Métro-boulot-dodo = zéro libido ? La routine, cette terrible ennemie qui sape la solidité de chaque couple | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Métro-boulot-dodo = zéro libido ? La routine, cette terrible ennemie qui sape la solidité de chaque couple
©Reuters

Bonnes feuilles

Métro-boulot-dodo = zéro libido ? La routine, cette terrible ennemie qui sape la solidité de chaque couple

Une rencontre, une aventure, une liaison…Souvent, beaucoup de souffrances à la clé. Et beaucoup de questions : pourquoi commet-on une infidélité ? Comment traverser cette crise ? Face à la tourmente et à la douleur de la crise conjugale, ce livre permet de mieux comprendre ce qui se joue dans l’infidélité, et de décider lucidement que faire. Extrait de "Infidélités et crises conjugales" de Marie-Aude Binet, aux Editions Odile Jacob (1/2).

La routine, cette fameuse routine ! Une des causes de l’irruption d’un tiers dans une relation conjugale tient au fait que les deux conjoints ont rarement parlé sérieusement des satisfactions ou insatisfactions dans leur couple, de leurs besoins, envies, désirs en tant que femme et homme. Il leur était difficile d’affronter et de mettre en commun leurs problèmes afin de trouver ensemble des solutions adaptées aux besoins de chacun. Les attentes n’ont pas toujours été partagées, discutées profondément ou mises de côté pour s’occuper des enfants, garantir la carrière professionnelle, reportant l’entretien de la relation conjugale. Il en résulte un malentendu : les conjoints sont persuadés que l’autre doit tout satisfaire en le devinant ! C’est ainsi qu’insatisfactions et accumulation de frustrations peuvent provoquer après plusieurs années une implosion personnelle.

Chantal et Denis sont mariés depuis quarante ans. Elle dit être malheureuse depuis vingt ans par manque de respect de son mari. Lui était insatisfait de la réponse sexuelle de sa femme, il est allé chercher le réconfort auprès de prostituées pendant cinq ans. Ils étaient pourtant bien installés dans leur vie de famille et sociale, mais leurs désirs et besoins de couple ont été mis de côté. La souffrance cumulée pendant toutes ces années rend le pardon difficile à donner.

Le manque de fantaisie et de prise d’initiative, dû au rythme « métro-boulot-dodo », alimente l’ennui ou la routine qui entraînent déceptions et nostalgie de l’intensité des premiers instants. La routine ressentie est renforcée par le manque de temps partagé à deux (soirées, week-ends, voyages), le couple n’est plus une priorité. Les tensions ou conflits répétés ou le manque de sexualité vont étioler la relation et le désir d’aller vers l’autre. L’une des deux personnes a besoin de trouver de la chaleur, de la tendresse, du plaisir, une excitation. Les différences entre celui qui est plutôt social et celui qui est casanier distendent la relation par une accumulation d’incompréhensions et de rancœurs. Cette situation entraîne parfois un sentiment d’être oublié(e), de ne pas être important pour l’autre, ce qui est douloureux car cela touche au besoin fondamental d’exister.

Pascale est mariée depuis vingt ans et a un enfant en difficultés scolaires. Elle est restée au foyer pour se consacrer entièrement à lui et le couple s’est calqué sur le développement de cet enfant. Elle dit ne plus supporter cette vie monotone, seuls son enfant et ses activités extérieures lui apportent un peu de joie. Elle s’ennuie avec son mari par ailleurs très investi dans la compétition sportive. Elle a envie de fantaisie, de sortir de ce carcan, elle dit ne plus aimer son mari et avoir perdu toute envie d’aller vers lui depuis des années. Elle rencontre un amant avec qui elle partage beaucoup de tendresse et de complicité intellectuelle ce qui lui donne ce sourire qu’elle avait perdu et lui redonne l’envie de profiter de la vie.

La routine ne peut pas exister dans un couple ! Chacun change, évolue et ne peut pas être le même aujourd’hui qu’il y a un an. Chaque être reste mystérieux et à découvrir. Suis-je curieux de l’autre ? Est-ce que je me révèle à lui ? La relation révèle les bons et moins bons côtés de chaque personnalité, chacun grandit et apprend aux côtés de l’autre dans l’expérience de vie commune. Ensuite, tout désir, toute envie exprimés motivent le couple à créer sa propre vitalité. Prendre un café en se donnant rendez-vous quelque part, se prendre par la main alors qu’on ne le faisait plus, offrir une fleur à son conjoint pour le surprendre, rire ensemble… Rien ne peut être banal et routinier dans une vie de couple si chacun en prend soin et lui donne du temps comme il en donne au travail, aux enfants. Il meurt souvent de ce temps qu’on ne lui donne pas.

Contre la routine

Vous avez compris, au lieu de se plaindre de la routine rien ne vaut mieux que la prise d’initiatives pour la rompre. Le maître mot c’est fantaisie. Il est certain que vous avez en vous des idées originales pour vous faire plaisir et faire plaisir à votre conjoint(e). Vous savez ce qu’il (elle) aime, souvenez-vous des premiers temps et de ce qui le (la) faisait rire ou être heureux(se). Les femmes apprécieront cette prise d’initiative de la part de leur conjoint se sentant exister à leurs yeux, les hommes seront touchés qu’on s’occupe d’eux. Faites une liste de ce que vous aimez et ce dont vous avez envie et de même pour votre conjoint. Dans cette liste, qu’y a-t-il de commun à faire ensemble ? C’est une démarche qui peut être répétée tous les ans, fin août, avant la rentrée scolaire, afin d’organiser les semaines et d’être sûr de partager quelque chose ensemble. C’est la créativité unique de chaque couple. Quel artiste êtes-vous ? Faut-il rajouter une nouvelle couleur à votre palette pour continuer le tableau ?

Extrait de "Infidélités et crises conjugales - Comprendre et sortir de la crise" de Marie-Aude Binet, aux Editions Odile Jacob

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !