio »

Hermès réussit à effacer le temps qui passe

Suspendre le temps : un vieux rêve, que la montre Arceau d’Hermès vient de réussir à réaliser : sur commande, en actionnant un poussoir, les aiguilles s’arrêtent et s’effacent au midi de la montre. Le temps s’arrête, même si la montre continue intérieurement à fonctionner. Dès la fin de la pause, qui peut durer un ou deux jours, une nouvelle pression sur le poussoir libère les aiguilles de l’heure et des minutes : la montre se remet à l’heure exacte, instantanément. Cette ingénieuse mécanique est une prouesse technique. Hermès va jusqu’au bout de nos rêves : c’est ce qu’on attend d’une marque de luxe. Pour bien comprendre cette montre : une animation vidéo en gros plan.


+ 55,5% de montres suisses exportées en Syrie !

Vous croyez la Syrie à feu et à sang ? Vous imaginez les Syriens cachés dans leurs caves à attendre l’Apocalypse blindée. Une statistique des exportations de montres suisses en Syrie laisse rêveur : + 55,5 % pour le seul mois de mai (source : Fédération horlogère suisse). Au cours de ces derniers mois, ces exportations vers un pays en guerre étaient tout aussi spectaculaires : + 90 % pour le changement d’année. Cela ne veut pas dire que les Syriens se ruent sur les montres suisses pour compenser leurs misères, mais que des petits malins profitent de l’affaissement de la bureaucratie douanière pour procéder à des exportations sauvages qui alimentent les marchés parallèles régionaux.


Même Coluche adorait les Rolex

Les adeptes contemporains du « Rolex bashing » vont devoir réviser leurs préjugés. Longtemps avant eux, un humoriste ne parlait que de cette marque, mais c’est qu’il en avait une collection. Et c’est leur maître à tous, le regretté Coluche, qui était collectionneur et qui ne s’en cachait pas : il avait même un modèle identique à celui qu’on a tant reproché à Nicolas Sarkozy (Rolex Daytona)...

Quand on aime, on ne compte pas...

Interrogé par The Telegraph (Royaume-Uni) sur la santé du groupe PPR, François-Henri Pinault l’est aussi sur sa montre, qui lui a été offerte par son père à l’occasion de son cinquantième anniversaire. Il s’agit d’une montre suisse de marque Greubel Forsey, facile à reconnaître à son globe terrestre sphérique, en 3D, pour indiquer les différents fuseaux de cette planète. Une ouverture dans le flanc renflé de la montre permet de suivre la rotation de cette Terre, qui est cerclée par un anneau qui porte les heures des différents fuseaux horaires. Prix boutique : autour d’un demi-million d’euros. Cet aveu n’a pas fait s’effondrer le CAC 40...


Quel ciel pourrait bien faire votre bonheur ?

Proposition étonnante de la marque suisse De Bethune pour sa nouvelle « montre de dame » DB 25 : le cadran en titane bleui au four et à la main (une performance artisanale, la couleur du bleu se jouant au degré près) peut se personnaliser. Clouté d’étoiles en or gris et semé de diamants, il peut reproduire la voûte céleste de votre choix, en n’importe quel lieu de cette planète et pour n’importe quel jour du passé ou de l’avenir (il y a d’excellents ordinateurs pour cela).

Encore plus romantique : la lune qui tourne en 3D sur le cadran tout au long du mois lunaire est une sphère de platine et d’acier sertie de 44 diamants et de 44 saphirs bleus. Les dames qui retourneront la montre y découvriront un mouvement automatique créé pour elles par la manufacture De Bethune, qui a concentré là des innovations mécaniques dont aucune autre maison suisse ne dispose. On est dans l’extravagance superlative d’une haute horlogerie portée à son point d’incandescence absolue. On n’ose même pas vous donner le prix...


Breitling recrute un peintre plutôt hard pour son flagship parisien

Nouvelle boutique Breitling, rue de la Paix : c’est le « vaisseau amiral » de la marque pour le continent européen. La décoration est assurée par des œuvres du peintre néo-réaliste américain Kevin T. Kelly, qui met des avions sur toutes ses œuvres, dans un style mi-BD mi-pop art, riche en couleurs saturées. Chez Breitling, les peintures sont très prudes et les allégories aéronautiques presque poétiques. Ce qu’on ne dit pas aux amateurs de montres d’aviation, c’est que ce Kevin T. Kelly est nettement plus hard dans son expression graphique. Inspirées des cartoons américains, ses toiles sont même très crues dans leur post-modernisme voyeuriste (voir son site). L’image ci-dessous est d’une chasteté touchante, mais elle donne une idée du style (collection Breitling)...


L’homme qui a réinventé l’horlogerie française

Son nom ne dit plus rien aux nouvelles générations, mais Emile Péquignet est un petit paysan comtois du Haut-Doubs, que rien ne destinait à travailler dans la montre. Un livre autobiographique, Emille Péquignet, un destin montres en mains (éditions du Belvédère), raconte sa success story : en 1973, alors que l’horlogerie européenne s’effondre sous les coups de boutoir du quartz asiatique, il a l’audace de créer une marque, à son nom, pour faire des montres françaises de qualité, avec une vraie valeur ajoutée en termes de design et de qualité d’exécution. Nous sommes en 1973, voici quarante ans : il n’a pas un sou et les portes des banques lui sont fermées.

Tout seul, il va tout apprendre et tout comprendre : la communication pour se démarquer (il sera le premier à passer des publicités dans Lui), le celebrity marketing (il habille le poignet de tous les animateurs d’Europe 1), l’internationalisation, la verticalisation de la production, les boutiques en nom propre. En posant les codes d’une nouvelle approche de la montre, ce pionnier a réinventé l’horlogerie française en lui redonnant des raisons d’y croire après des années de désespérance. Dans les années 2000, il a malheureusement revendu sa marque à des Pieds-Nickelés. Ce dont les montres françaises manquent aujourd’hui, ce n’est pas d’aides publiques ou de financements bancaires, mais des compétences et d’entrepreneurs (détails sur cette saga : Business Montres du 21 juin)...

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !