Méga-gisement de pétrole de schiste découvert au Royaume-Uni : l'Europe a-t-elle sous ses pieds de quoi alimenter un boom comparable à celui des Etats-Unis ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Méga-gisement de pétrole de schiste découvert au Royaume-Uni : l'Europe a-t-elle sous ses pieds de quoi alimenter un boom comparable à celui des Etats-Unis ?
©Reuters

Energie

Méga-gisement de pétrole de schiste découvert au Royaume-Uni : l'Europe a-t-elle sous ses pieds de quoi alimenter un boom comparable à celui des Etats-Unis ?

Selon une étude géologique, le sud de l'Angleterre compterait jusqu’à 8 milliards de barils de pétrole de schiste. Les premiers forages permettront de définir le volume techniquement récupérable. D'autres pays européens ont vraisemblablement des ressources importantes... à condition de les exploiter.

Jean-Pierre Favennec

Jean-Pierre Favennec

Jean-Pierre Favennec est un spécialiste de l’énergie et en particulier du pétrole et professeur à l’Ecole du Pétrole et des Moteurs, où il a dirigé le Centre Economie et Gestion. 

Il a publié plusieurs ouvrages et de nombreux articles sur des sujets touchant à l’économie et à la géopolitique de l’énergie et en particulier Exploitation et Gestion du Raffinage (français et anglais), Recherche et Production du Pétrole et du Gaz (français et anglais en 2011), l’Energie à Quel Prix ? (2006) et Géopolitique de l’Energie (français 2009, anglais 2011).

Voir la bio »

Atlantico : Avec les récentes découvertes en termes de pétrole de schiste dans le sud de l'Angleterre mais aussi les forages lancés dans le nord du pays sur le gaz de schiste, le pays est-il assis sur un possible tas d'or et pourrait-il à l'avenir rattraper les Etats-Unis ? Les premiers forages pourraient-ils fortement nuancer cette découverte si jamais le volume techniquement récupérable s'avère finalement faible ?

Jean-Pierre Favennec : S'il est probable que les quantités de gaz de schistes existant dans de nombreux pays sont importantes, rien ne garantit que ces ressources pourront être produites et transformées en réserves utilisables. L’évaluation des ressources (gaz en place) est délicate et les chiffres avancés peuvent varier fortement même s'ils sont fournis par des organismes très sérieux comme les associations de géologues (par exemple l'USGS - United States Géological Survey - a réduit de 90 % récemment ses évaluations des réserves dans une région des Etats Unis). Les réserves les plus importantes se situent aux Etats-Unis, en Chine et dans une moindre mesure en Afrique (Algérie, Afrique du Sud), en Amérique du Sud (Argentine) et en Europe (Pologne, France et quelques autres pays dont le Royaume-Uni). Pour l'instant la production de gaz de schistes (et de pétrole de schistes) est essentiellement le fait des Etats-Unis. La production de gaz de schistes aux Etats-Unis représentera bientôt près de la moitié de la production américaine et 10% de la production mondiale. C'est aux Etats-Unis que les techniques de production (fracturation hydraulique) ont été développées. Principale raison à cela : aux Etats-Unis le propriétaire du sol est propriétaire du sous-sol et va donc tirer un bénéfice tangible de la production de gaz et de pétrole de schistes. Ailleurs la production est contrôlée par les Etats et les pesanteurs bureaucratiques jouent beaucoup. Aux Etats-Unis environ 2 000 appareils de forage sont en activité et contribuent au développement et à la production des hydrocarbures de schistes. En Europe nous disposons de moins de 100 appareils. Même en Chine la recherche progresse lentement. Un autre facteur peu expliquer la lenteur des développements : un accès plus difficile aux hydrocarbures.

Quels pays européens disposent dans leurs sols de réserves importantes d'hydrocarbures de schistes, d'ores et déjà estimées ou non ? Quelle est actuellement la législation dans ces pays là ?

La Pologne, la France voire l'Allemagne et le Royaume Uni disposent vraisemblablement d'importantes ressources. Mais pour être confirmées ces ressources devraient faire l'objet d'études et de recherches importantes. Pour l'instant ces recherches restent limitées. Les premiers forages effectués en Pologne et au Royaume-Uni ont été plutôt décevants. La production est complexe et chère. Certains pays (France, Bulgarie) ont interdits l'utilisation de la fracturation hydraulique, seule technique actuellement disponible pour extraire les hydrocarbures de schistes.


Le gouvernement de David Cameron veut massivement développer cette nouvelle source d'énergie. Quels autres Etats européens sont aussi enthousiastes et a contrario quels sont les pays qui ne veulent pour le moment pas entendre parler d'exploitation d'hydrocarbures de schiste, appliquant le principe de précaution ?

Si le gouvernement britannique est effectivement très dynamique pour le développement des gaz de schistes, les résultats actuels ne sont pas très probants. Quelques forages ont été effectués pour une production négligeable. 

Les études et les découvertes montrant que des Etats disposent de réserves importantes pourraient-elles changer la donne à l'avenir ? On sait qu'en France Ségolène Royal n'a pas fermé la porte à l'exploitation si de nouvelles technologies apparaissent…

Les recherches pour mettre au point de nouvelles technologies (autres que la fracturation hydraulique) pour produire les hydrocarbures de schistes se poursuivent mais il est peu probable qu'elles donnent très vite des résultats tangibles. Pour l'instant force est de reconnaître que le développement de la production d'hydrocarbures de schistes aux Etats-Unis est impressionnant mais que dans les autres pays cette production reste embryonnaire, pour des raisons techniques et réglementaires.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !