Mondial 2014 : Vahid Halilhodzic, le gourou des Fennecs | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Sport
Mondial 2014 : Vahid Halilhodzic, le gourou des Fennecs
©Reuters

Carnet d'un fou du foot

Mondial 2014 : Vahid Halilhodzic, le gourou des Fennecs

Le célèbre entraîneur bosniaque, passé notamment par le PSG, Lille et Rennes, est désormais à la tête de la sélection algérienne. Et avec une réussite inédite...

Vincent Roger

Vincent Roger

Né en 1969, élu de Paris de 2008 à 2020, conseiller de plusieurs ministres, Vincent Roger a été délégué spécial de la région Île-de-France aux Jeux olympiques et paralympiques de 2017 à 2021.

Voir la bio »

Né Yougoslave, Français depuis 1995, le sélectionneur de l’équipe d’Algérie est un personnage : meneur d’homme incontestable, « Coach Vahid » a la réputation de ne pas faire dans la dentelle. J’ai en mémoire les sketchs des Guignols, d’ailleurs fort drôles, présentant Vahid Halilhodzic, alors entraineur du PSG, confondant les séances d’entrainement avec des stages commando. De l’avis de beaucoup, cette caricature n’était pas si éloignée de la vérité : pour lui, il ne peut y avoir de résultat sans rigueur. Les footballeurs doivent être pros jusqu’au bout des ongles. A titre d’exemple, Halilhodzic doit être un des rares entraineurs du monde à faire la guerre aux jeux vidéo. Sur le sujet, il eut un jour cette saillie : « Il y a une étude japonaise qui dit : trois heures de console, c’est physiquement et psychologiquement l’équivalent de 45 minutes d’un match ». Avec Vahid, on n’est pas là pour rigoler !

Pourtant, derrière cette façade, marqué profondément par la guerre en ex-Yougoslavie, l’homme a l’esprit romanesque. C’est un aventurier du football : ce Bosniaque entraina dix équipes avant de devenir le sélectionneur de l’Algérie. Il peut être aussi paradoxalement émotif : Alain Roche, ancien manager du PSG, expliquait hier sur un plateau télé que lorsque Fiorèse – étoile filante du football français des années 2000  quitta Paris pour Marseille, Vahid en eut les larmes aux yeux. Son regard est noir mais parfois d’une grande tendresse, comme cela s’est vu hier soir à la fin du match à l’égard de ses joueurs et des supporters algériens.

Joueur  deux fois meilleur buteur du championnat de France  il fut un des héros du jeu à la nantaise, ce football tout en mouvement que Jean-Claude Suaudeau, son entraineur à Nantes, définissait comme le style de jeu pour lequel « on joue sans contrôle ». Sélectionneur, il s’embarrasse moins de poésie ; gourou, il manie l’art de la mobilisation. Pour lui, le foot est une affaire d’hommes, il est de ceux qui savent les mener au combat. Il exhorte, il gueule, il tance. Mais, après la victoire, il tire l’oreille, tel un vieil empereur, à ses grognards valeureux du ballon rond. Le match d’hier contre la Corée du Sud en fut une démonstration : dès l’entrée sur la pelouse du stade de Porto Alegre, on a bien senti la détermination algérienne. Elle avait pour auteur « Coach Vahid » !

La force actuelle de l’Algérie réside dans le fait que son sélectionneur a su lui donner une âme collective, celle de l’altruisme, de l’enthousiasme et de la générosité. Serait-ce suffisant pour permettre aux Blancs et Verts d’aller plus loin ? Je demeure dubitatif, comme je le suis d’une presse dithyrambique qui s’est – à mon avis  bien vite emballée ce matin sur le sujet. L’équipe algérienne me semble bien frêle sur le plan défensif et l’ensemble souffre de trop d’approximations techniques. Hier, l’envie a triomphé... mais c’était contre la Corée du Sud. Jeudi prochain contre la Russie, qui devra gagner pour se qualifier, les bons sentiments ne seront pas suffisants. Halilhodzic devra se transcender d’abord lui-même, et le bougre en est capable, pour que son équipe se métamorphose à nouveau. Pour lui et ses joueurs, il en va du paradis : les huitièmes de finale ! Difficile mais jouable…

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !